Un jour, j’irai vivre en Théorie parce qu’il paraît qu’en Théorie, tout va bien. (Les mots surpendus)

dimanche 21 août 2011

Le prochain "droit" qu'ils s'apprêtent à défendre


(Commentaire : Depuis pas mal de temps apparaissent des commentaires démontrant que la pédophilie sera la prochaine perversion à devoir être considérée comme norme. C’est de plus en plus clairement que l’on observe les conséquences de l’exclusion dans la sexualité humaine hors de toute évaluation morale. Espérons que l’opinion publique ne se laissera pas embobiner par le baratin de tous ces pseudochercheurs et s’insurgera contre la promotion scandaleuse de cette dépravation ).
Marie Immaculée priez pour nous .



TRADUCTION : USA : CONFÉRENCE DES PARTISANS DE LA LÉGALISATION DE LA PÉDOPHILIE
  • Aujourd’hui à Baltimore s’ouvre une conférence, avec la participation de chercheurs venant de différents milieux universitaires États Uniens, qui se proposent de débattre des moyens pouvant amener la légalisation de la pédophilie. Ces savants vont réfléchir sur les moyens de convaincre l’Association américaine de Psychologie de la nécessité de retirer la pédophilie de la liste des troubles psychiques, tout comme cela fut fait pour l’homosexualité 
  •  L’organisateur de la conférence est un groupe de militants pédophiles de l’institution B4U-ACT. Elle regroupe des psychiatres qui contestent le fait que les penchants sexuels d’adultes pour des enfants relèvent d’un trouble psychique devant être soigné.
    Participent à cette conférence un certain nombre de représentants du monde universitaire, notamment d’Harvard et de la Johns Hopkins University ainsi que d’écoles supérieures de Louiseville et de l’Illinois .

     
  • Le Président de l’organisation B4U-ACT, Howard Kline a critiqué, fin de juillet, la définition de la pédophilie formulée par l’Association des Psychologues américains estimant que les critères ayant donné lieu à cette classification sont « erronés et dépourvus de bases scientifiques ». Il a ajouté que se proposer de traiter les pédophiles était « inconvenant » et « erroné ». De l’avis de Kline l’Association des Psychologues américains se base avant tout sur des recherches effectuées sur des prisonniers, or ce ne sont pas toutes les personnes ayant des penchants sexuels envers les enfants qui s’avèrent être des délinquants. Il a ajouté que son Organisation « peut aider » l’American Psychologists Association à changer sa classification de la pédophilie « puisqu’existent des gens qui écrivent sur ce thème ».

    Le B4U-ACT classe la pédophilie comme une simple orientation sexuelle autre et condamne « la stigmatisation » dont elle est l’objet. « Nul ne décide de ses penchants sexuels pour les enfants. La cause en est inconnue. En réalité nul ne connaît non plus les causes des penchants sexuels pour les adultes » - assurent les militants de la légalisation de la pédophilie qui n’aiment pas l’idée d’avoir à soigner ce dérèglement.


    Dans son communiqué de presse, la B4U-ACT informe l’APA qu’elle a critiqué sa classification des maladies psychiques.


    Dans son interview pour LifeSiteNews le professeur de droit Judith Reisman, expert en matière d’éthique sexuelle et de pornographie, a critiqué la conférence de Baltimore. Elle a reconnu que déjà, dans les années 70, elle s’est confrontée avec de multiples initiatives visant à légaliser la pornographie infantile. Les pédophiles avaient alors engagé des « savants » amenant divers « travaux scientifiques » sur la pornographie, la prostitution et sur d’autres aberrations sexuelles. Ils envoyaient ensuite leurs conclusions à divers parlementaires qu’ils voulaient convaincre d’adopter leurs scandaleuses lois.


    Sources : LIfeSiteNews.com, AS
  • Merci à Truth pour sa traduction du texte d'origine. 

Enregistrer un commentaire