Un jour, j’irai vivre en Théorie parce qu’il paraît qu’en Théorie, tout va bien. (Les mots surpendus)

lundi 19 décembre 2011

Les biens de consommation ont une durée de vie de plus en plus restreinte.


Des biens de consommation programmés pour ne pas être fonctionnels "ad vitam æternam" ?
Les biens de consommation ont une durée de vie de plus en plus restreinte. Un rapport de l’association « Les Amis de la Terre » et du CNIID met en évidence l’obsolescence programmée des biens poussant à la consommation et au gaspillage. Qui n’a jamais eu l’impression que son lave-vaisselle ou son GSM rendait l’âme bien trop tôt ?
Ce phénomène est bien connu et porte même un nom : l’obsolescence programmée. L’objectif premier, après un certain temps, étant de rendre un bien inutilisable ou irréparable afin de vous forcer à acheter du neuf. L’obsolescence programmée remonte à l’avènement de la production de masse et de la société de consommation.

En 1924, déjà, les principaux fabricants d’ampoules électriques s’étaient secrètement concertés afin de limiter la durée de vie des bulbes à 1500 puis 1 000 heures alors que les premières ampoules atteignaient les 2 500 heures. Plusieurs brevets d’ampoules très longue durée allaient être déposés par la suite (100 000 heures) mais leur commercialisation n’eut jamais lieu… Pire : lors de la Grande Dépression aux États-Unis, un homme d’affaires du nom de Bernard London, dans un livre intitulé « La nouvelle prospérité » proposait carrément de limiter la durée de vie des biens de consommation afin de remédier à la débâcle de l’industrie.

Aujourd’hui, l’obsolescence programmée est même systématisée : appareils ménagers, téléphones, télévisions ont une durée de vie très courte. Le consommateur est maintenu dans l’ignorance. Un rapport de l’association stigmatise la pratique et dénonce ses dérives : hausse de la consommation, épuisement des ressources naturelles .

Deux types d’obsolescence sont constatés : l’obsolescence technique (impossibilité de réparer), et l’obsolescence psychologique (l’appareil tombe comme par hasard en panne au moment où il perd son attrait et où une autre mode est lancée). Les solutions selon les auteurs de l’enquête seraient d’imposer aux fabricants l’affichage de la durée de vie des produits, d’étendre la garantie sur les biens de consommation à 10 ans ainsi que de soutenir la fabrication de produits durables et réparables.
Enfin, Écolo et Groen ont décidé de passer à l’offensive en Belgique en proposant trois textes à la Chambre. Un article d’Arnaud Lefebvre
Source l’Express.be
SOURCE

Enregistrer un commentaire