Un jour, j’irai vivre en Théorie parce qu’il paraît qu’en Théorie, tout va bien. (Les mots surpendus)

lundi 19 décembre 2011

Les voisins de la Corée du Nord sous tension après la mort de Kim Jong-il


L’annonce de la mort de Kim Jong-il, au pouvoir depuis 1994 en Corée du Nord, a été accueillie avec prudence par les pays voisins de la dictature et leurs alliés.

La Corée du Sud, techniquement en conflit avec la Corée du Nord depuis 1953, a placé son armée et ses fonctionnaires en état d’alerte, et renforcé la surveillance de sa frontière. Le président sud-coréen Lee Myung-bak a convoqué un Conseil de sécurité national et s’est entretenu par téléphone avec le président américain Barack Obama. Allié de Séoul, le gouvernement américain a réaffirmé son soutien à la Corée du Sud et son désir de maintenir la stabilité dans la péninsule coréenne.

De son côté, la Chine, un des rares alliés de la Corée du Nord, a présenté ses condoléances, tout comme le Japon. La réaction de Tokyo est surprenante dans la mesure où le gouvernement nippon n’a pas de relations diplomatiques avec son homologue nord-coréen, qu’il considère comme une menace. Le Premier ministre japonais, Yoshihiko Noda, a ordonné un renforcement des opérations de renseignement sur la Corée du Nord et recommandé d’agir de façon étroite avec les Etats-Unis, la Chine et la Corée du Sud pour se préparer à tout développement inattendu.

Jusqu’à présent, aucun mouvement suspect de l’armée nord-coréenne, forte d’1,1 million d’hommes, n’a été observé, mais certains craignent que le successeur de Kim Jong-il, son fils Kim Jong-Un, n’entreprenne des provocations militaires pour faire ses preuves.

Ci-dessous, un reportage d’euronews sur les réactions à la mort de Kim Jong-il :
x
source
Enregistrer un commentaire