Un jour, j’irai vivre en Théorie parce qu’il paraît qu’en Théorie, tout va bien. (Les mots surpendus)

mercredi 15 janvier 2014

Les grands acteurs que vous regrettez le plus

En premier lieu Jean Gabin
Parmi les acteurs dont vous regrettez le plus la disparition, on trouve en premier lieu Jean Gabin. Il était selon vos mots "un immense acteur, bon dans tous les registres" et reste "irremplaçable". Le mythe Gabin, qui s'est construit avec des films comme La Traversée de Paris et Un Singe en hiver, persiste toujours pour beaucoup de cinéphiles nostalgiques.
Bourvil, tellement drôle
C'était "un acteur complet qui savait endosser tous les rôles", selon vous. On se souviendra surtout de Bourvil en doux naïf inoffensif au côté de l'hystérique Louis de Funès, comme dans La Grande Vadrouille et Le Corniaud.
 
Louis de Funès, génie comique
Avec ses mimiques et sa gestuelle inimitable, Louis de Funès savait faire rire le public comme personne avec des comédies populaires comme Les Aventures de Rabbi Jacob ou La Folie des grandeurs. Un "grand et génial acteur" selon certains, "un monument du 7e art" pour beaucoup d'autres, un comédien "irremplaçable" pour tous.
Romy Schneider, la sublime

Romy Schneider faisait partie de ces acteurs dont la souffrance personnelle se dessinait en filigrane dans leur jeu. Chacune de ses émotions étaient donc empruntes pour vous d'une "sincérité palpable à l'écran", teintée de "beauté et de simplicité", comme dans César et Rosalie ou La Piscine.

Fernandel, du rire aux larmes
Il y a ce petit quelque chose chez Fernandel qui inspire la France du terroir, la vieille époque... Doté d'un "physique ingrat" (selon certains), notre Don Camillo savait attirer la sympathie du public en sachant "être émouvant, sensible et bien entendu comique".

Yves Montand, artiste complet
"Il était grand, il était beau, élégant, distingué." Selon vous, Yves Montand avait tout : "merveilleux acteur dans tous les registres, chanteur, danseur..." Il nous aura marqué notamment dans Le Cercle rouge et Vincent, François, Paul et les autres....

 Patrick Dewaere, inimitable
"On n'avait pas la sensation qu'il jouait un rôle, il l'incarnait totalement !" Patrick Dewaere était synonyme selon vous de "liberté", "fureur de vivre", "rébellion" : des valeurs particulièrement appréciées pendant les années 1970. On se souvient ainsi de lui dans Les Valseuses ou Un Mauvais Fils

Heath Ledger, parti trop tôt 
On est tous d'accord : "il avait tout pour réussir". Heath Ledger venait de nous révéler qu'il était un acteur incroyable dans Le Secret de Brokeback Mountain, quand le destin s'est montré bien cruel. Reste un grand regret "pour tous les films qu'il n'a pas eu le temps de faire et que [vous] aur[iez] tant voulu voir..."

Philippe Noiret, jamais décevant
Éminent homme de théâtre, acteur de cinéma mondialement connu, on ne présente plus Philippe Noiret et son visage grave, mais tellement imposant. "Un grand seigneur nous a quittés", aurait dit son ami Jean Rochefort, qui a partagé avec lui l'affiche de L'Horloger de Saint-Paul, lors de sa mort en novembre 2006.

Patrick Swayze, courageux face à l'adversité
Découvert dans Dirty Dancing, Patrick Swayze vous a ému dans Ghost et dans La Cité de la joie. Sa mort d'un cancer du pancréas en 2009 en a surpris plus d'un, qui aurait bien aimé le voir étoffer encore sa filmographie de quelques films cultes.

Jack Lemmon, sans concessions
On n'oubliera jamais son rôle de travesti (malgré lui) aux côtés de Tony Curtis dans Certains l'aiment chaud. Acteur comique par excellence, Jack Lemmon savait également privilégier le cinéma indépendant, voire engagé. Un comédien complet en somme.

Lino Ventura, une sacrée gueule
Il existe des acteurs qui, par leur simple visage, symbolise tout un pan de l'histoire du cinéma. Lino Ventura en fait partie. "Une présence, une force tranquille, sa générosité et son talent" ont, selon vous, transformé notre Tonton flingueur en icône du cinéma français.

Coluche, du comique au tragique
Impayable au côté de Louis de Funès au début de sa carrière au cinéma (L'Aile ou la cuisse), Coluche a su vous émouvoir avec retenue dans le film qui lui vaudra un César du Meilleur acteur : Tchao pantin.

Marilyn Monroe, sex-symbol
"Elle avait cette grâce qu'aucune autre actrice ne possède et cette fragilité touchante, presque irréelle et magique", dit une internaute. C'est toute la détresse que Marilyn Monroe cachait derrière une façade pourtant impeccablement étudiée, qui élève encore aujourd'hui et pour toujours la star de Sept ans de réflexion au rang de mythe.

Raimu, une voix tonitruante
Comédien fétiche de Marcel Pagnol version cinéaste (César, La Femme du boulanger), Raimu fait partie avec Gabin, Jouvet et Fernandel de ces monstres sacrés du cinéma français. Un acteur bien ancré dans son époque et pourtant connu de tous aujourd'hui. "Par bonheur, il nous reste des films, qui gardent ton reflet terrestre, le poids de ta démarche, l'orgue de ta voix", disait son ami Pagnol lors de sa mort.

Jean Marais, un charme ravageur
Il aurait fêté ses 100 ans le 11 décembre 2013. Difficile d'oublier Jean Marais, acteur charismatique immortalisé dans les films de capes et d'épées (Le Capitan), ainsi que la série des Fantômas. L'homme n'avait décidément rien d'une bête, malgré son rôle dans La Belle et la bête de Cocteau.

Simone Signoret, actrice engagée
Avec Yves Montand, Simone Signoret formait un couple indispensable dans le paysage cinématographique français. Considérée comme la première actrice française oscarisée (pour Les Chemins de la haute ville), Signoret avait  pour vous "une certaine élégance" dans sa manière de jouer : un don inimitable.

 James Dean, la vie à 100 à l'heure
 
Il a tourné très peu de films (A l'Est d'Eden, La Fureur de vivre, Géant). Pourtant, James Dean était devenu l'icône d'une jeunesse libérée, rebelle contre le pouvoir établi. "Son charisme impressionnant" et sa capacité à "donner une dimension à ses personnages" font qu'on regrette encore aujourd'hui sa mort prématurée.

Humphrey Bogart, grand séducteur
Cigarette à la main, regard franc, sourire en coin, gestuelles récurrentes : le style d'Humphrey Bogart était-il naturel ou complètement travaillé ? Qu'importe, personne ne savait se montrer aussi mystérieux que lui. Citons "un charme ténébreux", "une carrure unique" dont Ingrid Bergman n'est pas restée insensible dans Casablanca.

Arletty, une sacrée gouaille
On ne se lassera jamais de son accent ultra-parisien (souvent imité, jamais égalé) et de sa voix criarde digne d'une marchande de poissons dans Hôtel du NordArletty, que vous décrivez "énergique et sensuelle", savait tout jouer, les loubardes comme les princesses. Et puis, quelle gueule d'atmosphère, elle avait !

John Wayne, cowboy pour l'éternité
John Wayne ne jouait pas les cowboys, il l'était déjà, depuis sa plus tendre enfance dans l'Iowa. Une authenticité qui confère au comédien le statut de mythe, d'icône du western, ici dans El Dorado au côté d'un autre acteur regretté : Robert Mitchum.

Katharine Hepburn, la meneuse 
"Belle, drôle, émouvante, sportive, intelligente, sensible..." Les éloges sont nombreux pour Katharine Hepburn. Si l'actrice marque toujours aujourd'hui les consciences, c'est parce qu'elle a incarné à elle-seule, et un peu malgré elle, le féminisme, comme ici dans L'Impossible Monsieur Bébé où elle mené Cary Grant par le bout du nez.

Bernard Blier, bonne bouille
Père de Bertrand, Bernard Blier marquait les esprits par son côté pince-sans-rire, spécialisé dans les personnages de grands maladroits. Un hommage lui est d'ailleurs publiquement rendu avec un César d'honneur en 1989.

Marlon Brando, abandon total
Le mythe Marlon Brando ne mourra jamais. Si l'école Actor's Studio connaît de plus en plus aujourd'hui une certaine vulgarisation, personne n'a appliqué cette méthode avec autant de parcimonie que Brando. Le comédien habite chacun de ses personnages, comme ici dans Sur les quais, et transcende à lui-seul le métier d'acteur.

Grace Kelly, tout d'une princesse
"Une actrice à la fois majestueuse et candide", selon vous. Comédienne hors pair, Grace Kelly portait à merveille son nom puisqu'à chaque instant, devant la caméra, elle possédait une prestance inébranlable. Même lorsqu'elle s'amusait à escalader les immeubles dans Fenêtre sur cour.  

Clark Gable, le bad boy
Il n'y a pas plus séducteur que Clark Gable. Et pourtant, comme le confirme sa Scarlett O'Hara d'Autant en emporte le vent, il possédait selon vous un petit quelque chose d'agaçant, une "virilité" et un "coté macho" détestable. Un mauvais garçon en somme, parfumé de charisme à l'ancienne qui le rend indispensable au panthéon des comédiens disparus.

Paul Newman, gueule d'ange
Un regard bleu azur dans lequel on rêve de se perdre, une prestance qui accroche la lumière et une humanité qui transparaît dans tous ses films. Paul Newman a su varier les genres pour mener l'une des plus belles carrières à Hollywood avec des chefs-d?œuvre tels que Luke la main froide, L'Arnaque ou encore Le Verdict.

Ava Gardner, femme fatale
On la surnommait "Le plus bel animal du monde". Son nom était synonyme de sex-appeal. Elle était devenue au fil des années une comédienne rare. Elle avait tourné pour les plus grands réalisateurs (Mankiewicz pour La Comtesse aux pieds nus, John Ford pour Mogambo). Mesdames et Messieurs, c'était Ava Gardner.

Michel Serrault, sur tous les tableaux
S'il y avait bien un acteur qui savait concilier cinéma populaire et film d'auteur, c'était bien Michel Serrault. Un comédien qui, selon vous, "avait un grand talent comique, mais pouvait aussi vous émouvoir". Indubitablement l'un des plus grands acteurs français, toutes époques confondues.

Henry Fonda, super-héros
Avant de donner naissance à deux futurs stars (Jane et Peter Fonda), Henry Fonda s'était illustré dans des rôles de héros, droits et honnêtes. On lui doit notamment des chefs-d'œuvre tels que Douze hommes en colère ou Les Raisins de la colère. Un acteur "parfait à tous les niveaux" selon certains.

Marlene Dietrich, quelle classe !
Marlene Dietrich, ou l'éternel Ange bleu... Comme le disait Jean Cocteau : "Votre nom commence par une caresse et finit par un coup de cravache". L'actrice allemande vous fascine par "sa beauté à la fois inaccessible et dangereuse", mais aussi par sa vie on ne peut plus mouvementée.

Jacques Villeret, le Français moyen
L'un des derniers comédiens populaires à nous avoir quittés. Du fait de son physique un peu rondouillard, Jacques Villeret attirait la sympathie de tous les français en incarnant des personnages naïfs (Le Dîner de cons), des souffre-douleurs ou... des extraterrestres (La Soupe aux choux). Il ne s'est jamais pris au sérieux et il nous manque...

James Stewart, l'American Dream
Hé oui, La Vie est belle pour James Stewart. L'acteur a eu un destin sans encombres, constamment ponctué de reconnaissances et de succès (Sueurs froides, Mr. Smith au Sénat...). Un parcours parfait et lisse, "véritable incarnation du rêve hollywoodien" comme vous dites, qui force évidemment l'admiration et le respect.

Michel Simon, indémodable
Deux acteurs marquèrent particulièrement le cinéma français des années 1940-50 : Louis Jouvet et Michel Simon. Ce dernier avait selon vous "une voix, un style, un physique reconnaissables par tous". Un acteur caméléon, inclassable et parfait à chaque instant.

Françoise Dorléac, destin brisé
Vos regrets sont clairs : "Elle est morte beaucoup trop tôt". Avec Les Demoiselles de Rochefort et La Peau douce, Françoise Dorléac était partie pour s'imposer comme une figure majeure du cinéma française. Quand on voit la carrière de sa soeur, Catherine Deneuve, on peut s'amuser à s'imaginer ce qu'elle serait devenue aujourd'hui.

Bruce Lee, un corps d'athlète
La force et l'élégance par excellence. Avec ses cascades impressionnantes et ses cris de guerre mythiques, Bruce Lee a donné ses lettres de noblesse au film de kung-fu qu'il a fait découvrir au monde entier (La Fureur de vaincre, Opération dragon). "Une telle vigueur de corps et d'esprit" selon les internautes, qui rendit sa soudaine mort d'autant plus choquante.

Anthony Quinn, une force de la nature 
Un autre enfant de l'Actor's Studio. D'origine mexicaine, Anthony Quinn s'est illustré dans de nombreux films lauréats aux Oscars. Lui-même n'en a remporté "que" deux pour Viva Zapata! et La Vie passionnée de Vincent van Gogh : ce qui est largement suffisant pour le hisser parmi le panthéon des acteurs inoubliables.

Audrey Hepburn, la grâce à l'état pure
Passionnée par la danse, Audrey Hepburn vous a enchanté dans les nombreuses comédies musicales qui ont fait son succès : Drôle de frimousse, My Fair Lady... Ses grands yeux noirs, sa moue mutine et son physique de poupée de porcelaine resteront l'une des plus belles découvertes faites par Hollywood et révélé dans Vacances romaines au côté de Gregory Peck.

Montgomery Clift, hypersensible
Si les problèmes d'alcool prenaient de plus en plus de place dans le quotidien de Montgomery Clift, rares sont les acteurs qui ont pu atteindre comme vous dites "un tel degré de sensibilité et de fragilité dans leur jeu". En moins de 20 ans de carrière, Clift s'était imposé parmi les plus grands.

Gérard Philipe, la comète 
Gérard Philipe s'est éteint en pleine ascension. Alors qu'il connaissait la gloire avec Le Diable au corps et Fanfan, la tulipe, l'acteur meurt subitement d'une crise cardiaque à l'âge de 36 ans. "Un gâchis énorme pour le cinéma français" qui voyait grandir, à la fin des années 1950, une étoile talentueuse, génie de la comédie.

Et le César d'honneur est attribué à...

Chaque année, un César d'honneur est attribué à une personnalité pour récompenser l'ensemble de sa carrière. Petit best-of des lauréats...

En 1976 : Ingrid Bergman et Diana Ross
En 1977 : Henri Langlois et Jacques Tati
En 1979 : Marcel Carné et Walt Disney
En 1980 : Louis de Funès et Kirk Douglas
En 1981 : Jacqueline Pagnol
En 1982 : Andrzej Wajda et Alexandre Mnouchkine
En 1984 : Georges de Beauregard, René Clément et Edwige Feuillère
En 1985 : Danielle Darrieux et Christian-Jaque.
En 1986 : Bette Davis, Maurice Jarre.
En 1987 : Jean-Luc Godard et Jean Gabin
En 1989 : Paul Grimault et Bernard Blier
En 1990 : Gérard Philipe.
En 1991 : Jean-Pierre Aumont
En 1992 : Michèle Morgan
En 1993 : Jean Marais et Gérard Oury.
En 1994 : Jean Carmet
En 1995 : Jeanne Moreau
En 1997 : Charles Aznavour et Andie MacDowell
En 1998 : Jean-Luc Godard, Clint Eastwood et Michael Douglas
En 1999 : Jean Rochefort et Johnny Depp
En 2000 : Josiane Balasko, Martin Scorsese, Jean-Pierre Léaud...
En 2001 : Charlotte Rampling, Darry Cowl et Agnès Varda
En 2002 : Claude Rich, Anouk Aimée et Jeremy Irons
En 2003 : Meryl Streep, Spike Lee et Bernadette Lafont
En 2004 : Micheline Presle
En 2005 : Will Smith et Jacques Dutronc
En 2006 : Pierre Richard et Hugh Grant
En 2007 : Jude Law et Marlène Jobert
En 2008 : Roberto Benigni, Romy Schneider et Jeanne Moreau
En 2009 : Dustin Hoffman
En 2010 : Harrison Ford
En 2011 : Quentin Tarantino
En 2012 : Kate Winslet
En 2013 : Kevin Costner
vu ici
Enregistrer un commentaire