Un jour, j’irai vivre en Théorie parce qu’il paraît qu’en Théorie, tout va bien. (Les mots surpendus)

samedi 15 février 2014

Empathie animale en Antarctique - Une femelle manchot pleure la perte de son petit congelé par le froid

Des journalistes de la BBC envoyés en Antarctique pour tourner un documentaire ont capturé un moment particulièrement émouvant lorsqu'une femelle manchot a pleuré la perte de son petit qu'elle n'avait pu protéger du froid.
mort bébé manchot empereur
© Inconnu
En 2004, le film documentaire français intitulé La Marche de l'empereur avait déjà remporté un large succès. Il permettait de suivre la vie d'un couple de manchots empereurs dont les obstacles dans la région la plus rude et isolée du monde sont particulièrement nombreux. Le climat y est le plus froid et le plus venteux de la planète, exposant ses habitants à des conditions extrêmes une bonne partie de l'année. Sur ces terres hostiles, la survie est un combat de tous les jours, notamment pour les petits qui sont vulnérables dans les premiers mois de leur vie.

Dans le cadre du tournage d'une série documentaire intitulée « Penguins - Spy in the huddle », une équipe de la BBC s'est également rendue en Antarctique pour filmer une colonie de manchots empereurs. Si les adultes sont bien adaptés aux températures polaires, leurs petits doivent à tout prix être protégés du froid dans une poche incubatrice. La vigilance n'a malheureusement pas suffi pour une femelle qui a perdu son petit l'espace de quelques instants. Le froid qui ne fait pas de cadeau au coeur de l'hiver a presque instantanément gelé son petit corps et malgré les efforts, sa mère ne parviendra pas à le sauver. Après plusieurs mois de soins, cette perte est vécue comme un drame. Sur la vidéo de la BBC, on peut voir la mère tenter sans succès de le rapprocher d'elle pour le réchauffer. Une autre femelle viendra partager son chagrin en l'entourant de son bec, comme pour la réconforter. Après plusieurs minutes, elles finiront par s'éloigner du petit.
 
Durant l'hiver antarctique, chaque femelle ne peut pondre qu'un unique œuf qu'elle confie à son partenaire pour aller se nourrir en mer suite à deux mois de jeûne. Le mâle assure seul l'incubation et va jeûner à son tour près de 4 mois. Les œufs sont donc couvés durant la période la plus froide de l'année alors que les températures peuvent chuter à -90°c, accompagnées par des vents tempétueux. Posés sur les pattes de l'adulte, ils sont protégés par un repli de peau nue du ventre qui maintient une température optimale de 35°C tout au long de l'incubation.

Lorsque le poussin éclot au milieu de l'hiver, il n'est pas encore capable d'assurer sa propre régulation thermique, il reste donc sur les pattes de ses parents qui le nourrissent tour à tour. Une fois autonome pour réguler sa température, il pourra les attendre au sein de crèches de plusieurs dizaines de poussins, retrouvant ses parents grâce au son de leur chant. Ce n'est qu'à partir de 5 mois, après avoir mué et atteint un poids de 10 à 15 kg qu'il partira à son tour en mer pour y poursuivre sa croissance.
vu ici 
Enregistrer un commentaire