Un jour, j’irai vivre en Théorie parce qu’il paraît qu’en Théorie, tout va bien. (Les mots surpendus)

samedi 12 octobre 2013

Petrus Romanus démystifié



Plus nous avançons dans le temps et plus les choses deviennent claires. En fait, la compréhension augmente grâce à l’accomplissement des événements et à leur interconnexion avec l’eschatologie. Précision importante : du coup, cette nouvelle connaissance peut remettre en cause un certain nombre d’idées reçues ou d’interprétations considérées comme acquises jusqu’ici.

C’est le cas de Petrus Romanus, le mystérieux dernier pape de la prophétie de saint Malachie.


Comprendre qui est Pierre le Romain
Pour cela, il faut déjà remonter aux sources. La liste attribuée à saint Malachie recense de façon prophétique et avec exactitude 111 papes à partir de Célestin II (1143), en les désignant chacun par une devise.
111 étant, soit dit en passant, le chiffre de la Vierge.
De façon prophétique puisqu’elle va jusqu’à nos jours, Benoît XVI étant le 111ème et dernier.
Avec exactitude puisqu’elle ne s’est pas trompée, recensant même les 8 anti-papes qui ont régné entre 1143 et nos jours. Oui, vous avez bien lu : même les anti-papes sont inclus.
Or la dernière description est la seule qui n’attribue pas de devise au dernier personnage, c’est-à-dire qui ne le considère ni comme un pape, ni même comme un anti-pape.

Relisons-là :
« Pendant la dernière persécution que souffrira la Sainte Église Romaine siégera Pierre le Romain. Il paîtra ses brebis au milieu de nombreuses tribulations. Celles-ci terminées, la ville aux sept collines sera détruite, et le Juge redoutable jugera son peuple. »

Alors pourquoi s’appelle-t-il Pierre ?
Parce qu’il occupe bien le Saint-Siège en tant que successeur de Pierre, mais il n’est en réalité ni pape, ni anti-pape, sinon il aurait eu sa devise comme les autres. Par contre, il est appelé Pierre pour qu’on comprenne bien qu’il occupe indûment le siège apostolique. C’est donc un imposteur, le seul de toute l’histoire de l’Eglise à ne pas être pape en réalité. Le seul et le dernier.

Pourquoi le Romain ?
Là aussi, avec un peu de recherche, tout s’éclaire. Mgr Gaume explique avec clarté, dans son Traité du Saint-Esprit, que Rome était la capitale du paganisme, la capitale de la Cité du mal. C’est pourquoi Notre-Seigneur a expulsé Satan de sa ville pour en faire la capitale de la Cité du Bien. Tout l’enjeu pour Satan est d’arriver à récupérer sa capitale pour en refaire la Rome païenne de jadis, ce qu’il réussira à la fin des temps : « Rome perdra la foi et deviendra le siège de l’Antéchrist » nous a prévenu Notre-Dame à la Salette.
Rome va effectivement redevenir la capitale de l’Antéchrist-système, c’est-à-dire d’un monde basé sur l’humanisme, ce qui le mène au paganisme et au bout du compte au satanisme (voir mon
article précédent).
Saint Malachie, divinement inspiré, nous donne la clé de compréhension du personnage : Pierre le Romain, au vu de la Rome d’aujourd’hui, c’est Pierre le païen.

En définitive, tout concorde : l’actuel locataire du Vatican correspond bien à la description :
- C’est le seul homme « hors liste » car il n’est pas pape, même pas anti-pape, mais un imposteur ;
- Il succède bien au 111ème pape ;
- Il se comporte effectivement comme un humaniste, digne représentant de la Rome redevenue païenne ;
- Nous sommes bien dans le temps des tribulations ;
- Cela se terminera par la destruction de Rome et la grande Purification, deux événements également prophétisés à la Salette.
La preuve par Diana Vaughan


Je vais m’appuyer, une fois n’est pas coutume, sur les révélations faites par la partie adverse, c’est-à-dire par Satan.

A ce sujet, je voudrais faire une petite mise au point : autant les prophéties venant du Ciel peuvent être considérées comme fiables, autant celles en provenance de Satan sont à prendre avec circonspection. Pourquoi ? Parce que c’est un moyen de nous induire en erreur par le mensonge et la manipulation ? Oui, mais pas seulement. Dans son besoin de « singer » Dieu, Satan expose lui aussi son programme via ses propres prophètes et à ses propres adeptes. Quand il dicte ses prophéties à Albert Pike que celui-ci consigne dans le Livre Apadno, Satan est sincère, il ne cherche pas à tromper.
Non, la question que nous devons nous poser c’est : quelle est la partie de ce programme qu’il ne pourra pas réaliser ? Quelle est celle que Dieu bloquera ?
Beaucoup d’auteurs donnent trop d"importance aux plans du Malin, par exemple aux projets des Illuminatis : rien ne dit qu’ils pourront les accomplir en totalité !

Revenons à Miss Vaughan. Elle fut une grande-prêtresse palladique du temps d’Albert Pike, justement, qui finalement se convertira et tentera de révéler certains secrets du palladisme via divers ouvrages avant de disparaître mystérieusement, probablement assassinée, à la fin du XIXème siècle.
Bien qu’initiée de haut niveau, Diana Vaughan n’avait pas une connaissance totale des secrets lucifériens ; donc, dans ses écrits, elle interprète les prophéties lucifériennes comme un exégète interprète l’Apocalypse, c’est-à-dire avec le risque de se tromper.

Aujourd’hui, à la lumière d’événements récents, certaines explications de Diana Vaughan s’éclairent, et nous pouvons plus facilement « recadrer » ses déductions si nécessaire.

Les chiffres mystérieux du Saint Sépulcre des palladistes
Dans un livre où elle décrit les symboles du palladisme (qui est, je le rappelle, la religion des lucifériens, donc des Illuminatis du plus haut niveau), il en est un du plus haut intérêt : c’est la représentation du Saint Sépulcre : celui-ci symbolise la mort de Jacques de Molay, le grand-maître des Templiers brûlé en 1314, et considéré comme un saint et un martyr par les palladistes.

Ce qui est important, ce sont les chiffres qui figurent sur ce tableau :

1312, et
179348526

Diana Vaughan explique que « 1312 correspond à la date d’abolition de l’ordre des Templiers, et que les autres chiffres indiquent de façon secrète les dates de la vengeance :
1. Décapitation d’un roi chrétien de la race capétienne ;
2. Abolition définitive de la papauté, le successeur du pape supplicié devant, selon la légende palladique, se convertir à la religion de Lucifer et faire cause commune avec l’Antéchrist. »

La date de décapitation de Louis XVI est facile à lire, elle est donnée par les 4 premiers chiffres : 1793.
Restent les autres : 48526
A cet endroit, Diana Vaughan avance l’explication suivante : cette date cachée est 1996 car, par réduction cabalistique, 4+8+5+2+6 = 25 et 1+9+9+6 = 25 également.
Elle explique aussi que les autres dates dont les chiffres additionnés donnent 25 (1969, 1978 et 1987) ne collent pas à cause de la date de naissance de l’Antéchrist (on va le voir plus loin).

Confirmation des événements pour l’année 2014
Diana Vaughan s’est trompée parce qu’elle croyait avoir percé le secret de ces chiffres alors qu’en réalité, nous le savons maintenant, son calcul était faussé.
Il lui suffisait pourtant de continuer ledit calcul. Car 25 = 2+5 = 7. Et 2014 = 2+1+4 = 7 !
Son année secrète d’abolition de la papauté n’est pas 1996 mais 2014 !
Année cruciale puisque, mes nombreux articles en font foi, d’autres calculs, d’autres prophéties et d’autres déductions retombent toutes sur cette année 2014, que j’ai identifiée comme celle de l’avènement de l’Antéchrist-personne.
Identification que je maintiens même si, on le verra plus tard, une autre hypothèse est possible.

Confirmation de la connexion Antéchrist-Vatican II
Continuons avec Diana Vaughan commentant le livre Apadno, qui est le livre prophétique dicté par Lucifer lui-même à Albert Pike, en langage codé évidemment, comme toutes les prophéties.

Elle indique : « Les versets 8, 10, 12, 13, et 17 [du livre Apadno] spécifient que dès lors on compte par trente-trois ans et c’est toujours au 29 septembre : 1896, naissance de l’aïeule de l’Antéchrist ; 1929 naissance de la mère ; 1962 naissance de l’Antéchrist ; 1995 l’Antéchrist se révèle au monde. »
Le 29 septembre 1896 a été confirmé par Mélanie de la Salette, c’est un gage de fiabilité. Mais le plus intéressant, c’est le parallèle que l’on peut faire entre l’Antéchrist-personne et l’Antéchrist-système. 1896, c’est aussi le 4ème congrès de l’Internationale socialiste, prélude à la première guerre mondiale et à la prise du pouvoir par les Bolcheviks. Et 1929, c’est cette fameuse crise financière mondiale, qui prouve -déjà- la puissance financière de Wall Street, l’interdépendance des économies, et prépare le terrain à la seconde guerre mondiale.

Quand à 1962, c’est même trop beau pour être vrai : 13 jours après la supposée naissance de l’Antéchrist-personne, l’Antéchrist-système était adopté par l’Église catholique romaine avec l’ouverture du concile Vatican II le 11 octobre 1962. C’est-à-dire que la religion de l’humanisme, qui n’est que du satanisme déguisé, entrait officiellement au Vatican, pour ne plus en sortir.

A mettre en parallèle avec la fête d’aujourd’hui : en effet, le 11 octobre nous célébrons la maternité de la Vierge-Marie, appelée à mettre au monde le Fils de Dieu. Comment ne pas y voir une allusion, le 11 octobre 1962, à la naissance du fils de Perdition dans sa forme la plus abjecte, la plus aboutie aussi, qui consiste à se faire adorer en lieu et place de Jésus-Christ et au sein même de son Église. Exactement la stratégie de la bête du chapitre XIII de l’Apocalypse.

Reste une inconnue : pourquoi l’Antéchrist aurait-il dû se révéler au monde en 1995 ? D’abord, s’il singe le Christ, ce n’est pas à 33 ans qu’il se révélerait mais à 30 ans, donc en 1992. Première erreur. Ensuite, on l’a vu, le calcul de 1995 était faux. Seconde erreur.
Que doit-on en penser ? On le sait, Diana Vaughan n’a pas toutes les clés. De plus, il faut peut-être dissocier les dates entre l’Antéchrist-système et l’Antéchrist-personne ; elles peuvent n’en concerner qu’un seul. Enfin, on ne peut écarter l’idée que le calendrier idéal de Satan n’ait été modifié pour des raisons que nous ignorons.

Confirmation du rôle de François comme Pierre le Romain
Jusqu’à maintenant, j’avais du mal avec le passage que je vais vous révéler ci-après, mais je pense en avoir saisi le sens grâce à notre cher pape François.

Diana Vaughan commente ainsi les versets 18 et 19 du livre Apadno :
« Le verset 18 signifie : le dernier pape des catholiques sera un juif converti à la religion du Christ ; pendant son pontificat, il n’y aura plus un seul juif qui ne soit luciférien ; lui-même en l’an 1995 lorsque l’Antéchrist se sera révélé au monde, il abandonnera son catholicisme romain, non pas pour retourner au mosaïsme, mais pour adopter le culte de Lucifer. Il déposera la tiare et son zèle sera grand pour l’œuvre du palladisme triomphant. Par le Rempart de Dieu, on entend désigner le frère [franc-maçon] qui occupera le souverain pontificat luciférien, au temps de la mission publique de l’Antéchrist. »

Je traduis en clair avec les mots d’un eschatologue d’octobre 2013 :
Benoît XVI, le dernier pape de la liste et effectivement demi-juif par sa mère, dépose la tiare (démission, en l’occurrence) au profit d’un pur luciférien (François) avec lequel il collaborera pour la même œuvre.
Notez bien que D. Vaughan utilise les termes « dernier pape » pour le premier et ne qualifie pas le second de « pape » mais de franc-maçon qui occupera le souverain pontificat.
C’est tout de même très proche de l’analyse sur Petrus Romanus au début de cet article. Et cela ressemble beaucoup à ce qui se passe actuellement.

Pour le reste, les phantasmes de Lucifer ne s’accomplissent pas forcément comme il le souhaiterait (tous les juifs lucifériens ou le dernier pape qui adopte le culte de Lucifer. Quoique… il cautionne François et semble lui aussi plus proche de l’humanisme que du catholicisme. D’ailleurs, il procédera conjointement avec l’autre, à la canonisation de Jean-Paul II et de Jean XXIII).
Quand à la notion de mission publique de l’Antéchrist, une fois de plus, il peut s’agir de l’Antéchrist-système.
Il faut relire mon précédent article pour comprendre.

Pour tous ceux qui pourraient être choqués par la façon dont on parle ici du pape actuel, il faut savoir que le luciférianisme ne se présente pas sous la forme d’un monstre hideux à la queue fourchue mais bien avec toutes les séductions du monde, y compris celles chères aux catholiques et aux âmes bien pensantes, c’est-à-dire un humanisme qui a les apparences du bien tout en menant au mal. L’agneau qui parle comme le dragon. Méfiez-vous de l’humanisme ! Vous devez partir de Dieu pour arriver aux hommes et non l’inverse.

Terminons notre exposé avec le verset 19 du livre Apadno (la suite, donc) :
« Mais comme il y aura encore des millions d’aveugles, le rameau d’olivier se chargera en épée, et la lutte terrestre durera un an, jusqu’au quatrième coup de canon, qui sera tiré dans l’île de la vengeance. »

On peut voir dans le rameau d’olivier une allusion au complice de François, Benoît XVI, dont la devise était justement La gloire de l’olivier.
Pour le reste, Diana explique qu’il faudra encore une année pour « déclarer définitive l’abolition du pouvoir spirituel de la papauté chrétienne, après l’abolition du pouvoir temporel, et cette destruction définitive sera proclamée dans l’île de Malte. »

Ce verset est très important car on comprend tout : il faut encore un an de combat envers les irréductibles (tous ceux encore un peu bien-pensants) avant de déclarer définitive la fin de la papauté, ce qui nous ramène en 2014.
2014, c’est aussi le 700ème anniversaire de la mort de Jacques de Molay, tout un symbole pour une vengeance.

Que prépare François si ce n’est une refonte du pouvoir papal, une remise en cause du fonctionnement de la curie ? Il lit quoi le soir ? La bible ou le livre Apadno ?

Et que vont faire les deux papes le 27 avril 2014, soit à peu près un an après la prise de pouvoir de François : la canonisation de Jean-Paul II et de Jean XXIII !
C’est signé !
Pourquoi ? Parce que de cette façon, ils vont canoniser Vatican II, ses erreurs et ses hérésies. Ils vont rendre officielle la nouvelle religion en gestation depuis 50 ans.
Ils vont terminer le travail de destruction de l’Église catholique par la création d’une nouvelle église officiellement gnostique, donc officiellement luciférienne.
Ils vont couronner l’Antéchrist-système.
En un mot, ils vont procéder à la crucifixion du corps mystique du Christ, la Sainte Église Catholique, ils vont pouvoir effectivement tirer le quatrième coup de canon de la vengeance.

Nous serons donc très proches de la fin, plus proches que nous ne le pensons.
Car entre nous, cela m’étonnerait que cela se fasse sans intervention divine.
On en reparlera.
source
Enregistrer un commentaire