Un jour, j’irai vivre en Théorie parce qu’il paraît qu’en Théorie, tout va bien. (Les mots surpendus)

jeudi 29 septembre 2011

L'apocalypse le 21/12/2012 ? Attention sectes

source

Interview - Dans son dernier rapport annuel, la Mission interministérielle de Vigilance et de Lutte contre les Dérives sectaires met en garde contre la résurgence de discours apocalyptiques à l'approche du 21 décembre 2012. En France, c'est la secte Ramtha qui préoccupe le plus. Autre inquiétude de la Miviludes : la prolifération des charlatans de la santé autour des cancéreux.

TF1 News : Dans votre 8e rapport annuel, remis ce mercredi au premier ministre, vous mettez en avant le risque de résurgence de discours apocalyptiques à l'approche de 2012. Pourquoi ?
Vidéo

Georges Fenech, président de la Mission interministérielle de Vigilance et de Lutte contre les Dérives sectaires (Miviludes) :
L'année 2012 est devenue un phénomène planétaire. Sur Internet, environ 2,5 millions de pages sont consacrées à l' "Apocalypse 2012". Ces  théories apocalyptiques reposent sur un certain nombre d'interprétations du calendrier Maya mais aussi sur des calendriers d'autres civilisations. Il faut ajouter à cela, dans une espèce de grand méli-mélo, des événements astrophysiques qui devraient se produire à cette époque. Cela va du renversement des pôles magnétiques jusqu'à la suractivité solaire, en passant par les trous noirs, les astéroïdes, un équinoxe et l'alignement des planètes... il y a un grand nombre d'événements du passé, du présent et du futur, qui convergent tout vers le 21 décembre 2012. C'est devenu une date emblématique pour tous les groupements sectaires à caractère apocalyptique.
TF1 News : Comment les sectes s'emparent-elles de ces annonces d'apocalypse ?
G.F. : Il faut se montrer extrêmement vigilant, car l'histoire nous a enseigné que ces discours apocalyptiques pouvaient entraîner des drames. En France, il y a eu 16 morts en 1995 avec l'Ordre du Temple solaire. À l'époque, les victimes sont parties sur l'étoile de Sirius. Et puis dans le monde, il y a eu le temple du Peuple au Guyana en 1978 avec 963 morts par empoisonnement collectif, dont 274 enfants. Plus près de nous, en 1993, il y a eu les davidiens à  Waco, dans le Texas, avec un bilan de 72 morts. Deux ans plus tard, au Japon, il y a eu la secte Aum et le gaz sarin dans le métro. Plus récemment, en 2008, il y a eu les "illuminés de Penza" près de Moscou avec 35 adeptes qui s'étaient reclus sous terre, dont deux sont morts, etc.

D'une manière plus générale, cela dépasse le phénomène purement sectaire, car il y a aussi toute une mouvance New Âge qui véhicule cette idée que 2012 sera l'ère du passage au Verseau, l'ère du retour à la nature dans un monde plus pacifié. Il y a donc un buzz général, largement amplifié sur la toile, autour de la date de 2012.

TF1 News : Y a-t-il des raisons de s'inquiéter particulièrement en France ?
G.F. :
On constate depuis quelque temps l'installation de têtes de pont de certains grands mouvements internationaux sur notre sol. C'est notamment le cas depuis 2008 avec la secte Ramtha dans le sud-ouest de la France et plus particulièrement dans l'Aude, sur le site de Bugarach (ndlr : selon certaines croyances, cet endroit pourrait être un des seuls, voire le seul, à être épargné lors de l'apocalypse de décembre 2012), et dans les Pyrénées-Orientales. À la tête de cette secte, on trouve une certaine Judy Zebra Knight, qui prétend être la réincarnation de Ramtha, un guerrier lémurien qui aurait libéré son peuple de la tyrannie des Atlantes il y a 35 000 ans. Elle dit être en contact avec lui et diffuse lors de transes devant des milliers d'adeptes aux États-Unis des messages apocalyptiques pour 2012.
Que ce soit dans l'Aude ou les Pyrénées-Orientales, on constate l'installation de familles qui progressivement achètent des terres agricoles et des maisons dans des coins très isolés, ce qui pourrait poser des troubles à l'ordre public en cas de rassemblement à l'approche de la date fatidique. Des constructions de bunkers, avec des galeries souterraines, et des approvisionnements en nourriture ont également été remarqués. Le phénomène est en train de monter en puissance. À la louche, ils représenteraient environ 200 personnes actuellement.

Si Ramtha nous préoccupe le plus, c'est aussi parce que récemment, un couple de Français a tué un policier en Afrique du Sud, avant d'être abattu à son tour. Chez eux on a retrouvé tout un tas de munitions et d'armes, mais aussi de documents liés à Ramtha...

TF1 News : Comment les autorités peuvent-elles se prémunir d'éventuels suicides collectifs d'ici la fin 2012 ?
G.F. :
Pour Ramtha, par exemple, la Miviludes est d'ores et déjà allée à Carcassonne et Perpignan pour sensibiliser les préfectures à ce problème. Nous allons également mettre en place une cellule de veille sur internet avec les brigades spécialisées en cybercriminalité, car nous avons déjà eu un cas impressionnant d'emprise mentale virtuelle. Il s'agissait d'un Canadien appelé "Flot" qui communiquait par Skype et qui a réussi à mettre sous emprise mentale des Françaises en Bourgogne notamment. Ces femmes avaient déjà pris leurs dispositions avec les pompes funèbres et étaient allées voir leur notaire en prévision d'un suicide. Nous avons alerté les autorités canadiennes qui ont fermé le site de ce "Flot" mais ça c'est arrêté là, car là-bas il n'y a pas de texte légal, comme en France, qui condamne l'emprise mentale. Chez nous, une enquête est en cours pour provocation au suicide au parquet de Valence. Ce type d'emprise est un phénomène relativement nouveau.

TF1 News : Dans votre rapport annuel, vous dénoncez également des dérives dans le domaine de la santé et notamment concernant le traitement des cancers.
G.F. :
C'est effectivement l'autre préoccupation majeure de ce rapport annuel. Le cancer est une maladie particulière, car il y a une dimension psychologique forte : "Pourquoi moi ?". Et c'est une maladie qui impacte l'entourage du malade. Le cancer concerne quelque 900.000 personnes en France. 350.000 nouveaux cas sont décelés chaque année et c'est la première cause de mortalité en France. Si on sait soigner la plupart de ces cancers, avec des traitements spécifiques, il n'en demeure pas moins que cette maladie fait peur et qu'il y a des cas que l'on ne sait toujours pas guérir. Il y a des charlatans de la santé qui profitent de cette désespérance pour proposer des médecines alternatives qui conduisent à une rupture avec les soins conventionnels. On a comme cela plusieurs cas de femmes qui sont décédées d'un cancer du sein alors qu'elles auraient pu être traitées. Mais sous l'emprise d'un charlatan elles se sont contentées de jus de citron, de jus de légumes pendant 42 jours ou encore de boire leur urine.

Au total, nous avons répertorié une quarantaine de ces pratiques qui nous inquiètent beaucoup, car par internet le message est amplifié. Et il y a même des formations, désormais, dans des facultés libres de médecine où l'on enseigne que le cancer n'est pas physiologique, mais d'ordre psychologique et qu'il faut donc régler le problème interne pour pouvoir guérir... C'est ce qu'on appelle la méthode germanique Hamer et qui compte à peu près 3.000 praticiens en France. On a voulu en partenariat avec l'Institut national de lutte contre le cancer mener une campagne de sensibilisation par voie d'affichage qui commence ce mercredi dans les hôpitaux et les cabinets médicaux. L'idée est de dire attention aux remèdes miracles.
Par Alexandra Guillet le 15 juin 2011 à 06:00

Enregistrer un commentaire