Un jour, j’irai vivre en Théorie parce qu’il paraît qu’en Théorie, tout va bien. (Les mots surpendus)

mardi 19 novembre 2013

Homophobie: celui qui frappe n'est pas si différent de celui qui est frappé

Vous rappelez-vous de ce qu'on disait à nos intimidateurs dans la cour d'école ? « Celui qui le dit, c'est celui qui l'est !» J'ai tellement entendu cette phrase que j'en avais perdu le sens. J'y voyais juste quelque chose à dire quand on n'a rien à répondre à une attaque gratuite. Quand je pense aux agressions homophobes aujourd'hui, cette phrase prend tout son sens.

consulter l'article
Enregistrer un commentaire