Un jour, j’irai vivre en Théorie parce qu’il paraît qu’en Théorie, tout va bien. (Les mots surpendus)

mardi 4 février 2014

Les exagérations de ceux qui mettent « Le Québec dans le rouge »

Média fait ses choux gras, ces jours-ci, d’une étude du Centre sur la productivité des HEC montrant combien les Québécois sont nuls, poches et pauvres.
Ce n’est pas la première fois, et ce n’est pas la dernière.
L’économiste Pierre Fortin vient de remettre, encore une fois, les pendules à l’heure dans L’actualité. Je le cite :
Il y a trois ans, le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, lançait que les Américains étaient 45 % plus riches que les Québécois. Ce dernier fondait son jugement en toute bonne foi sur une affirmation à cet effet du Centre sur la productivité et la prospérité de HEC Montréal.
Depuis lors, plusieurs d’entre nous ont démontré que le chiffre de HEC repris par François Legault était erroné. Mais les affirmations erronées, surtout quand elles sont politiquement commodes, ont la vie dure.
Je vous laisse aller voir comment le professeur Fortin corrige les erreurs des HEC, mais voici comment les chiffres paraissent lorsqu’ils sont plus proches de la réalité:
FortinHEC
Pierre Fortin dégonfle considérablement le ballon du retard économique du Québec en corrigeant la copie des HEC.
Mais même ce tableau mérite réflexion, car il donne le pouvoir d’achat moyen, sans prendre en compte les plus grandes inégalités de revenus entre les Québécois d’une part, les Ontariens et les Américains de l’autre.
Pierre et moi avions fait ce calcul il y a deux ans pour conclure qu’à temps de travail égal, le pouvoir d’achat de 99 % des Québécois était supérieur à celui de 99 % des Ontariens et des Américains.
On trouvera ce texte ici, et j’en résume les conclusions dans cet extrait vidéo:



Enregistrer un commentaire