Un jour, j’irai vivre en Théorie parce qu’il paraît qu’en Théorie, tout va bien. (Les mots surpendus)

mercredi 5 février 2014

Conscience sociale et stéroïde


Une médaille d’or du mépris
Bienvenue à « Sloutchie »
Clode Hamelin
À chaque fois, j’ai un peu mal au coeur. Comme vous, je vois les chiffres, les millions, les milliards, les bâtiments, les routes et les travers au gros bon sens qui font qu’on chauffe un étang alors qu’il devrait être gelé ou qu’on fait une montagne de neige là où il ne devrait y avoir que du gazon. Mais ça, c’est un détail.
J’imagine aussi et surtout les conflits internes des pays concernés, le déplacement des populations sans moyen, le retrait des droits et libertés, la destruction de certains villages ancestraux, la souffrance, la peine et la misère, la destruction aussi d’habitats naturels, la mort de milliers d’animaux et l’inimaginable déploiement militaire pour rendre cette orgie de stéroïde possible, pour ne pas dire paisible, puisque ce concept n’est pas possible en un pareil lieu de tensions politiques et ethniques historiques.
Bienvenue aux JEUX DE SLUTCHIE ! Bienvenue à la fête du sport amateur.
50- 60 milliards dont une immense partie volée en magouille de toutes sorte ... 3,000 athlètes, 13,000 journalistes et 40,000 policiers et militaires (à part les services secrets). Des drones, des installations d’écoutes électroniques, des milliers de caméras, etc. Ça fait cher de l’athlète !
« SLUTCHIE » semble l’apogée...
Je ne pourrai pas répéter ici toutes les atrocités qui furent publiées concernant les jeux actuels. Mais juste pour souligner mon propos, voici, plus bas, quelques liens. (Il y en a des milliers)
Destruction de quartiers populaires entiers, destruction de l’eau potable dans certaines régions, construction d’autoroutes à quelques mètres d’habitations familiales, affaiblissement des sols faisant en sorte que des maisons s’effondrent, destruction d’écosystèmes... Dans la ville même, plus de 1,000 maisons furent détruites et leurs propriétaires déplacés souvent SANS aucune indemnité. Un homme à même vu sa résidence et son magnifique terrain face à la mer, transformés en PARKING.
Et que dire de la corruption, des fraudes, des vols, de l’homophobie manique allant jusqu’au meurtre encouragé sans le dire, par une loi gouvernementale. Que penser de la politique locale en général, que dire des droits de l’homme au royaume de Putine, l’empereur ? Oh, je sais, en Chine aussi nous nous posions des questions.
http://www.rts.ch/emissions/geopoli...
http://fr-ca.actualites.yahoo.com/v...
http://www.lavie.fr/actualite/monde...
http://www.rtl.fr/actualites/info/e...
http://www.leparisien.fr/JO-hiver/s...
Pouvez bien me dire, qui décide que nous participions collectivement à une telle exhibition malsaine et sans avenir. Une rencontre abjecte avec la fin du monde, la fin d’un monde. Un rendez-vous avec le déclin d’une civilisation. Et ce, dans de telles circonstances qui sont absolument inacceptables, ne serait-ce qu’au niveau des droits de la personne, en premier lieu.
Mais à qui servent de telles choses ? Pourquoi surtout, participons-nous à de telles atrocités en tant que société, en tant que pays ? Pourquoi y envoyons nous nos jeunes « boostés à l’os » pour faire quelques simagrées et deux trois pirouettes magnifiques et télévisées ? Y aura-t-il une seule personne pour dire NON, C’EST ASSEZ ?
Même si les organisateurs des JO n’ont pas de conscience sociale et sont des vampires de la jeunesse, même s’ils sont d’avides consommateurs d’argent, des mafiosi du sport, même si les pays organisateurs sont des profiteurs narcissiques, psychotiques, même si nos pays participants sont des collaborateurs sans scrupule.... Qu’en est-il de la conscience individuelle ?
Qu’en est-il de la responsabilité citoyenne des athlètes et de la morale de leurs parents ? De leurs professeurs, de leurs écoles, de leurs clubs de sports, de leurs entraineurs, de leurs organisations locales ? Qu’en est-il de nous qui PAYONS avec nos impôts ces choses proches de l’hystérie collective alors qu’on se fait dire à longueur de semaine qu’il n’y a plus d’argent pour les écoles, les malades, les vieux ou les arénas de quartier.
Qu’en pensons nous en tant que citoyens, en tant que contribuables, alors qu’on parle d’augmenter les frais de scolarité toutes les deux minutes. Et je ne vous parlerai pas trop de la santé ou des ponts qui tombent.
Y a-t-il une seule personne avec un peu de conscience sociale dans tout ça ?? Dans notre monde ? Y a-t-il un humain dans la salle pour crier C’EST ASSEZ !!!!! ???
Je me questionne. Comment peut-on quand on a vingt ans, avoir le coeur léger et aller patiner sur une jolie glace intérieure ou il y a un an à peine habitaient 200 familles qui furent crisser à la rue par un gouvernement totalitaire. Comment peut-on quand on a vingt ans et qu’on est scolarisé, comment peut-on dire à la télévision, « OH, la glace est belle »... dans de telles circonstances ? Moi, je m’interroge.
Où a-t-on manqué notre coup en tant que société ?
Soyez certain que je ne désire pas juger les individus, je ne les connais pas et ce n’est sincèrement pas le but de mon propos. Bien au contraire, c’est au niveau collectif que je m’interroge. Mais je suis obligé de passer par là pour y arriver.
Et pourquoi tout ça ? Parce que ça les excite de savoir qu’ils vont aller un millième de seconde plus vite que le suédois à grandes jambes qu’ils détestent depuis toujours ? Ou parce qu’ils auront un 10 alors que la Russe aura 8.9. Noble cause s’il en est une. C’est ce qu’on leur a appris. Nous sommes coupables.
Ou est-ce parce qu’au retour dans leur bungalow de Ste-Thérèse, de Calgary ou de Bromont, dans le salon avec les parents et leurs matantes il fera bon dire, « Ah oui il y avait des militaires partout quand j’ai gagné ma médaille de Slutch à Slutchie ! » Ah ,oh oui, t’étais si beau à la TIVI !!! Marci matante !! Tout ça pour ça....???
Je le répète, où est la conscience dans tout ça, parents, entraineurs, équipes, sports Canada, les équipes du Québec, le gouvernement et notre société, où est la conscience, pour participer sans mot dire à de telles choses abjectes... Est-ce qu’on se pose même ces questions ???? Ne voit-on que les feux d’ARTIFICE et les beaux habits chromés ?
Au printemps dit érable, il y en avait beaucoup pour crier contre les jeunes étudiantes et étudiants mobilisés lors de la fameuse CRISE ÉTUDIANTE. Les crisses de carrés rouges !
Il y en avait pour les traiter de toutes sortes de noms parce qu’ils remettaient en question le monde, le CAPITALISME SAUVAGE ET SANS MORALE, SANS CONSCIENCE. On les a arrêtés, on les a battus, on les a blessés, on les a presque tués dans certains cas, on les a utilisés à des fins politiques sales, on les a trainés en cour et ce n’est pas encore terminé.
Mais où donc étaient nos jeunes héros du sport olympique lors de ces événements, notre ÉLITE SPORTIVE. Y en a-t-il eu un seul au Québec qui était dans la rue pour défendre l’idée d’égalité des chances en offrant une Université accessible pour tous ??? Si oui, s’il vous plaît, nommez-les, ou nommez-vous, qu’on le sache. Qu’on vous applaudisse.
Ceux qui étaient contre les étudiants hurlaient que ça coutait trop cher l’ÉDUCATION. Fuck off !
Ça coute combien à notre société entretenir le rêve olympique et y participer alors que tous les autres cons-citoyens regardent ça à la TIVI ?? Avez-vous un chiffre svp ? Un ordre de grandeur en entier.
Où sont-ils aujourd’hui nos enfants, car ce sont nos enfants ? À Slutchie ! Au pays de Putine. Pour le grand cirque. Au pays qui pisse sur les droits de l’homme et les libertés individuelles, dans un lieu où on a tout décalissé et chassé les habitants, pour faire croire que la neige est naturelle partout et que dans ce coin du monde on est FULL olympique. Ouain, parlez-en à ceux qui n’ont plus de maisons. Parlez-en aux Caucasiens.
Nos enfants participent à une des pires cochonneries qui symbolise cette société méprisable. Société de l’abus de pouvoir et de l’exploitation de l’homme par l’homme. Et ça, on le sait tous, on en entend parler depuis 25 ans. Il y a des milliers de pages de documentations là-dessus et des heures de films.
C’est un des plus laids symboles de notre monde en plein déclin sous couvert de sport et de réussite individuelle. Une sorte de symbolisation fantasmatique de notre mode de vie basé sur la compétition malsaine, représentée sous le jour joli de l’effort de la jeunesse. Là où la dope tient lieu de prière.
Le but est si noble, sauter plus haut, descendre plus vite et revenir voir maman avec une belle médaille en tôle pour lui entendre dire les mots magiques « Chu tellement fière de toi mon petit bout de choux »
Et pour que nous entendions un portrait du jeune athlète à la SRC, dans lequel nous apprendrons qu’il a débuté à deux ans en se jetant en bas de sa bassinette.
Il y a eu le printemps érable pour tenter de convaincre la population que l’éducation n’était pas une marchandise et que les Universités n’étaient pas des compagnies privées. Que l’éducation était pour tous et devait être accessible à tous. Pas certain que nous ayons compris. Mais enfin !
Il ne nous reste maintenant qu’à faire quelques années de manifestations et de troubles sociaux pour faire comprendre à tout le monde que la conscience sociale doit être enseignée à nos enfants, et ce, à partir de la maison, par les parents, en premier. Le reste devant suivre et encouragé dans le reste de la société, en passant par l’école.
Peut-être qu’à ce moment-là, les mères demanderont à leurs enfants de devenir des êtres respectables, responsables et conscientisés plutôt que de leur dire de courir plus vite que le petit chinois avec les médailles dans le cou. Peut-être que certains parents aimeront leurs enfants bons et humains plutôt que gros et vite comme des poulets aux hormones. (S’cusez-là !)
Comprenez-moi bien, je n’ai ABSOLUMENT rien contre les activités sportives. Au contraire. Ça devrait même faire partie de la vie dans nos écoles et nos Universités ouvertes à tous. (économiquement).
J’ai bien entendu plusieurs amis nationalistes dirent, « j’ai hâte que le Québec devienne un pays pour participer à ces jeux au lieu de faire partie de l’équipe Canadienne »... je comprends leur dire.
Mais moi je dis de toutes mes forces, « j’ai hâte que le Québec soit un pays souverain pour ne plus jamais participer à ces choses insensées et pour que ce pays neuf ne cautionne plus, n’encourage plus ces absurdités, responsables de tant de souffrances, de violences, d’injustices, d’horreurs sans nom et de tant de dépenses et de vols alors que des millions d’enfants meurent de faim dans le monde. Alors qu’on tire à coup de 9mm les malades mentaux dans les rues de Montréal parce qu’on a pas assez d’argent pour laisser ouvert, les instituts de soins psychiatriques. Alors qu’on coupe dans l’aide sociale.
J’ai hâte que mon pays soit un PAYS de bon sens, pour donner l’exemple plutôt que de participer aux mêmes niaiseries et aux mêmes délires, aux mêmes désastres.
Si nous pouvons passer de la famille avec une morale, à l’individu conscientisé, naîtra ensuite la nation fière. Ainsi aurons-nous enfin un pays lumineux et noble, un pays qu’il fera bon défendre.
Ainsi aurons-nous le désir et sentirons nous tous, le devoir d’écrire, avec force et sans gêne aucune, une charte des valeurs, qui n’aura rien de cosmétique, je vous le jure.
vu ici
Enregistrer un commentaire