Un jour, j’irai vivre en Théorie parce qu’il paraît qu’en Théorie, tout va bien. (Les mots surpendus)

mercredi 14 septembre 2011

Rire pour ne pas souffrir

Douleur - Rire pour ne pas souffrir

source 

Le fait de rire à gorge déployée diminue la sensation de douleur, montre une étude …


Le fait de rire à gorge déployée diminue la sensation de douleur, montre une étude écossaise. Selon le Pr Robin Ian MacDonald Dunbar et ses collègues de l'université Oxford, ce sont les molécules opiacées qui inondent le cerveau au moment du rire soutenu qui produisent cet effet anesthésique.
Pour le démontrer, les chercheurs ont testé en laboratoire la réaction à la douleur de participants qui regardaient des extraits de comédies comme Mr Bean ou Friends ou des documentaires sur la vie des animaux.
Le test consistait à provoquer une douleur par le froid d'un manchon destiné à rafraîchir le vin ou par un garrot serré jusqu'à la limite de tolérance.
Lors d'un autre test, des volontaires qui avaient assisté à des pièces de théâtre drôles ou dramatiques ont été invités à s'appuyer contre un mur, genoux pliés, pour vérifier toujours si le rire diminuait la sensation de douleur.
Les résultats montrent qu'un quart d'heure de rire bien franc suffit pour augmenter d'environ 10 % la tolérance à la douleur. Toutefois, regarder des émissions non humoristiques ou des drames n'a aucun effet antidouleur.
Selon les auteurs de ces travaux publiés dans la revue de l'académie des sciences britanniques (Proceedings of The Royal Society B), il est important de faire la distinction entre un rire franc, à gorge déployée, le seul qui a un effet, et un rire de convenance.
Il est rare d'obtenir un rire franc en solitaire. Il semble donc déterminant d'être en groupe pour déclencher le bon type de rire qui libère dans le cerveau des endorphines, ces hormones qui servent de messagers chimiques entre les neurones et qui peuvent atténuer les signaux de douleur physique ou de stress.
En outre, les endorphines sont produites pendant des exercices physiques, ce qui contribue à la sensation de bien-être quand on court ou quand on pratique certains sports.
De plus, un rire franc implique un exercice musculaire involontaire et répété, au cours duquel on expire de l'air sans reprendre son souffle. L'épuisement causé par cet effort entraîne également la production d'endorphines.
En mars 2010, des psychologues américains affirmaient que l'intensité du sourire était statistiquement associée à la longévité d'une personne.
Enregistrer un commentaire