Un jour, j’irai vivre en Théorie parce qu’il paraît qu’en Théorie, tout va bien. (Les mots surpendus)

samedi 12 novembre 2011

Est-ce qu’un « État uni d’Europe » naîtra des cendres de l’effondrement de la Zone Euro?


Partout en Europe, les grands titres déclarent que la zone euro est au bord de l’effondrement. Plein de gens assument faussement que cela veut dire la fin de l’euro et le retour aux monnaies nationales. Malheureusement, ça ne sera pas le cas. A la place, ce sera un autre exemple de comment l’élite cherche à amener l’ordre du chaos. L’élite européenne n’a aucune intention de renoncer à une Europe unie. Plutôt, ils espèrent être capables de mettre au monde des « États-Unis d’Europe » à partir des cendres de la zone euro existante. Durant les prochains mois, nous verrons une panique et peur généralisée partout en Europe. L’euro coulera probablement comme un caillou et il y aura probablement de gros problèmes financiers en Europe et partout autour du globe. Mais pour l’élite européenne, une grosse crise comme celle-là représente une opportunité en or de démolir les structures existantes et de construire de nouvelles. La solution que l’élite européenne proposera ne sera pas de revenir à ce que l’Europe était auparavant. En fait, ils avanceront l’idée d’une Europe bien plus étroitement et durement intégrée.

Bien sûr ça ne sera pas appelé « États unis d’Europe », mais c’est définitivement ce qu’ils ont à l’esprit.

Mais ils savent que les peuples d’Europe n’iront pas vers cette solution à moins qu’ils ne ressentent de la peur et de la souffrance en premier.

En ce moment même, la scène est mise en place pour la crise financière à venir en Europe. Partout dans l’UE, les médias mettent en garde les Européens à s’attendre au pire. Par exemple, ce qui suit provient d’un article du Telegraph….

L’effondrement de la zone euro pourrait provoquer un écrasement qui anéantira instantanément la moitié de la valeur de l’économie européenne, plongeant le continent dans une dépression aussi profonde que la dégringolade des années 1930, le président de la Commission européenne nous avertit.

Quelques journaux mettent en garde qu’un « Armageddon » financier approche. Lisez juste les passages suivants d’un article de l’Express

Des préparatifs étaient en cours hier soir pour la rupture de l’euro alors que la crise de la dette européenne est hors de contrôle.

Alors que les responsables du Trésor ont travaillé toute la nuit pour atténuer l’impact sur la Grande-Bretagne, David Cameron, a averti que la monnaie unique européenne était confrontée à son « moment de vérité ».

Le Secrétaire des Affaires Vince Cable alla plus loin en parlant d’un « Armageddon » alors que les responsables officiels de Bruxelles avertirent que le chaos nous menaçait tous de plonger dans une nouvelle récession.

Si vous pouvez le croire, plein de gens parmi l’élite européenne peuvent actuellement chercher à détruire la structure de l’actuelle zone euro.

Pourquoi?

Eh bien, ça leur donne l’opportunité d’implémenter quelque chose de nouveau.

Une crise financière est toujours temporaire, mais plein de gens parmi l’élite européenne croient qu’ils peuvent construire une « nouvelle Europe » qui perdurera pendant des siècles.

Les supports d’actualité partout en Europe sont déjà en train de rapporter des rumeurs que le Président français Nicolas Sarkozy et la Chancelière allemande Angela Merkel ont « secrètement comploté » pour créer une « nouvelle zone euro » qui exclura certaines nations plus faibles comme la Grèce et l’Italie.

For instance, the following is from an article that just came out in the Telegraph….

Par exemple, ce qui suit provient d’un article provenant tout droit du Telegraph….

La France met au point un plan pour créer une organisation séparatiste des pays de la zone euro avec son propre traité, le Parlement et le siège – un mouvement qui pourrait considérablement affaiblir l’Union européenne existante

Ce même article du Telegraph est aussi déjà en train de préparer les lecteurs à accepter que la solution ultime à la crise financière à venir sera de «renforcer l’union entre pays de la zone euro »….

France et l’Allemagne sont comprises pour vouloir renforcer l’union entre les pays de la zone avec de nouvelles taxes et des mesures juridiques pour empêcher des nations d’emprunter et de trop dépenser à l’avenir.

Mais ce qui est dit dans ces articles c’est que l’Allemagne et la France n’ont aucune intention de laisser qui que ce soit dehors sur le long terme. Ils veulent juste que certains des pays les plus faibles soient effrayés d’être « des rejetés » du « nouveau club » afin qu’ils conviennent d’une intégration beaucoup plus étroitement intégrée en Europe et à l’ensemble des nouvelles règles que l’Allemagne et la France prévoient d’imposer.

Marquer mes mots. Des pays financièrement plus faibles tels que l’Italie et la Grèce finiront par rejoindre le nouveau «bloc économique» que l’Allemagne et la France mettent en place.

Mais avant que tout cela arrive, beaucoup de ces problèmes d’endettement en Europe vont être autorisés à être interprétés, l’euro va probablement couler comme un caillou, et le chaos sera autorisé à régner sur tout le continent pendant une courte période.

La dure et froide réalité du problème est que la structure actuelle de la zone euro ne fonctionne simplement pas et elle n’aurait jamais du existé en premier lieu. Un article récent posté sur Crackerjack Finance résume certains des problèmes de la structure actuelle de la zone euro très sympathiquement….

Les problèmes de la construction défectueuse de la zone euro sont maintenant complètement exposés. Un bloc de 17 nations souveraines a adopté une monnaie commune et externalisé la politique monétaire à une banque centrale commune. Pourtant, chacune des 17 nations souveraines a différents avantages comparatifs, les industries, les niveaux d’endettement, des taux d’intérêt, les déficits budgétaires, les règles du marché du travail, et les politiques fiscales. Réfléchissant à toutes les différences, il est étonnant que la zone euro ai survécu à sa construction actuelle plus d’une décennie.

Mais au lieu de revenir aux monnaies nationales, l’élite européenne est convaincue qu’il est temps pour un « Etats-Unis d’Europe » qui sera bien, bien plus étroitement intégré.

Un article du Guardian cita récemment Angela Merkel déclarant que la solution aux problèmes, dont l’Europe, fait face est « plus d’Europe, et non moins d’Europe »….

Le Président de la Commission européenne Jose Manuel Barroso a été bien plus audacieux dans ses appels à l’Europe de «s’unir»….

Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a issu un nouvel appel à l’UE de s’ »unir ou faire de face à l’insignifiance » face à la crise croissante économique en Italie. « Nous assistons à des changements fondamentaux de l’ordre économique et géopolitique qui m’ont convaincu que l’Europe a besoin d’avancer maintenant ensemble ou de risquer de se fragmenter. L’Europe doit se transformer elle-même ou elle déclinera. Nous sommes à un moment décisif ou soit nous nous unifions soit nous faisons face à l’insignifiance, » dit-il.

Pour faciliter ce processus, de nouveaux politiciens sont mis en place dans toute l’Europe qui sera compatissante envers l’agenda de l’ »Europe unie » de l’élite européenne.

En Italie, Silvio Berlusconi est hors jeu, et il semble qu’il sera remplacé par l’économiste Mario Monti.

Monti étudia à Yale, est un membre de la Commission européenne, il est le directeur de la Commission trilatérale en Europe et il est aussi membre du Groupe Bilderberg.

En Grèce, George Papandréou est hors jeu, et Lucas Papadémos a été placé au pouvoir.

Papadémos étudia à Harvard, et il a précédemment servi en tant que Gouverneur de la Banque Centrale grecque, en tant que vice-président de la Banque Centrale européenne et économiste sénior de la Federal Reserve Bank de Boston. Il est aussi membre de la Commission trilatérale.

C’est drôle comment les gens de ces mêmes organisations élitistes semblent toujours apparaitre en position de pouvoir, n’est-ce pas?

Avec des hommes pareils au pouvoir, il sera bien plus facile pour l’élite européenne de convaincre le reste du continent de faire la transition vers une « nouvelle Europe ».

Mais à quoi ressemblera une « Nouvelle Europe »? Eh bien, un article du Daily Mail, « Naissance du Quatrième Reich, comment l’Allemagne utilise la crise financière pour conquérir l’Europe » contient l’appréciation suivante donnant à réfléchir de ce qu’une intégration économique plus profonde en Europe voudrait dire…

Cela entraînerait une perte de souveraineté pas vu dans ces pays du temps ou plein d’entre eux étaient sous la botte du Troisième Reich il y a 70 ans.

Pour n’avoir aucun doute ce que signifie l’union fiscale: c’est une politique économique, un système d’imposition, un système de sécurité sociale, une dette, une économie, un ministre des Finances. Et tout ce qui précède serait allemand.

Ça sent le roussi. 
Mais c’est toujours ce que l’élite veut.
Ils veulent plus de pouvoir et plus de contrôle.
En ce moment, les Européens ne sont pas près d’être embarqués dans ce truc de la « nouvelle Europe ». Donc ça veut dire qu’il y aura plus de chaos, douleur et peur en premier.
Un effondrement financier est définitivement en train d’arriver en Europe.
Et il sera incroyablement déplaisant.
Mais après la tempête, l’élite européenne espère qu’elles auront ce qu’elles ont toujours souhaité – une « Nouvelle Europe » qui est plus étroitement intégrée qu’elle n’a jamais été à n’importe quel moment depuis la chute de l’Empire Romain.
source
Enregistrer un commentaire