Un jour, j’irai vivre en Théorie parce qu’il paraît qu’en Théorie, tout va bien. (Les mots surpendus)

jeudi 1 août 2013

Un hamburger artificiel à 285.000 euros à Londres


Pour faire face au problème de l’alimentation mondiale, certains scientifiques font preuve d’une imagination débordante. Des chercheurs néerlandais proposent par exemple d’introduire dans les assiettes de la viande fabriquée in vitro à partir de cellules souches. Leur invention sera bientôt cuisinée dans un restaurant de Londres.

Selon les estimations, à l’horizon 2050, la planète comptera neuf milliards de personnes, et donc autant de bouches à nourrir. Afin de les sustenter sans pour autant porter atteinte aux ressources mondiales, il semble primordial de modifier les techniques de production et les

habitudes alimentaires.

Sur cette question, les spécialistes ne sont pas toujours d’accord. Certains pensent que le problème vient principalement de la gestion des
denrées alimentaires, alors que d’autres affirment que de nouvelles sources de nourriture sont nécessaires pour subvenir aux besoins de la population mondiale. Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture(FAO), les insectes pourraient représenter une alternative sérieuse à l’élevage bovin.

Certains experts pensent pour leur part que le problème pourrait être résolu grâce à la science. Selon eux, les plantes et les
animaux génétiquement modifiés constitueraient une solution idéale pour améliorer le rendement des productions alimentaires. Ils souhaiteraient par exemple fabriquer des races de vaches superproductrices de lait. D’autres scientifiques vont encore plus loin et suggèrent l’abandon total de l’élevage des animaux. En contrepartie, ils proposent de produire de la viande in vitro à partir… de cellules souches musculaires.

Viande grise, gluante et élastique à partir de cellules souches

Aux Pays-Bas, une équipe de chercheurs de l’université de Maastricht travaille sur cette idée surprenante, et a réussi à fabriquer un steak synthétique en laboratoire, composé d’environ 3.000 morceaux de bœuf artificiel de la taille d’un grain de riz. Cependant, ce steak-éprouvette ne ressemble pas vraiment à de la
viande avec sa couleur grise, un aspect gluant et une consistance élastique rappelant celle du calmar. Ces différences de texture pourraient s’expliquer par le fait qu’il est constitué uniquement de fibres musculaires, et ne contient pas d’autres types de cellules, contrairement à la vraie viande.

Pour fabriquer un tel produit, il faut s’armer de patience. Les
cellules souches musculaires sont extraites de la vache et sont cultivées dans un incubateur pendant six semaines. Elles vont alors se différencier et se multiplier pour prendre l’apparence d’un tissu un peu collant qui ressemble à de la viande.

Un hamburger à 285.000 euros

Quel goût peut bien avoir un tel aliment ? Un groupe de volontaires aura bientôt la réponse à cette question. En effet, selon le quotidien britannique
The Independent, un restaurant londonien aura le privilège de servir le premier hamburger de l’histoire cuisinée avec cette viande synthétique. Ce sera également le plus cher, puisque son prix est estimé à 250.000 livres sterling (environ 285.000 euros) ! De quoi inviter les testeurs à apprécier chaque bouchée…

Les chercheurs estiment que ce type de viande pourrait être commercialisé d’ici cinq à dix ans. Cependant, de nombreuses études sont encore nécessaires afin de montrer que ce steak artificiel est bien inoffensif pour la santé humaine.
Source
Enregistrer un commentaire