Un jour, j’irai vivre en Théorie parce qu’il paraît qu’en Théorie, tout va bien. (Les mots surpendus)

mercredi 23 octobre 2013

Interview d'un ancien musulman ayant apostasié



Vous avez peut-être remarqué dans les commentaires des articles de Poste de Veille, ceux d’un certain « Ex-muzz ». Cette personne, alias « L’Insoumis », alias KS, est un ancien musulman ayant apostasié. Et depuis cette apostasie, il s’efforce de faire connaitre au monde les dangers et les bêtises de l’islam, et de les diffuser auprès des musulmans dans le but de les aider à s’en extirper. Il possède un regard de l’intérieur, une expérience personnelle et une connaissance de l’islam très édifiants – et dans le même temps, cette expérience personnelle est très similaire à celle que vivent des centaines de millions de musulmans. Nous lui avons proposé de nous les faire partager avec cette interview, réalisée par Olaf.

1. L’éducation d’un musulman   
[Olaf] Qui êtes-vous, l’Insoumis ? Pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs, et nous dire comment est ce que vous êtes devenu musulman ?

[KS, l’Insoumis] Je suis né à la fin des années 60 en Algérie, j'ai eu une scolarité normale jusqu'à mon entrée à l'université, au début des années 90. À la fin de mes études, je me suis installé en Europe où je travaille et me suis intégré.

Bien évidemment, je suis issu d'une famille musulmane pratiquante ; une famille nombreuse - je suis le cadet de 10 enfants - où l'islam se pratique d'une manière légèrement « modérée », quoique je ne crois pas vraiment que ce terme ait du sens en islam. Mes parents m’ont évidemment élevé dans la religion, et m’ont toujours poussé à pratiquer la religion - prière, jeûne etc.

Mais cette éducation religieuse n’a pas vraiment pris chez moi. Le premier grand traumatisme à cause de l’islam, ce fût ma circoncision, alors que je n'avais que 2 ans et demi, et je l’ai tout de suite associée à la religion. Par la suite, avant même le début de ma scolarité, vers l'âge de 4 ans, mes parents m'ont envoyé dans une école coranique du quartier, tenue par un voisin. J’y apprenais à réciter le coran à coup de bâton. Je considère cela comme le deuxième traumatisme que m’a infligé la religion. Je devais apprendre par cœur, au risque de recevoir des coups si je ne m'exécutais pas assez bien. J’étais contraint d'accepter cela et de me taire car mes parents étaient proches de ce voisin, et approuvaient ses méthodes d’apprentissage de force, comme tout le monde les approuvait, d’ailleurs. 

Mon apprentissage de la religion a continué à l'école primaire, avec de nouvelles matières religieuses, « l'éducation religieuse » où l’on apprenait le coran, les hadiths, la sunna, la sira, la haine des Juifs et des non-musulmans, et où l’apprenait à maudire le diable et les Juifs… Cela m'a poursuivi jusqu'au début de l'adolescence voire plus tard.

Ce type d’éducation religieuse était « normal » en Afrique du Nord. Pratiquement tous les petits garçons de mon âge la suivaient, et les fillettes aussi. Il s’agissait des premières années d’indépendance après la colonisation. Nous vivions le retour à la langue arabe et à la religion après avoir vécu sous l'occupation.

Par ailleurs, même si j’ai quitté mon pays depuis presque 20 ans, les méthodes d’enseignement ont peut être un peu changé, mais l'endoctrinement est toujours le même. Vous imaginez que les musulmans ont procédé ainsi depuis des siècles à embrigader la masse pour mieux la contrôler, pour islamiser le plus possible. Que ce soit dans mon pays d’origine ou ailleurs, le contenu ne change pas du tout, c’est ce qui est écrit dans le coran et les hadiths.

[Olaf] Avez-vous vécu une forme de conflit entre un mode de vie, des valeurs occidentales héritées de la colonisation, et les traditions de l’islam ?

[KS, l’Insoumis] Le mode de vie occidental était rejeté par la plupart du peuple. Certains vivaient pourtant pleinement à l’occidentale. Dans l’ensemble, je dirais que les conflits entre islam, tradition et modernité occidentale n'étaient pas franchement apparents. Il y avait une sorte de laisser-aller, mais les traditions culturelles et religieuses restaient omniprésentes. Il faut savoir que les gens qui vivaient à l'occidentale faisaient partie de la classe aisée. Il y avait par exemple pour eux des écoles de religieux, de sœurs et pères « blancs », qui ne leur donnaient cependant pas d'éducation religieuse chrétienne. Evidemment, les grandes villes étaient plus « modernes ». Tout le monde y allait à l’école, l’enseignement était presque le même pour tous. C’était différent pour les villages ou les petites villes rurales où les filles n'allaient pas du tout à l'école.

J’ajouterai que les traditions, la culture, les us, les coutumes et la religion constituaient un tout, que l'islam englobe dans son système totalitaire.

[Olaf] Au regard de cette éducation, pourriez-vous nous détailler votre pratique religieuse, et nous dire en quoi vous avez pu être un bon (ou un mauvais !) musulman ?

[KS, l’Insoumis] Je suis né musulman par mes parents, et j’étais donc musulman par une sorte d'héritage, de filiation. Je ne l’ai pas choisi. C’est une de ces obligations bizarres que l'islam a inventé pour mieux contrôler ses adeptes.

J'ai été forcé et contraint à pratiquer cette religion très tôt dans ma vie, comme je vous l’ai dit auparavant. Vers l’âge de 8 ou 9 ans, j'ai commencé à faire la prière en récitant des versets dont je ne comprenais pas un traitre mot. Je faisais ma prière par obligation et peur d'Allah, de mes parents, de ma famille et de la société.

Je n'avais aucune conviction, mais seulement peur, très peur, au point où cela pouvait me couper les jambes. En réalité j'avais plus peur qu'autre chose. Cette peur m'a toujours poursuivi, jusqu'à mon apostasie. Je dirais que cette peur lancinante constituait le troisième traumatisme que m’a fait la religion. Et cela fait beaucoup de traumatismes pour quelqu’un de cet âge non ?

A cette époque toujours, j’ai commencé à jeûner quelques jours pour le ramadan. C’était pour me préparer pour plus tard, me faisaient comprendre mes parents. C'était très dur, particulièrement pendant l'été, avec ses longues journées où la chaleur dépassait facilement les 42º à l'ombre.

Tant que je pratiquais ainsi, je restais un bon musulman, un modèle de base sans plus. Il est cependant difficile d’en juger, car l’on ne devait rendre compte uniquement qu’à Allah. Les parents n’étaient là que pour veiller au bon déroulement de la pratique, étant donné qu'ils sont responsables de leur progéniture devant Allah, devant son messager et devant la société.

Ce sont vraiment les parents, la famille, les proches qui sont les garants de la religion, de sa transmission. Il y avait bien sûr par eux des contacts avec l’imam du quartier, mais je n’avais, moi personnellement pas de contact privilégié avec les religieux. Ainsi, lorsque j'ai commencé à aller à la mosquée, je posais de temps à autre quelques questions à l'imam, souvent les questions d'ordre existentiel d'un adolescent perdu. Pour seule réponse il répondait : « Dieu seul sait », ou bien, « Ne te préoccupe pas de ce genre de questions sinon tu finiras en enfer », etc. Que des réponses fuyantes et insatisfaisantes.
«La peur est vraiment le moteur qui fait tourner cette machine infernale qu’est l'islam»

Pour résumer ma foi, je dirais que je craignais un dieu unique et m'efforçais à croire à son messager, l'homme le plus parfait de toutes les créatures, qui était le modèle pour tout musulman d'après les dires des érudits. Mais en réalité, j'avais peur, une peur extrême de l'enfer, des châtiments et du courroux d'Allah. Je ne comprenais pas pourquoi tout le monde avait si peur. Il fallait juste pratiquer en obéissant aux préceptes islamiques sans jamais se poser la moindre question. C'était tout simplement interdit de réfléchir, de penser, car on ne doit pas discuter la volonté d'Allah le tout puissant qui risque de se fâcher et de nous châtier ici-bas, puis après notre mort.

La peur est vraiment le moteur qui fait tourner cette machine infernale qu’est l'islam. Sans la peur il n’y aurait pas autant de musulmans. La base de cette religion est la crainte d'Allah, la frousse de la mort et la peur de l'enfer.

[Olaf] Mais votre foi ne reposait-elle donc vraiment que sur la peur, ou bien aviez-vous tout de même une spiritualité intérieure, un rapport intime à Dieu, une sorte de dialogue ? Etait-ce d’ailleurs recommandé par les religieux ?

[KS, l’Insoumis] Pas du tout. Aucunement. La spiritualité, je ne connaissais pas du tout. On devait juste suivre écouter et appliquer sans rien demander. Mon rapport avec Dieu, c’était une relation de terreur. J’étais terrorisé à l'évocation de la mort et d'Allah, vu qu'ils sont étroitement liés. Et on inculque cela aux enfants, la peur d'Allah et la mort. Alors même si on connaissait le coran par cœur, les hadiths et la tradition, on ne les comprenait pas, on les récitait, sans se poser de questions, à cause de la trouille de discuter la moindre lettre. Mais le doute m'a toujours habité depuis ma tendre enfance. L'islam essaye de toutes ses forces de l'ôter de la tête des gens en les menaçant par des versets violents et des hadiths encore plus violents. Il y a une phrase répétée à longueur de journée « le doute est le début de la mécréance ». Les imams ne cessent de la répéter à chaque occasion. On ne m'a pas appris à aimer Dieu mais on m'a plutôt forcé à le craindre et à aimer son prophète en me le présentant comme l'être le plus parfait de tous les temps et en me cachant toute la vérité sur cet imposteur haineux, violent, pédophile, pervers, assassin …

[Olaf] J’imagine donc qu’on ne vous a jamais parlé des différentes traditions islamiques, des soufis, ou encore de la différence entre sunnites et chiites.

[KS, l’Insoumis] Non pas du tout. Je n'en avais aucune idée. J'ignorais totalement cela.

[Olaf] Qu’est-ce pour vous que l’islam modéré ? Cela est-il concevable en islam ?

[KS, l’Insoumis] Ca s'appelle
la taqia. L’islam modéré est un nouveau concept inventé pour les circonstances, comme ils ont inventé l'islamophobie. Ceux que j'appelle les musulmans modérés, sont les cellules dormantes, ou les musulmans pacifistes.

[Olaf] Vraiment ? On ne peut pas être musulman et laïc ?

[KS, l’Insoumis] Vous me faites sourire, Olaf, il ne peut pas neiger dans le désert, à 45º quand même ! 
 
[Olaf] Vous parlait-on du djihad ?

[KS, l’Insoumis] Oui. Le djihad est une obligation qu'Allah a imposée dans le coran, c'est le sixième pilier de l'islam. C’est le grand djihad, la nécessité de conquérir ou convertir le monde entier au nom de l’islam, comme Allah et son messager l'ont ordonné à chaque bon musulman dans le coran et les hadiths.

On nous parlait aussi du djihad personnel qui consistait à pratiquer la religion et à suivre ses préceptes, ils l'appelaient le petit djihad.

[Olaf] Au final, quel est le but de l’islam ?

[KS, l’Insoumis] Pour les musulmans, le bonheur est après la mort lorsqu'ils auront gagné le paradis. Avant, il faut conquérir le monde et islamiser tous les habitants de la terre comme l'a ordonné Mahomet : « je combattrai les hommes jusqu'à ce qu'ils disent il n'y a de dieu qu'Allah ».   

2. L’apostasie

[Olaf] Qu'est ce qui a motivé votre apostasie ? Comment cela s'est-il passé ?

[KS, l’Insoumis] Je disais plus haut que je n'ai jamais eu de spiritualité, je vivais dans le doute et la peur, jusqu'au jour où j'ai fait le pas et me suis lancé dans les recherches des réponses aux questions qui me turlupinaient depuis ma tendre enfance. Je ne dormais plus, j'avais peur toujours peur. Petit à petit, j'ai pris mon courage à 10 mains et me suis jeté tête baissée, me suis plongé dans les livres, les « sources islamiques », les articles sur des sites critiquant l'islam.

J’ai découvert l'incohérence du coran et ses contradictions :

- les erreurs linguistiques, historiques et scientifiques ;
- la politique de la carotte et du bâton ;
- les milliers de hadiths contradictoires entre les authentiques, les moyens et les faibles selon les nombreux rapporteurs de l'histoire de l'islam ;
- l’injustice d’Allah devant la discrimination des femmes et des handicapés, et leur dévalorisation ;
- le mythe de la perfection de Mahomet.

J'ai découvert beaucoup de mensonges et énormément de choses que les imams préfèrent cacher à la masse. Parmi elles : le mariage de Mahomet avec Aïcha quand elle n'avait que 9 ans, son mariage avec sa propre belle fille, les assassinats qu'il a ordonnés, les razzias qu'il a organisées, etc.

Plusieurs questions me taraudaient l'esprit : pourquoi Mahomet était-il si pacifique à la Mecque ? Pourquoi le coran à ses débuts était si doux et pacifiste pendant la période mecquoise ? Pourquoi l'islam s'est-il transformé en système totalitaire et guerrier à partir de Médine ? Et des milliers d'autres questions aussi, qui m'ont poussé à approfondir mes recherches et m'ont convaincu que cette religion n'est qu'une imposture fabriquée par Mahomet et sa tribu pour asseoir leur hégémonie. Aujourd'hui je ne dis pas que j'ai trouvé réponse à toutes les questions, mais une bonne partie.

J’ai fouillé dans les livres d'histoire pour enfin comprendre que rien ne colle. C'est juste un tissu de mensonges cousu de fil blanc pour faire avaler aux plus diminués les couleuvres de l'imposture de cette religion. Le processus a duré plusieurs mois de combat interne. Ca me rendait malade. Mais voilà, je suis devenu athée à 1000%. Je ne me suis pas converti à une autre religion, elles se valent toutes pour moi, aucune d'elles ne me donne satisfaction. J'ai compris que je n'ai pas besoin d'un dieu pour être un homme libre et comblé. Je me sens beaucoup mieux, enfin débarrassé de la culpabilité, de la peur, et de l'attache étouffante de cette religion liberticide.

M’être installé en Europe m’a bien sûr aidé dans ce processus. Sans les livres, la critique libre, les sites internet, la liberté de comportement, l’absence de contrôle par la famille et le groupe, cela aurait été beaucoup plus difficile.

[Olaf] Vous sentez-vous menacé depuis votre apostasie ?

[KS, l’Insoumis] Oui je me sens menacé mais je n'ai plus peur. Pour cette raison je garde l'anonymat on ne sait jamais avec les fous d'Allah. Le pire est que chaque musulman peut devenir un fou d'Allah en une fraction de seconde. L’islam a décrété que chaque musulman doit défendre sa religion par tous les moyens, sinon il est considéré comme hypocrite et risque l'enfer. Je le vois bien sur mon blog avec leurs commentaires complètement hors sujet menaçants et insultants à tout va.

Je vous mets 2 hadiths pour mieux comprendre :

«À la fin des temps apparaîtront de jeunes gens aux idées folles. Ils parleront bien, mais ils sortiront de l’islam (…).Tuez-les!»

(Hadith de Sahih Al-Boukhari. Volume 6, livre 61, #577)

- « J'ai entendu le prophète dire: À la fin des temps apparaîtront de jeunes gens aux idées folles. Ils parleront bien, mais ils sortiront de l’islam comme une flèche sort de son jeu, leur foi ne dépassera pas leur gorge. Ainsi partout où vous les trouvez, tuez-les! Il y aura une récompense pour ceux qui les tueront au jour de la résurrection ». (Sahih Al-Boukhari. Volume 6, livre 61, #577)

- « Celui qui abandonne la religion islamique tuez-le ». (Sahih Al-Boukhari volume 4,livre 52, #260)

Mais enfin, j’ai gardé mon nom et je n’ai pas changé de vie parce que mon apostasie n'est pas déclarée ouvertement.

[Olaf] Êtes-vous une exception parmi les musulmans que vous connaissez ?

[KS, l’Insoumis] Je ne suis pas seul dans ce cas. Je ne sais pas pourquoi moi spécialement je suis devenu insoumis. Je n'en sais rien, mais peut-être parce que j'ai réussi à vaincre mes peurs et aller au-delà de ses barrières. Elles sont infranchissables pour beaucoup de musulmans. Mais je suis loin d'être une exception.

Je ne me sens pas seul dans ce domaine. J'ai des amis aussi athées que moi, on discute souvent chez moi en comité restreint sur l'islam, on échange des livres, des idées etc... Maintenant je fais partie de ceux qui désirent communiquer, et informer les musulmans en particulier, sur leur religion, et ce qu'on leur cache. En travaillant pour cet entretien, j’ai d’ailleurs découvert sur facebook qu'il y a énormément de musulmans qui apostasient, et cherchent à pouvoir en discuter avec d’autres. Ça m'a donné l'idée de m’y créer
un compte pour cela, en plus de mon blog et de mon compte twitter.

Mes parents ne sont toutefois pas au courant de mon apostasie, je ne leur dis pas pour éviter les conflits, afin de préserver ce qui reste de notre relation.

3. L’islam aujourd’hui

[Olaf] Parlons maintenant de votre regard d’apostat sur l’islam. Que pensez-vous des contradictions entre le dogme officiel de l’islam et la vérité historique ? Que pensez-vous de l’apport de l’islam à l’humanité ?

[KS, l’Insoumis] Le coran a été écrit par des humains à travers les premiers siècles de la conquête arabe. On y a ajouté les hadiths pour donner plus de poids à la religion. Il m'arrive par moment de douter carrément de l'existence même de Mahomet : aucune preuve matérielle, aucune recherche comme les fouilles archéologiques n'ont révélé quoi que ce soit.

Les musulmans se sont acharnés à travers des siècles à écrire sur Mahomet et sa personne si parfaite de la manière la plus subjective qui soit, juste pour donner cette image d'un prophète élevé au même rang qu’Allah lui-même car le coran lui confère cette position. A ce sujet, vous pouvez lire
cet article sur mon blog.
«L’islam rend les musulmans victimes de leur propre religion»

L'islam n'a rien apporté à l'humanité de tous les points de vue. Il n'a fait que copier les préceptes du judaïsme, du christianisme, d'autres religions et d’autres traditions, pour sortir un grand mélange sans tête ni queue. Mahomet et ses compagnons se sont inspirés de tout ce qui les entouraient pour peaufiner un livre imparfait truffé d'erreurs scientifiques, linguistiques et historiques. Loin d’apporter quelque chose, l’islam rend les musulmans victimes de leur propre religion. Le plus grand obstacle à leur libération, c’est l'ignorance de leur religion, ils ne la connaissent pas du tout. Ils ne connaissent seulement que ce que veulent bien leur dire leurs savants peu scrupuleux et encore ... Ces imams veulent les maintenir dans leur ignorance crasse pour pouvoir les gérer et les manipuler.

Mais même en étant savant de l’islam, on ne se libère pas pour autant de cette religion. Certains savants font peut être semblant pour manipuler les gens. Ils enseignent la peur pour avoir du pouvoir. La foi des musulmans se résume de toutes façons à avoir peur d'Allah. Certains savants, les concordistes, s'amusent à faire dire au coran ce qu'il n'a pas dit. A y voir des miracles, des révélations scientifiques impossibles pour l’époque de Mahomet. Mais il n'y a aucun miracle dans le coran. Les musulmans veulent juste avoir leurs miracles comme les juifs et les chrétiens. Ce serait insensé pour eux que les autres religions monothéistes aient des miracles et pas l'islam quand même !

[Olaf] Discute-t-on des sources historiques de la religion ? Y-a-t-il une attente des musulmans envers les travaux qui peuvent être menés dans ce domaine ?

[KS, l’Insoumis] Il n’y a pas beaucoup de discussion dans le monde musulman. On essaye tant bien que mal de renforcer le dogme et de continuer dans l'aveuglement hérité des aïeux. Une minorité peut être cherche à critiquer, mais la grande majorité s’y oppose.

Mais avec Internet, les choses vont changer extrêmement vite, c'est une vraie aubaine pour tous ceux qui désirent opérer des changements profonds. Il ne faut pas croire les balivernes des médias islamiques sur le nombre des musulmans qui augmente tous les jours, bien au contraire, ce sont les rangs des apostats qui grossissent chaque heure et partout dans ce monde islamique replié sur lui-même.

[Olaf] Quel est votre regard sur l'islamisation de l'occident ? Que pensez-vous des musulmans qui y participent ?

[KS, l’Insoumis] L'islamisation de l'Europe et du monde fait vraiment peur à tous les niveaux. On vit des heures sombres et dangereuses.

Les monarchies du golfe sont très actives pour cela car elles ne savent plus quoi faire avec leurs milliards, alors elles les distribuent pour s’acheter la conscience de nouveaux musulmans si toutefois ces autres en ont une. Exactement comme a fait Mahomet le jour de la conquête de la Mecque et à chaque fois qu'il avait besoin d'avoir dans ses rangs plus d'hommes pour combattre pour sa cause. Tous les moyens sont bons pour répandre l'islam. Il est dit dans le coran que les pieux donnent leurs biens et leurs corps pour la cause d'Allah. Et la grande majorité des musulmans participe à l'islamisation du monde, même les moins pratiquants parmi eux par leur silence et leur non-action.

[Olaf] Ce dernier point est très important : vous pensez vraiment que le musulman paisible, qui travaille et vit en Europe dans une société laïque, et pratique sa religion davantage par tradition que par conviction, participe lui aussi de l’islamisation ? Dans quelle mesure ?
Le «musulman [paisible] participe au processus de l'islamisation par son silence et sa non-action et sa complicité implicite»


[KS, l’Insoumis] Je l'ai déjà dit, ce musulman participe au processus de l'islamisation par son silence et sa non-action et sa complicité implicite, lorsqu'il consomme halal par exemple, et n'intervient pas pour défendre la laïcité dans le pays où il vit.

[Olaf] Des études sont sorties en France montrant que les 2èmes et 3èmes générations de familles immigrées de pays musulmans sont plus islamisées que les 1ères, que leurs parents. Qu’en pensez-vous ? Qu’est ce qui les motive ?

[KS, l’Insoumis] Exact. Ces générations sont les premières victimes de cette islamisation justement. Par la suite, ça devient plus politique que religieux. On sait bien que les musulmans font tout pour être les victimes des autres. Ca les arrange tellement qu'ils n'arrêteront jamais d'enfoncer le clou pour tirer profit de toutes les largesses des sociétés libres car ils ne peuvent agir ainsi dans leurs propres pays. [note d’Olaf : sur l’importance du statut de victime dans le processus d’islamisation, se référer à
mon article sur le djihad]

[Olaf] Que pensez-vous de l’accueil qui est fait à l’islam dans nos pays par les associations antiracistes, les media, partis politiques et organisations prônant le politiquement correct ?

[KS, l’Insoumis] Ce sont soit des vendus pour quelques poignées de dollars, soit des personnes incohérentes, car c’est une aberration totale, la dhimmitude dans toute sa splendeur. Je ne peux comprendre comment tous ces journaleux et ces élus peuvent faire du lèche botte à une minorité qu'ils savent dangereuse.

Ils devraient comprendre que la multiplication des mosquées est une menace sur la démocratie et les non-musulmans. Comme le voile qui n’a qu’un sens politique. L'islam n'a jamais demandé aux femmes de se voiler. Les 2-3 versets qui évoquent le voile n'étaient pas destinés au voile comme on le connait aujourd'hui (niqab ou voile sur la tête). L'histoire, est qu'Omar Ibn al-Khatab a vu Sawda, une des femmes de Mahomet faire ses besoins un soir dehors, il lui a crié : « on t'a reconnu Sawda ! » car elle était corpulente, ensuite il a demandé à Mahomet d'ordonner à ses épouses de se couvrir devant les musulmans.

[Olaf] Que pensez-vous des initiatives de modernisation de l’islam ? De « l’islam des lumières » proposé par Malek Chebel ? Ou de « l’islam à la carte » de Pierre Abdennour Bidar ?

[KS, l’Insoumis] Tout d'abord, il n'y a pas de musulmans et d'islamistes. Ils sont tous pareils. Ils sont tous islamistes au fond d'eux-mêmes. L'islam des lumières est une supercherie, ces savants essayent de berner le monde non-musulman avec. L'islam est un système totalitaire soit on garde tout, soit on jette tout, tout est imbriqué, on ne peut pas le disloquer pour prendre ce qui est bien et laisser ce qui est mauvais.

Les penseurs musulmans comme Tariq Ramadan sont aussi des personnages dangereux. Des bombes à retardement. Dangereux pour les musulmans eux-mêmes. Et les autorités religieuses importantes en occident, comme Dalil Boubakeur [note d’Olaf : recteur de la grande mosquée de Paris] sont en même temps des imposteurs hypocrites et des imbéciles

[Olaf] Que faire devant cette islamisation ?
« (…) diffuser les preuves des incohérences, des contradictions et des falsifications des textes musulmans. Il y va du salut pour l'humanité ».


[KS, l’Insoumis] La réponse est difficile.

Tout d'abord il faut s'unir et oublier les différents, ça devient le problème de toute l'humanité. Virer tous les élus qui contribuent à encourager cette islamisation rampante

Il faut aussi diffuser les preuves des incohérences, des contradictions et des falsifications des textes musulmans. Il y va du salut pour l'humanité. Mettre à nu cette religion contribue à la faire disparaître pour qu'elle ne représente plus ce danger permanent sur toute l'humanité, car ce n'est pas seulement la démocratie occidentale qui est en danger, mais tout le reste des croyances, cultures, religions à travers le monde.

C’est justement le travail des ex-musulmans. Par des blogs et des sites, ils essayent de rendre les musulmans plus sensibles et leur donnent une autre vision moins radicale et plus objective sur l'islam. Vous trouverez quelques liens sur
mon blog pour cela. [Et aussi sur Poste de Veille, sur la page « Paroles d’ex musulmans et de musulmans libéraux » ].

[Olaf] Pensez vous que la foi musulmane puisse s'effondrer ?

[KS, l’Insoumis] Oui certainement, cette religion finira par imploser car les germes de son autodestruction sont en elle. Cependant, il faut donner le temps aux musulmans d'apprendre et connaître leur religion. Et il y a en ce moment un bouillonnement et une effervescence de connaissances nouvelles sur les sources historiques, les origines, les recherches archéologiques, mais il y a de l’agitation dans les deux camps.

Le camp des défenseurs de l'islam ne reste pas les bras croisés en accusant à tort et à travers l'occident, et les Juifs en premier lieu, d'attaquer l'islam pour le dénigrer et influencer la masse des musulmans à quitter l'islam. Ils prennent cela comme du prosélytisme acharné contre leur religion. Pour ces raisons précisément, ils appellent au meurtre des non-musulmans par exemple et ils usent de tous les moyens. Vous m'avez demandé des liens sur des sites qui traitent de la critique de l'islam, mais vous avez vu combien de milliers il y en a pour le promouvoir ? Le camp de la critique de l’islam est plus silencieux et plus discret, toujours par peur de représailles …

[Olaf] Que pensez-vous de la « réaction » historique des islamistes et du monde musulman devant la modernité, à savoir, grosso modo, qu’ils sont revenus aux textes et ont développé les mouvements fondamentalistes que nous connaissons ?
« L’écroulement de l’islam finira par arriver ».

[KS, l’Insoumis] Ils ont tellement de retard sur toutes les civilisations, ils pensent que leur situation est due au colonialisme et ils en veulent à tout le monde de leur retard sauf à eux-mêmes. Et c’est pourtant ce qu'ils devraient faire avant tout vu que tout le savoir se trouve dans l'islam d'après eux. Curieux non ? Pour l'anecdote, ma mère me disait il y a quelques semaines que tout se trouve déjà dans le coran, mais que les musulmans ont tellement souffert du colonialisme qu'ils n'ont jamais pu l'exécuter correctement, et les occidentaux ont tout pris de ce coran pour l'utiliser à bon escient. Comprenez-vous comment on façonne les musulmans à croire fermement à ce genre d'imbécillité ?

Mais
l’écroulement de l’islam finira par arriver. Et cela renforce leur réaction. Je pense que lorsque la fin approche à grands pas, on durcit et on devient plus rigide, comme un mort.

[Olaf] Merci l’Insoumis. Merci pour toutes ces informations que vous nous apportez de l’intérieur, mais surtout merci pour cette belle leçon de courage. Ne dit-on pas que le vrai courage c’est de vaincre sa peur ? L’islam, la soumission à la peur, a tout à craindre des courageux alors !

source
Enregistrer un commentaire