Un jour, j’irai vivre en Théorie parce qu’il paraît qu’en Théorie, tout va bien. (Les mots surpendus)

samedi 26 octobre 2013

La charia laïque : quand le voile islamique remplace le foulard

Un simple foulard, je comprends bien, mais avec des implications politiques et sociales à faire peur.
Lolo

Par 29 mars 2013
(En l’espace de 10 ans, la défense de la laïcité a basculé dans une forme d’islamophobie non assumée, relayée par des média de plus en plus abrutis au point de déformer l’objet du délit et nier la culture d’origine d’une partie de la population…)

 charia-laique

En 2003, il y eut le grand débat sur le port du foulard qui mena à la loi sur les signes ostensibles religieux. La laïcité était en danger nous disait-on, puisque des gamines osaient porter un fichu sur la tête jusque dans les salles de classe. Nous parlions bien du foulard : ce morceau de tissu autour de la tête, qui cache les cheveux et est noué sous le menton. Un truc que nos grands-mères portaient. Pas un Niqab, un grillage en tissu qui empêche de voir le visage de la personne. Non, un foulard qui cache les cheveux.

10 ans après cette loi censée interdire la mise en avant des signes religieux dans les services publics, une employée d’un crèche privée (
Baby Loup, crèche militante féministe), se fait licencier pour le port de ce foulard.

Les journalistes sont des cons

Une émission sur le service public,
le téléphone sonne (France Inter), aborde le problème du licenciement de l’employée et donne directement le ton : le journaliste-animateur, Pierre Weill, parle de voile islamique. Pas de foulard, non, de voile islamique. La différence pour l’auditeur est excessivement importante dans le contexte actuel, puisque le concept de voile islamique rime aujourd’hui avec charia, guerre au Mali, terrorisme, intégrisme, droits des femmes. Et quitte à en rajouter, le journaliste impose sa vue : « mais quand même, nous parlons bien là du voile, objet d’oppression des femmes dans une grande partie du monde musulman… »

Nier la culture d’origine

L’avocat de la jeune femme virée parce qu’elle portait un foulard autour de la tête a bien tenté de rappeler que sa cliente portait un foulard autour de la tête, pas un voile islamique, rien à faire : les arabes, de culture musulmane, sont désormais sommés de laisser à la maison tout signe de leur appartenance à leur origine…musulmane. Parce que c’est bien là que se situe le problème, dans le respect de la culture d’origine, pas dans une pseudo religiosité imposée à de pauvres femmes sans caractère qui subiraient un foulard, pardon, un voile islamique, par de vilains barbus en jelabba qui les martyriseraient du soir au matin. Au passage : à quand l’interdiction de la djellaba et de la barbe en collier ?

La charia laïque
Nous sommes au fond dans une contradiction extraordinaire. Celle d’une société qui veut imposer une forme de charia laïque, une règle pesante, un droit exprimant tous les détails de la vie collective, au point d’aller déterminer quels sont les vêtements autorisés ou non par la République laïque. Sous peine de punition. Ou d’être empêchée de travailler.

Savoir si cacher ses cheveux est une règle culturelle avant toute chose, que les femmes d’origine musulmane veulent suivre parce que c’est ainsi qu’elles ont été éduquées, ne semble pas concerner les observateurs français de la chose. Non, désormais tout est religieux, tout est dangereux, prosélyte, barbu, tyrannique, islamique, intégriste, terrifiant. Lorsqu’on fait l’effort d’aller discuter avec des femmes qui portent un foulard autour des cheveux on découvre qu’elles ne peuvent simplement pas envisager de montrer leurs cheveux en public « parce que ça ne se fait pas« . Oui, la culture est vaste, et la religion musulmane n’est pas la seule domination des hommes sur des femmes soumises qui portent des vêtements imposés par leurs maris. Et bien entendu, chacun de rappeler dans ce débat « qu’il n’est pas islamophobe, non, non, juste laïque et républicain… »

Pas islamophobe la société française ? Au point qu’elle veuille décider de ce que sont ou ne sont pas les femmes d’origine musulmane et se donne le droit ensuite de leur imposer leur aspect vestimentaire, envers et contre tout ? On croit rêver…


source
Enregistrer un commentaire