Un jour, j’irai vivre en Théorie parce qu’il paraît qu’en Théorie, tout va bien. (Les mots surpendus)

lundi 21 octobre 2013

L’islam porte en lui le racisme


Selon Bernard Lewis (orientaliste de renom) : « Le mythe de l’innocence raciale de l’islam est une création de l’Occident pour servir des intérêts occidentaux. Ce n’était pas la première fois qu’une perception idéalisée et mythologique de l’islam allait fournir une verge pour fustiger l’Occident ».


 Prétendre que l’islam est une religion qui a banni le racisme est une belle escroquerie intellectuelle entretenue par les adeptes de la religion de Mahomet et leurs acolytes occidentaux pour noyer le poisson dans l’eau et continuer ainsi à pratiquer la discrimination envers les non musulmans au nom de la liberté de conscience. Cette pratique du racisme divin est codifié dans le coran et notamment au verset 123 de la sourate 9 ( le repentir ) :« Ô vous qui croyez ! Combattez ceux des mécréants qui sont près de vous ; et qu’ils trouvent de la dureté en vous. Et sachez qu’Allah est avec les pieux ».


 Dans ce verset, Allah se place du côté des musulmans clairement et leur demande de combattre à sa place les mécréants pour les soumettre à sa volonté.


 Pour les mécréants qui refusent l’islam comme religion, Allah leur prépare un châtiment exemplaire, le jour de la Résurrection. A cet effet, il est écrit dans la sourate 4 ( les femmes) verset 18 : « Mais l’absolution n’est point destinée à ceux qui font de mauvaises actions jusqu’au moment où la mort se présente à l’un d’eux, et qui s’écrie : « certes, je me repens maintenant »- non plus pour ceux qui meurent mécréants. Et c’est pour eux que Nous avons préparé un châtiment douloureux ».


 N’importe quel livre musulman traitant de l’islam commence par chanter les louanges du peuple arabe qui a envahi la moitié du monde civilisé dans un temps incroyablement court et qui a fondé un empire religieux qui s’est étendu de l’Atlantique à l’Indus. Le colonialisme arabe est pour la majeure partie des musulmans un bienfait d’Allah qui a libéré l’humanité des ténèbres oubliant qu’il a ruiné des civilisations et réduit à néant de nombreuses cultures. Au contraire, ils fustigent le colonialisme occidental en se positionnant en victimes pour culpabiliser ceux qui osent critiquer leur religion et dédouaner par la même occasion les horreurs causées par l’islam aux peuples qu’il a soumis par le cimeterre.


 Leur posture est dictée par le coran qui classe l’humanité en deux groupes sociaux distincts : les croyants et les mécréants.
Les croyants sont anoblis par Allah et de ce fait, ils ont droit de vie et de mort sur les infidèles. Selon le coran, la oumma islamique est la meilleure des sociétés que Dieu ait créée sur la terre. Cette vision qui différencie les groupes sociaux, n’est-elle pas raciste depuis la création de l’islam par Mahomet ?
Et dans le coran, Allah n’accable-t-il pas ceux qui rejettent l’islam et notamment les gens du Livre, les Juifs et les Chrétiens des pires sévices le jour du Jugement Dernier ?


 Dans la sourate 4 (les femmes) verset 56, il est écrit : « Certes, ceux qui ne croient pas à Nos Versets, ( le Coran). Nous les brûlerons bientôt dans le Feu. Chaque fois que leurs peaux auront été consumées, Nous leur donnerons d’autres peaux en échange afin qu’ils goûtent au châtiment. Allah est certes, Puissant et Sage ! »
En lisant ce verset, on constate qu’Allah est barbare et un sadique sans pitié, envers les mécréants, les Juifs et les Chrétiens.


 En plus d’être raciste envers les non musulmans, l’islam a imposé une ségrégation implacable contre la femme qui est considérée au même titre qu’un animal qui se vend et s’achète selon l’humeur de l’homme. De même que l’esclavage est codifié et encouragé par le coran qui reconnait la suprématie du maître sur son esclave et qui peut en disposer comme bon lui semble.


 Le musulman qui possède des esclaves, peut les vendre et les offrir. S’il possède des femmes esclaves, il peut abuser d’elles comme il l’entend.
En islam, l’esclave n’a aucun droit, son témoin devant un tribunal n’a aucune valeur. Sa conversion à l’islam ne lui garantit pas son affranchissement, car son maître n’est pas tenu de le libérer.


 N’est-il pas écrit dans la sourate 30 (les romains) verset 28 : « Il vous a cité une parabole de vous-mêmes : avez-vous associé vos esclaves à ce que Nous vous avons attribué en sorte que vous soyez tous égaux ( en droit de propriété) et que vous les craignez( autant) que vous vous craignez mutuellement ? C’est ainsi que Nous exposons Nos versets pour des gens qui raisonnent. »
Les musulmans commercialisent un islam égalitaire plein de bonté et apaisé mais il y a tromperie sur la marchandise, car l’histoire prouve que les arabes ont été de vrais racistes et continuent de l’être envers les musulmans qui ne sont pas de la même ethnie qu’eux. Il est vrai que l’islam enseigne que les croyants musulmans sont égaux devant Dieu. Mahomet, n’a-t-il pas décrété juste avant sa mort que le poste de calife reviendra systématiquement à un Quraychite, à un membre de sa tribu, de sa famille ? Alors où se trouve cette égalité entre arabes et non arabes tant chantée depuis 14 siècles par les musulmans? Le deuxième calife Omar, le juge sans reproche selon les musulmans, n’avait-il pas refusé d’avoir des descendants avec ses esclaves femmes? Il avait voulu que sa descendance soit pure. N’était-il pas raciste ?


 L’histoire prouve qu’il y a eu un racisme arabe contre les non arabes, dans tous les territoires qu’ils avaient asservis. Forts de leur conquête, les arabes rechignaient à accorder l’égalité aux non-arabes, comme ils étaient des conquérants, ils ne voulaient pas abandonner leurs privilèges dus à leurs rangs. Ils jugeaient les musulmans non arabes inférieurs et les frappaient de mesures fiscales, sociales, politiques et militaires humiliantes. Pour eux, ils étaient inaptes à gouverner ; ils restaient des étrangers. Il n’y avait pas de mariage mixte et les seuls cas qui avaient existé, étaient considérés comme un crime contre la société arabe.


 Les arabes ont de tout temps pratiqué un apartheid envers leurs frères musulmans non arabes. Dans chaque ville, leurs mosquées sont séparées. En France, les musulmans prient dans des mosquées différentes en fonction de leur lieu de provenance. Chaque groupe ethnique préfère avoir sa mosquée pour ne pas se mélanger à l’autre, à celui qui lui est différent. En islam, l’étranger c’est d’abord le non musulman, puis celui qui n’est pas de la même tribu.


 Les musulmans noirs continuent jusqu’à l’heure actuelle de souffrir du racisme dans les pays arabes. La musique gnaoui qui est née en Afrique du Nord, est le résultat des lamentations des esclaves noirs contre le racisme pratiqué contre eux par les musulmans arabo-berbères.


 « Je suis Noir mais mon âme est blanche, les femmes m’aimeraient si j’étais blanc. » Telle est le début d’une chanson des noirs esclaves pour exorciser le mépris qu’ils éprouvaient pour eux-mêmes, en terre d’islam. Ils furent castrés et humiliés au nom de la religion de paix et d’amour.


 L’islam n’a jamais aboli les classes sociales au contraire, il a accentué la domination des arabes sur les autres musulmans non arabes en décrétant que la langue arabe est celle d’Allah. Et Dieu décida d’un trait que l’arabe est un noble parmi les nobles. Le racisme que les arabes pratiquent contre les non arabes de nos jours, se trouve dans les pays pétro-monarchiques du Golfe Persique où les abus sexuels contre les femmes de ménage venues du sud-est asiatique sont monnaie courante dans une totale impunité.


 Pendant ce temps, à l’occasion de l’aïd el kébir ( du mouton), le premier ministre M. Ayrault en compagnie de son ministre de l’intérieur M. Valls sont allés à la grande mosquée de Paris pour se soumettre à l’islam et demander ainsi au recteur Dalil Boubekeur de continuer d’islamiser la France. Ils semblent ignorer qu’au même moment où ils font la courbette à la religion de paix et d’amour sur le territoire français en 2013, des femmes qui étaient musulmanes, devenues chrétiennes par conviction religieuse sont égorgées par leurs conjoints pour apostasie dans l’indifférence la plus totale que les médias de service classent comme des assassinats comme des faits divers. Savent-ils qu’en faisant allégeance à l’islam, ils cautionnent le mariage incestueux ? En effet, l’islam permet à un homme qui adopte par la kafala une fillette de l’épouser dès qu’elle atteint l’âge de neuf ans. L’islam, n’était-il pas sectaire à sa naissance?


 La kafala est une adoption de droit musulman qui interdit l’adoption plénière. L’adopté(e) garde son patronyme d’origine et n’a aucun droit à l’héritage comme tout enfant illégitime. Cette forme d’adoption est liée à la vie de Mahomet qui avait épousé Zeineb, la femme de son fils adoptif Zaïd, après les avoir encouragés à divorcer par des versets coraniques.


 La France, demeure-t-elle encore le pays des droits de l’homme au moment où l’oligarchie politico-médiatique dominante nie en bloc les atteintes à la dignité humaine causées par l’islam ?


 Face à ces crimes scandaleux, où est passée la ministre des droits de la femme, Mme Najat Vallaud-Belkacem, si prompte à s’enflammer pour n’importe quoi mais silencieuse quand l’islam est mis en cause. Ce mutisme, ne signifie-t-il pas qu’il y a complicité ? Où est passé l’état de droit qui est censé protéger ces pauvres créatures ?


 Le premier ministre, ne pense-t-il pas aux futures élections municipales, en faisant le déplacement à la grande mosquée de Paris ? Car les voix de l’islam pèsent… Est-ce un tort de s’en priver en ces temps de disette ? Mais par idéologie et pour une parcelle de pouvoir, a-t-on le droit moral de mettre le feu au bateau France ?
Hamdane Ammar

source
Enregistrer un commentaire