Un jour, j’irai vivre en Théorie parce qu’il paraît qu’en Théorie, tout va bien. (Les mots surpendus)

samedi 19 octobre 2013

Préparez-vous au libre-échange ALÉNA-UE



ANALYSE - Personne n'en parle. C'est l'histoire de l'arbre qui cache la forêt. L'arbre, c'est l'entente de libre-échange signée cette semaine entre le Canada et les 28 pays de l'Union européenne. La forêt, c'est la mise en place graduelle d'une zone de libre-échange entre l'ALÉNA et l'UE. Préparez-vous à la naissance d'un nouveau géant économique.

Peu de gens le savent, mais le Mexique et l'Union européenne ont un accord de libre-échange, en vigueur depuis 2000. Vendredi, le Canada et l'UE ont signé une entente, qui reste toutefois à être ratifiée par le parlement canadien et les institutions des 28 pays européens. Et en juillet, Washington et Bruxelles ont lancé des négociations de libre-échange.

Aussi, à moins d'une surprise de taille, les trois pays de l'ALÉNA - le Canada, les États-Unis, le Mexique - auront donc chacun un accord de libre-échange avec l'Union européenne dans les prochaines années.

À ce moment-là, le premier et le deuxième marché économique de la planète, respectivement l'ALÉNA (un PIB de 19 000 G$US) et l'UE (un PIB de 16 300 G$US), seront beaucoup plus intégrés.

Dans ce contexte, il est plus que probable que les trois pays de l'ALÉNA et l'Union européenne harmonisent leurs accords de libre-échange par souci d'efficacité économique. Les principaux regroupements d'affaires des deux côtés de l'Atlantique feront à coup sûr du lobbying en ce sens.

Les enjeux économiques sur la table sont colossaux. Ensemble, l'ALÉNA et l'UE regroupent la moitié du PIB mondial.

Un marché qui serait plus important que le projet de Partenariat transpacifique (TPP, en anglais). Cette future zone de libre-échange regrouperait 40% de l'économie mondiale. Elle comprendrait l’Australie, Brunéi, le Canada, le Chili, les États‑Unis, le Japon, la Malaisie, le Mexique, la Nouvelle‑Zélande, le Pérou, Singapour et le Vietnam.

Les analystes s'entendent pour dire que le centre de gravité du monde sera en Asie-Pacifique dans les prochaines décennies, avec la renaissance de la Chine et la montée d'autres économies asiatiques. Bref, le 21e siècle pourrait bien être celui de l'Asie.

Cela dit, l'Amérique du Nord et l'Europe ne seront pas en reste. Si une zone de libre-échange ALÉNA-Union européenne voit effectivement le jour, ce «partenariat transatlantique» fera contrepoids à l'Asie-Pacifique.

source
Enregistrer un commentaire