Un jour, j’irai vivre en Théorie parce qu’il paraît qu’en Théorie, tout va bien. (Les mots surpendus)

lundi 4 novembre 2013

Conspiration Cosmique - 1ère partie


 
Rencontre avec Mister Kevin
Auteur: Joël Labruyère

Nova Police est une revue américaine confidentielle. Pas de distribution commerciale ni de site Internet. Cette newsletter est expédiée discrètement par voie postale. Le lecteur de Nova Police découvre l’existence de cette parution clandestine par le bouche à oreille. Nova Police est expédiée anonymement sans qu’on puisse identifier le contenu et l’origine par son enveloppe. Le lieu d’expédition change régulièrement, et nul ne peut remonter jusqu’à la source. Le responsable, Mister Kevin est un ancien militaire qui s’amuse à tromper la vigilance des services de renseignements. La revue est distribuée gratuitement pour éviter d’être identifiée par un compte bancaire.
Il nous aurait été impossible de découvrir Nova Police si Mr Kevin n’avait eu connaissance d’Undercover, via ses contacts au Québec. Après lecture de La politique galactique, article d’Undercover diffusé sur Internet, Kevin décida de nous rencontrer lors de son passage en Europe. C’était pour lui l’occasion de découvrir s’il existait des chercheurs sur la même fréquence.
Sans montrer sa déception en constatant notre pauvreté en matière de recherches politico-occultes, il a voulu faire le point sur nos démarches respectives. Ne connaissant pas ses centres d’intérêts, nous nous attendions à découvrir un ingénieur féru de manipulations scientifico-militaires, mais quel enthousiasme de voir que Kevin était à l’avant-garde de l’information la plus secrète sur la finalité de l’Ordre mondial.
Il est ce que l’on peut nommer un initié, non qu’il soit dans le secret des dieux, mais parce ce qu’il a des contacts avec les intermédiaires d’une fraternité planétaire secrète dont le projet est de neutraliser les groupes de la mafia illuminati et Cie, qu’ils soient politiques, financiers ou religieux. Rien de moins.
On pourrait craindre une manipulation, de la part d’un ex-serviteur du système, car un militaire à la retraite qui fait des révélations, c’est toujours suspect. A priori, il ne faut jamais croire les agents qui se présentent devant les médias avec des révélations sur leur ancienne maison, car flic un jour, flic toujours. Le cerveau de ces agents est formaté et, par principe, il ne faut pas leur faire confiance. Toutefois, il peut y avoir des exceptions, comme un homme qui se «retourne» pour dénoncer le plan macabre.
Kevin dit qu’il reçoit ses informations anonymement. En tant qu’ex-militaire, spécialiste du renseignement, il sait faire la différence entre la vérité et la désinformation.
Les faits très spéciaux que Kevin relate et ses connaissances exceptionnelles dans le domaine ésotérique, nous inclinent à la confiance. Nous n’avons jamais imaginé un agent secret doté d’une personnalité qui respire autant la bonté, l’intelligence et le désir d’aider ses semblables. Généralement, les serviteurs du Système sont des fonctionnaires qui font froidement leur boulot et qui comptent leurs heures. Ni bons ni méchants, rusés et jamais fiables. La plupart sont incapables de connaître l’organigramme du Système jusqu’aux plus hautes sphères.
Pour une fois, nous avions l’impression d’être devant quelqu’un qui sait ce qui se passe derrière le décor, un chercheur qui ne spécule pas, bien qu’il admette ses lacunes et les zones d’ombre qui lui demeurent impénétrables.
Ceux qui informent Kevin ne lui donneront pas le fin mot de leur stratégie, car il doit demeurer dans le flou, pour sa sécurité et celle de ses informateurs. En comparaison avec les spéculateurs en conspiration mondiale qui mélangent tout, et qui répandent des rumeurs incohérentes, Kevin a intégré les paramètres de la situation planétaire, et il nous apporte des éléments décisifs pour notre édification.
Enfin, il faut savoir que ces informations fondées sur une vision métaphysique de la politique ne sont pas faciles à comprendre. Kevin insiste pour que le lecteur relise certains passages, car il risque d’être perdu en cours de route. La vérité est obscure.

RENCONTRE AVEC MISTER KEVIN
J.L.: Hey Kevin, je vous salue. C’est vraiment sympa de votre part d’avoir fait un détour par Paris pour discuter de ce qui nous intéresse au plus haut point, c’est-à-dire de la politique mondiale.
Vous avez une manière d’organiser vos rendez-vous qui n’est pas ordinaire... vous brouillez toujours ainsi les pistes?

Kevin: Hum, brouiller les pistes est une déformation professionnelle. Mais c’est utile. Je suis venu en Europe mais personne ne sait que j’ai transité par Paris, ni ne pourrait dire si j’ai atterri à Rome ou bien à Amsterdam. Et pourtant, comme vous le constatez, je suis un retraité américain en vacances avec son épouse, le genre de Yankee qui cherche les bons restaurants, qui ne sait même pas le nom de votre Premier ministre, et qui croit que la France est un pays communiste. Hum… Right?

J.L.: Vous n’êtes pas loin de la vérité. Ici tout appartient à l’État. La propriété privée est le racket du ministère des Finances. La vie mentale des gens appartient au ministère de l’Éducation nationale tandis que notre corps vacciné est la propriété des autorités médicales.
À la fin de la dernière guerre, le partage entre les vainqueurs a voulu que Staline reçoive quelques ministères qui sont demeurés rouges. Nos cadres sont pour la plupart des marxistes masqués, tel un Chirac qui a fait plus pour le socialisme que Mitterrand. L’actuel Premier ministre Raffarin, le jour de son investiture, est sorti de chez lui pour poser devant les caméras avec une écharpe rouge vif autour du cou. Un clin d’œil aux initiés: «Le Grand Soir est proche!».

Kevin: Really? Votre Premier ministre s’est présenté aux médias avec une écharpe rouge le jour de sa prise de fonction? Cela me fait penser à la camarade Hillary Clinton qui salue en levant le poing fermé. Ce sont là les signaux que les illuminati s’envoient à travers le monde. Mais le drapeau rouge au cou d’un chef de gouvernement de droite. Too much!
Ils ont de l’humour mais ils sont très sérieux. Il n’y a pas de hasard dans cette mise en scène. Well. Je vous remercie d’avoir accepté de me recevoir car j’ai apprécié votre article sur la politique galactique. Il remet bien les choses en ordre. Depuis, on m’a traduit d’autres passages de votre revue, et je trouve cela original, c’est un point de vue qui va au cœur du sujet. Really good job. C’est de l’inspiration et, de plus, vous disposez de connaissances dans des domaines pas ordinaires. Au début, je me suis demandé: qui est ce type pour formuler les choses ainsi? C’est de la suspicion professionnelle. Mais, je sais que si vous avez ces idées, c’est que vous ne travaillez pas pour l’autre bord (other side).
Anyway, je crois que c’est plutôt de moi qu’on devrait se méfier, hum…

J.L.: Merci pour les compliments. Pour ma part, je reste prudent car je ne sais pas exactement ce que vous trafiquez (rires).
D’après ce que vous m’avez dit, vous êtes retraité de l’armée, un militaire au profil conforme mais qui aurait été recruté par un groupe inconnu dont le but serait d’inverser le cours des évènements mondiaux. C’est bien cela? C’est assez incroyable à première vue, mais plutôt excitant. Dans ce cas, compte tenu du secret qui doit nécessairement entourer une telle opération, pourquoi me rencontrer, ici en France, où les chercheurs dans ce domaine sont rarissimes?
Il y a de quoi s’étonner. On a connu des officiers américains qui passaient à l’ennemi pendant la Guerre froide – pour de l’argent ou par idéologie – mais vous, c’est contre le Nouvel Ordre mondial que vous travaillez, c’est-à-dire contre tous les pouvoirs en place et particulièrement celui de votre pays. Vous n’avez pourtant pas l’air d’un illuminé. La première réaction est donc la prudence. Vous me comprenez?

Kevin: Ok. Je vais vous répondre aussi clairement que possible. Statistiquement, il existe cent fois plus de types comme vous aux États-Unis, des gars ou des filles assez téméraires pour éditer une revue marginale et qui sont capables de ne pas la remplir avec du vent. Lorsque j’ai lu votre texte sur la politique galactique, j’ai perçu une intention... hum... une sorte de direction ou de commandement supérieur, si vous voyez ce que je veux dire.
J’ai compris que vous aviez une démarche malgré le caractère éclectique de vos articles – quoique tout cela soit finalement homogène. Vous ne faites pas rêver les gens, vous ne leur savonnez pas le dos, vous ne leur donnez pas de faux espoirs en attirant leur attention sur un fait excitant pour mieux les plonger dans une illusion. Votre style m’a plu. Pas de concession, pas de fausse issue de secours, pas de... I’m sorry, pas de putasseries (bloody lies) pour accrocher le lecteur, mais le courage de lui dire: «Cette revue s’adresse à ceux qui la méritent. Si ça vous déplaît, retournez devant la télé».
Est-ce que je me trompe? Ok.
Mais il y a plus intéressant. Vous semblez avoir compris ce qui passe à l’arrière-plan, et vous avez l’air d’aller quelque part.
C’est un professionnel qui vous le dit. On vous prendrait presque pour un soldat parachuté dans les lignes ennemies et qui envoie ses signaux dans le noir. Je ne sais pas si d’autres reçoivent vos signaux? Vous êtes un peu isolé, n’est-ce pas?

J.L.: C’est, ma foi, vrai. Merci pour vos encouragements. Mais je ne sais pas qui dirige les opérations dans mon dos, ni quel est précisément l’ordre de mission. Nous verrons bien. Difficile de savoir si l’on est manipulé. Il faut avoir confiance en soi.
Avant de parler de choses sérieuses, je voudrais savoir pourquoi vous avez donné à votre revue ce nom de Nova Police. N’est-ce pas un terme underground utilisé par William Burroughs dans The ticket that exploded?


Kevin: Yes. Ce n’est pas une revue mais plutôt un bulletin de liaison qui ne porte pas de titre. On l’appelle Nova Police par commodité parce qu’il faut bien donner un nom à une chose.
En fait, je ne connais pas cette littérature décadente. Ce n’est pas celle que préfère un militaire de carrière, mais l’idée d’une «nouvelle police» qui chasserait les salauds (pigs), ça m’amuse.
Nova Police s’adresse à des chercheurs dans le domaine conspiracy. Il y a beaucoup de personnes concernées à travers les États-Unis, mais il y a autant de doctrines divergentes. Je ne parle pas des surfeurs sur Internet mais des chercheurs engagés qui tentent d’interpréter les signes des temps. Ma lettre d’information permet d’identifier ceux qui ont compris, et non de convaincre qui que ce soit. C’est une balise dans la nuit. Nous sommes strangers in the night.

J.L.: C’est vrai, des étrangers dans la nuit. On ne fait pas de tapage pour ameuter les foules, ce qui serait d’ailleurs impossible. On recherche des résistants solitaires à la lueur de la lanterne. Je crois que de votre côté, vous faites un peu plus que cela, n’est-ce pas?

Kevin: Sure! En fait, la forme que prend la communication est sans importance, et chacun fait son job avec les moyens du bord. J’ai eu une agréable surprise en découvrant votre travail, modeste selon la présentation et d’un impact médiatique sans doute limité (rires), mais qui portera des fruits un jour.


RECHERCHES MILITAIRES ET OCCULTES
Well, pour commencer, je dois me présenter. Je suis un retraité de l’armée américaine et, bien sûr, je ne dévoilerai pas dans quelle arme j’ai servi. J’ai travaillé pour des services sous-traitants de l’Agence sur des opérations de nature paranormale, d’où mon expérience de l’occultisme.
Il s’agit de recherches dont je ne parlerai pas avec précision car cela risquerait de me trahir, quoiqu’il y a tellement de tentacules autour la pieuvre NSA, que je suis aussi difficile à identifier qu’une aiguille dans une botte de foin. Disons que j’étais un militaire propre (clean). Je n’ai jamais été impliqué dans des coups tordus. J’écrivais des rapports de statistiques qui remontaient vers une destination inconnue. Tout est très cloisonné, vous savez. Un agent ne sait pas sur quoi il travaille réellement.
Par exemple, s’il s’avère que je suis suivi, la fouine qui «planque» dans mon dos ne sait même pas qui je suis. Depuis le sbire jusqu’au grand manitou, le monde fonctionne ainsi. Le cloisonnement procure l’irresponsabilité en bas et la garantie du secret en haut. La bureaucratie qui sert le Grand Establishment Cosmique est cloisonnée. Le pouvoir prospère sur l’irresponsabilité. Les serviteurs terrestres ne connaissent pas le plan de leurs maîtres. Ils savent qu’ils sont couverts pour leurs bavures sanglantes, mais qu’ils seront durement punis pour tout manque d’obéissance.

J.L.: Vous étiez dans la Navy? On dit que c’est là qu’on forme les meilleurs...

Kevin: No comment! Je ne peux rien vous dire. Si l’on vous fait parler, vous n’aurez rien à déclarer (rires). Vous n’aurez qu’à inventer une histoire d’extraterrestres si l’on vous torture… hum… je ne sais pas si vous appréciez mon humour de soldat? Anyway. Mon penchant pour l’ésotérisme et ma curiosité m’ont permis de découvrir des choses que ni les spiritualistes ni les scientistes ne peuvent imaginer. Il faut à la fois de l’intuition mystique et de la logique si l’on veut se repérer dans ce… hum… merdier.
Sans qu’on me dise clairement à quoi servaient certaines de nos activités spéciales, j’ai fini par découvrir, en m’informant auprès d’ingénieurs de l’armée, que des laboratoires secrets se livraient à des expériences sur des êtres du monde invisible. Vous avez entendu parler de ces choses? Ok. Je ne travaillais pas directement sur ce projet, mais j’ai obtenu des informations classées «secret défense» auxquelles aucun militaire de ma catégorie ne pouvait avoir accès. De fil en aiguille, j’ai remonté la filière, sans me faire remarquer, et j’ai découvert un fait incroyable: des laboratoires – on ne sait pas qui les dirige ni d’où vient l’argent – ont élaboré une technologie pour contrôler des créatures invisibles: élémentaux, désincarnés, esprits d’anciennes civilisations, ou encore ces créatures ectoplasmiques, les êtres de lumière du new age. Vous comprenez? J’essaie d’utiliser la terminologie conventionnelle.
Au début, en découvrant ces recherches, j’ai trouvé cela amusant, et finalement assez puéril de la part de la plus grande puissance du monde. Avons-nous besoin d’entités invisibles pour espionner les islamistes ou les Chinois? Voulons-nous envoûter nos ennemis? Allons-nous envoyer des esprits désincarnés sur Jupiter? Créer une race d’esclaves invisibles?
En y réfléchissant, ces hypothèses qui me semblaient saugrenues, commencèrent à prendre du sens. Si la technologie permet de contrôler les êtres d’un plan immatériel, il y aurait de multiples applications possibles. Encore fallait-il y croire, ce que mes collègues formatés ne pouvaient admettre. Mais je savais que cela existait, puisque j’avais travaillé à recueillir des données pour alimenter ces recherches, et je tentai de découvrir à quoi cela finirait par aboutir. Là où je me trompais, c’est que cela avait déjà abouti expérimentalement, car la science officielle a un demi-siècle de retard sur les recherches secrètes.
Je ne vous parlerai pas en tant qu’ingénieur, car je ne suis pas un technicien. J’ai appris à comprendre le fonctionnement des systèmes de manipulation de la conscience, comme par exemple les armes à ondes courtes, cette technologie qui peut semer l’euphorie ou la dépression sur une population ciblée, et dont les fréquences pourraient également affecter des entités non physiques. C’est assez nouveau, n’est-ce pas?

J.L.: J’ai publié un article relatant l’enregistrement par les services secrets britanniques de la voix de désincarnés. C’était avant la Deuxième Guerre mondiale. Comme toujours, les Anglais avaient de l’avance. Certains chercheurs américains ont vaguement évoqué ces systèmes de contrôle d’entités invisibles ou d’esprits désincarnés. Il s’agit d’une technologie qui allie les ondes émises par des appareils avec les messages télépathiques du cerveau organique.

Kevin: That’s right! Nous avons des bases secrètes où l’on manipule des entités qui appartenaient à l’univers des sorcières ou à la superstition religieuse. Il existe des bases spécialisées dans la région arctique et dans d’autres secteurs, mais celles proches du Pôle nord ont une fonction de balayage planétaire plus intense. Toujours le Pôle nord! On y a installé des appareils qui permettent d’interférer dans les télécommunications, comme par exemple la possibilité d’émettre des messages simultanément dans les circuits télévisuels du monde entier via le relais de satellites.
Cela servira pour le jour J dont nous reparlerons dans un moment. Les gens ne peuvent imaginer ces choses. Le moment venu, le monde sera halluciné par le bouquet final, mais à vrai dire, le public n’y verra que du feu. Vous savez, l’être humain est comme un enfant, il ne cherche pas à savoir ce qu’on fait dans son dos. Il ne cherche pas à se défendre. Il est obéissant et résigné. Il ne cherche même pas l’origine ou la finalité de sa propre existence. C’est étrange n’est-ce pas? L’homme a reçu un implant d’indifférence et de soumission. Il a été manipulé pour rester apathique quoiqu’il endure, comme sous l’emprise d’une narcose qui étouffe la conscience des plus intelligents.

LE PLAN ASTRAL
J.L.: C’est exact! Il est donc possible que des laboratoires secrets puissent émettre des ondes et des impulsions qui influencent les êtres... disons, sur le plan astral, la dimension invisible au-dessus du plan matériel?

Kevin: Right. Mais nous y reviendrons. Je voulais simplement vous préciser comment j’en suis venu à m’intéresser à l’occultisme, et pourquoi j’ai fait le lien entre magie et technologie de pointe. La magie est désormais une technologie qui utilise des machines. Well.
Ce qui est important c’est de comprendre qu’il n’y a pas de séparation entre la dimension physique et invisible – le plan astral, comme vous dites. Je précise que les anglo-saxons confondent éthérique et astral, but anyway.
L’être humain dispose d’une enveloppe d’énergie subtile, le corps astral, par lequel il est immergé, inconsciemment, dans cette dimension subtile. Nous vivons dans l’astral.
Votre corps physique est plongé dans le monde matériel et votre conscience est normalement attachée au corps mais elle peut glisser vers la conscience astrale. Vous connaissez ces choses, mais je récapitule.
Donc, il est faux de penser que le monde astral et les dimensions éthériques, mentales, causales, etc, – selon la terminologie ésotérique admise – seraient des domaines divins comme les spiritualistes le croient naïvement. C’était la croyance des animistes sur laquelle sont fondées les religions et l’occultisme vulgaire. On croit naïvement que Dieu et les anges vivent dans l’au-delà. Mais l’au-delà n’est qu’un miroir. Les puissances éternelles – qui sont des champs électromagnétiques de très haute vibration – sont sur d’autres dimensions, inviolables et pures. Rien à voir avec l’au-delà. Le monde divin est hors de portée des hiérarchies inférieures, aussi éthérées soient-elles. C’est l’ABC de la connaissance ésotérique, mais qui le sait et qui l’enseigne?
En fait, le monde de l’au-delà – avec ses paradis et ses enfers – est le miroir de notre monde visible rempli de merveilles et d’horreurs. Les plans invisibles les plus élevés de l’au-delà demeurent hors d’atteinte pour les investigateurs clairvoyants. C’est dans ces régions dites «célestes» qu’on trouve les systèmes de contrôle du système solaire et les Éons – gouvernants – des peuples et des religions. Comme ici-bas, il y en a de bons et de moins bons.
Sur les plans intermédiaires, il y a les prédateurs organisés en fraternités – en réalité des syndicats du crime et du racket de l’énergie humaine. C’est une mafia cosmique. Vous en avez déjà parlé dans votre revue? Ok. Vous avez dénoncé les mystifications du new age qui plonge les gens dans l’illusion astrale. C’est bien vu. Je voulais remettre en mémoire ces données pour introduire la suite. Ok?

J.L.:Nous sommes d‘accord. J’ai voulu montrer que le monde invisible n’est pas le monde divin. La plupart des gens ignorent ce fait, et les petits maîtres et gourous n’en touchent pas mot. La mafia invisible est, bien entendu, encore plus secrète que la mafia terrestre. La plupart des occultistes n’osent pas soulever le voile; quant aux médiums, ils sont immergés dans l’illusion astrale et ils servent de rabatteurs aux pirates de l’invisible. Le cloisonnement dont vous parlez entretient l’ignorance à tous les niveaux.
À vrai dire, j’ai peu de retour sur cette question, et j’imagine que ces clarifications passent au-dessus de la tête des gens. Ils prient, méditent et pratiquent des méthodes spirituelles sans trop s’occuper de ce qu’il y a derrière. Un être humain désire se sentir bien, et s’il y arrive plus ou moins, n’essayez pas de le faire redescendre de son tapis volant. Il criera au viol. Les gens veulent rêver, et ils trouvent moins de joie dans la vérité que dans les évasions spirituelles agréables. Je ne juge pas, c’est la vie. La vie est un rêve.

Kevin: C’est la vie, Monsieur (en français). L’apathie des humains est un problème crucial qui se pose à la Fraternité en lutte pour reprendre le contrôle des affaires planétaires. Mais nous y reviendrons, ok?
Il faudrait éveiller un nombre suffisant de personnes pour rétablir un équilibre car les Éons sont en train d’inonder le monde de fausses révélations, non dénuées de valeur, mais trompeuses parce qu’elles sont négatives pour l’ouverture de la conscience dans l’ère où nous sommes. Les révélations pseudo-spirituelles agissent comme des implants qui bloquent la découverte de la vérité supérieure.
Nous pensons que les révélations transmises par la clairvoyance inférieure, médiumnité et channeling sont issues d’une manipulation technico-magique. Les entités qui délivrent leurs messages aux channels sont dirigées par des opérateurs qui n’ont rien de spirituel. Ce sont des ingénieurs de l’occulte. Il faut s’attendre à une subversion totale de la conscience. C’est l’abomination, si vous voyez ce que cela veut dire.
Comment un être humain qui ne connaît pas les lois du monde invisible ni la technologie secrète, pourrait-il imaginer qu’on se moque de lui quand on lui promet «la paix, l’amour et une évolution spirituelle» dans une pochette-surprise?
À cause du conditionnement religieux infantilisant, qui est le même chez tous les peuples, un être humain n’est pas préparé à démasquer l’imposture d’un phénomène provenant de l’invisible. Par l’image ou par le son, il sera leurré, car toute manifestation subtile lui paraît spirituelle, sacrée ou divine.
Il se ferait pendre plutôt que d’avouer qu’il est sous une emprise occulte durant ses moments d’exaltation. Cela est valable dès que l’on s’assoit pour méditer ou pour prier. On ne se doute pas que notre immobilité et l’élévation momentanée de notre niveau vibratoire attire des curieux indésirables. Ils nous observent alors que nous sommes incapables de discerner leur présence. Ils étudient nos failles, analysent nos pensées et nos désirs comme sur un écran, et lorsque cela est possible, certaines entités circulent à travers notre aura et lui impriment leur sceau. Habituellement, les choses en restent là, mais si nous forçons notre système énergétique par des techniques spirituelles, l’ouverture anormale des chakras et leur rotation accélérée peuvent aspirer des forces nuisibles.
Le semblable attire le semblable, et celui qui n’a pas effectué les protocoles de la purification spirituelle risque de sérieux désagréments. Curieusement, ces anomalies sont considérées comme des dons et des pouvoirs, et les victimes sont présentées comme des êtres évolués. C’est pourquoi nombre d’illuminés, envoûtés par des entités astrales ont témoigné avoir rencontré Dieu, le Christ, la Vierge, Krishna, Bouddha ou un «maître de la Grande Loge Blanche». Aujourd’hui, les ingénieurs-occultistes ont créé de nouveaux produits qui synthétisent les apparitions divines traditionnelles avec des images fantaisistes d’extraterrestres. Avez-vous vu le portrait du commandant Ashtar, une sorte de «maître ascensionné» encore plus ridicule que les autres? Il est auréolé de l’inévitable lumière astrale, et porte un uniforme chamarré avec fourragère et médailles, ainsi que la casquette d’officier d’une flotte de vaisseaux intergalactique. C’est une farce grossière. Il faut être freaky (dingue) pour y accorder du crédit. This is all bullshit (c’est de la connerie). The new age business is bullshit!
source
Deuxième partie >>
Enregistrer un commentaire