Un jour, j’irai vivre en Théorie parce qu’il paraît qu’en Théorie, tout va bien. (Les mots surpendus)

mercredi 22 janvier 2014

'Personne ne va à Sotchi'

 

 
Qui se rendra aux Jeux Olympiques d’Hiver de Sotchi en Russie qui débutent le 7 Février prochain? Deux semaines avant le début des Jeux, des milliers de billets n’ont toujours pas été vendus, et beaucoup de billets qui avaient été achetés se retrouvent sur des sites de revente. Les fans ont décidé de rester chez eux en raison du coût élevé du voyage (Bloomberg Business Week a calculé qu’il pouvait atteindre rapidement 10.000 dollars, soit 7.500 euros environ, pour les Américains), les problèmes de sécurité, ou tout simplement en raison de l'obligation de visa.
Récemment, deux attentats ont eu lieu dans les environs de Volgograd, au cours desquels 34 personnes ont été tuées et les policiers sont à la recherche de deux « veuves noires », des veuves de terroristes prêtes à commettre elles-mêmes des attentats suicides, qui comploteraient une autre attaque à Rostov-on-Don, une ville située sur le parcours de la flamme olympique avant son arrivée à Sotchi.
En Octobre, l’agence de presse russe RIA Novosti avait rapporté que 60% des billets avaient déjà été vendus et que la dernière tranche de tickets allait être mise en vente en novembre. Mais Bloomberg Businessweek a noté la semaine dernière que la revente de billets sur différents sites a augmenté de 50% par rapport à la semaine précédente. A titre de comparaison, 97% des 1,54 million de billets disponibles pour les Jeux de Vancouver avaient été vendus. Le Comité de Sotchi a précisé que 70% des billets étaient réservés aux Russes.
En conséquence, le nombre d'étrangers qui se déplaceront à Sotchi sera minime. Le président du comité d'organisation, Dmitry Chernyshenko, s'attend à ce que 75% des spectateurs soient des Russes. Bien que Poutine ait fixé des prix très modiques pour les billets (de 12 euros pour les moins chers à 120 euros pour les plus chers), le problème demeure l'accessibilité de Sotchi. Le coût du transport (et le voyage) atteignent rapidement un demi mois de salaire pour les citoyens russes ordinaires.
En outre, sur le front diplomatique, Sotchi semble une source d'embarras pour Poutine. Les lois anti-homosexuels récemment approuvées par le pays, bien que très controversées, ont dissuadé de nombreuses personnalités occidentales d’assister à l'ouverture des Jeux: le président américain Barack Obama , le président français François Hollande, la Commissaire européenne Viviane Reding, le Président allemand Joachim Gauck, ainsi que notre Premier ministre Di Rupo, ne viendront pas. Toutefois, le roi Willem-Alexander et la Reine Maxima de Hollande, ainsi que le Premier ministre du pays, Mark Rutte, se rendront aux Jeux. Les critiques affirment que le président Poutine a promis la libération des activistes de Greenpeace en échange de la présence du Roi et de la Reine à l'ouverture des Jeux.
Au total, les JO de Sotchi devraient coûter la bagatelle de 51 milliards de dollars, le montant le plus cher de l'histoire. Lorsque la Russie avait présenté sa candidature en 2007, elle avait budgété 12 milliards de dollars, ce qui dépassait déjà les budgets alloués par toutes les autres villes candidates.
Tout ceci n’est pas de très bonne augure pour le président Vladimir Poutine, qui considère un peu les Jeux de Sotchi comme son « bébé », d’après Masha Gessen, une journaliste Russo-américaine. Elle affirme que Poutine aurait récemment fait libérer des prisonniers pour redorer l’image de la Russie avant la tenue des Jeux :
« Les Jeux Olympiques d’Hiver à Sotchi sont un projet personnel de Poutine. Il s’est rendu personnellement à Guatemala City en 2007 pour faire du lobbying auprès du Comité International Olympique afin qu’il choisisse cette station au bord de la Mer Noire. Beaucoup pensent qu’il s’est débrouillé pour retourner à la présidence en 2012 en partie pour être le dirigeant officiel de la Russie pendant les Jeux. L’idée qu’il pourrait héberger les dirigeants de ce monde dans l’un de ses endroits préférés en Russie est tout à fait à son image. Les photos de Poutine flanqué des chefs d’Etats étrangers, le traitant avec respect et déférence, sont importantes pour l’image qu’il projette au public russe ».
Enregistrer un commentaire