Un jour, j’irai vivre en Théorie parce qu’il paraît qu’en Théorie, tout va bien. (Les mots surpendus)

jeudi 20 février 2014

L’ouverture sur le monde versus le nombrilisme national

Robert Barberis-Gervais
A l’occasion des Jeux olympiques de Sotchi, un fédéraliste éminent que je ne nommerai pas invite à une ouverture sur le monde et rejette ce qu’il appelle le nombrilisme national. Il a tellement peur du nationalisme québécois qu’il en vient à rejeter le nationalisme canadien qui s’exprime à forte dose avec une multitude de drapeaux du Canada à chaque épreuve olympique. De quoi devenir allergique à la couleur rouge.
Ainsi il reproche à Steven Harper d’avoir envoyé huit télégrammes de félicitations. En effet, peu de temps après que le couple Virtue-Moir a décroché la médaille d’argent en danse sur glace, le bureau du premier ministre Harper a émis un communiqué félicitant les patineurs. « Les Canadiens sont fiers de la performance de Tessa Virtue et de Scott Moir, a déclaré M. Harper. Tessa et Scott continuent d’être une source d’inspiration et de montrer au monde entier que les athlètes canadiens figurent parmi les meilleurs. » Ce communiqué était le huitième publié par le bureau du premier ministre depuis le début des Jeux. À l’issue de chaque journée où des athlètes canadiens ont gagné une place sur le podium, M. Harper a exprimé sa fierté et loué leur performance « remarquable », « extraordinaire », « spectaculaire », « incomparable ».
Pour le penseur de l’Idée fédérale, cette attitude du premier ministre du Canada exprimant une certaine fierté canadienne est déplorable : elle est qualifiée de nombrilisme national. Pauline Marois est aussi à blâmer. Avant même le début des Jeux, Mme Marois a souhaité bonne chance aux Québécois partis pour Sotchi, déclarant que « pour le Québec, ils sont tous des ambassadeurs et des ambassadrices en or ». De plus, faute gravissime, elle ne manque pas une occasion de vanter les performances des athlètes québécois.
Et l’antinationaliste patenté de conclure qu’il est dommage qu’à tous les deux ans, politiciens et médias nous poussent vers le nombrilisme national plutôt que vers l’ouverture au monde.
Ce raisonnement est tellement crétin que pour en montrer la crétinitude, j’ai décidé d’en faire la démonstration part l’absurde.
Je tiens donc à féliciter chaleureusement les Pays Bas qui en sont rendus à 20 médailles aux jeux olympiques de Sotchi. Je me réjouis particulièrement du dernier triplé néerlandais en patinage de vitesse de 10,000 mètres. Il s’agit du quatrième balayage néerlandais au Centre de patinage Adler et les représentants des Pays-Bas ont remporté un total de 19 médailles en patinage de vitesse longue piste depuis le début des Jeux de Sotchi. Je veux féliciter les parents de ces superbes athlètes et je suis impressionné par les programmes de développement des élites sportives aux Pays Bas. Vive les Néerlandais aux couleurs orange.
Cette ouverture sur le monde que je viens d’exprimer me remplit d’une joie profonde que je vous invite à partager au lieu de vous complaire comme Steven Harper et Pauline Marois dans le nombrilisme national canadien ou québécois.
N’est-ce pas complètement quétaine d’être fier de la formidable performance du couple formé de Tessa Virtue et Scott Moir qui ont gagné la médaille d’argent en patinage artistique et ne doit-on pas déplorer le chauvinisme des experts en patinage artistique de Radio-Canada qui ont prétendu que les Américains avaient été moins expressifs et moins fusionnels que les Canadiens qui méritaient la médaille d’or.
Pourquoi pleurer les déboires et les chutes de Charles Hamelin et Marianne St-Gelais qui n’ont pas gagné de médailles en courte piste ? Souhaiter la victoire de ces Québécois éminemment sympathiques, n’est-pas montrer un nombrilisme déplorable ! Au contraire, manifestant une fois de plus notre ouverture sur le monde, même s’il s’agit de nos proches voisins, applaudissons à la victoire du couple américain en patinage artistique. Citoyens du monde apatrides et habitants de la planète terre, élevons-nous au-dessus des particularismes nationaux sinon nationalistes et avec grandeur d’âme et altruisme, versons une larme d’émotion en pensant aux parents du jeune couple américain Soyons remplis d’admiration devant le programme américain de formation des élites sportives qui aspirent à réaliser leur rêve de participer aux Jeux olympiques. Réjouissons-nous de la victoire américaine en patinage artistique.
N’ayons pas la petitesse d’esprit de souhaiter que les Canadiennes gagnent la médaille d’or au hockey et que les Canadiens gagnent la médaille d’or au hockey. Ce serait tomber dans le nombrilisme national.
Que la joie envahisse nos coeurs devant les exploits de la Norvège. En effet, la récolte de médailles de la Norvège a de quoi surprendre. Moins d’une semaine avant la fermeture des Jeux de Sotchi, le petit pays d’Europe est quatrième au chapitre des médailles, avec sept médailles en ski de fond, quatre en biathlon, trois en combiné nordique, deux en ski alpin et une médaille en surf des neiges. La Norvège compte sept médaillés d’or. Réjouissons-nous mes frères en humanité des succès de ce petit pays où le programme sport-études offre des conditions rêvées aux jeunes athlètes. Bravo donc à la Norvège.
Empreint de cette ouverture sur le monde, il me faut déplorer le nombrilisme national québécois qui, dès le début des Jeux, m’a fait éprouver un grand plaisir et une forte émotion en voyant les magnifiques soeurs Justine et Chloé Dufour-Lapointe décrocher les médailles d’or et d’argent à l’épreuve des bosses en ski acrobatique, Justine et Chloé ayant offert des descentes sans faille dans la dernière étape de la finale. D’autant plus qu’en tant que Montréalais de naissance et de jeunesse, je ne pouvais qu’être touché par ces exploits sportifs d’une famille montréalaise. De même, je m’en veux de m’être réjoui de la médaille d’argent de Dominique Maltais au snowboard cross du surf des neiges.
Il est temps de conclure. Tous les sentiments de joie et de fierté que nous éprouvons devant les médailles d’or, d’argent et de bronze gagnées par les athlètes canadiens et québécois sont à réprimer. C’est du nombrilisme national. Ainsi donc au nom de l’ouverture sur le monde, nous devons nous réjouir des succès de tous les pays de la planète mais il nous est interdit de nous réjouir des succès des Canadiens et des Québécois.
Une logique impitoyable impose à celui qui rejette le nationalisme québécois de rejeter aussi le nationalisme canadien et, quant à y être, à rejeter tous les nationalismes. Et, en toute logique, à abolir les Jeux Olympiques.
Ces Jeux Olympiques de Sotchi nous auront donné l’occasion de constater à quelle absurdité peut conduire l’option politique qui s’oppose à tout prix à ce que le Québec devienne un pays.
vu ici
Enregistrer un commentaire