Un jour, j’irai vivre en Théorie parce qu’il paraît qu’en Théorie, tout va bien. (Les mots surpendus)

mardi 23 août 2011

Pourquoi certaines secondes semblent durer une éternité ?


Bien que notre  perception du temps peut être étonnamment précise, en donnant un rythme à garder, les batteurs professionnels le conserveront avec une précision de quelques millisecondes, elle peut être aussi curieusement plastique. Certains instants semblent durer plus longtemps que d’autres et les scientifiques ne savent pas pourquoi…
Contrairement à nos autres sens, notre  perception du temps n’a pas d’emplacement défini dans notre cerveau, ce qui le rend difficile à comprendre et à étudier. Mais récemment, des chercheurs ont trouvé des indices que notre sens du temps découle d’unités spécialisées dans notre cerveau, des canaux de neurones à l’écoute des signaux de certaines longueurs de temps.
"Nous savons que garder une trace du temps est extrêmement important, il nous permet de coordonner les mouvements, d’interpréter le langage du corps", a déclaré James Heron  optométriste à l’Université de Bradford au Royaume-Uni, principal auteur de l’étude dans les Actes de la société royale B, le 10 aout.. “Nous savons que le cerveau le fait systématiquement et avec précision, mais nous ne sommes pas sûrs de savoir comment. Nos données suggèrent fortement la présence d’unités neuronales dans le cerveau qui sont réglées pour des durées différentes. "
Les chercheurs, qui étudient la perception du temps par le cerveau, ont déjà proposé plusieurs façons dont notre horloge mentale pourrait fonctionner. Cela pourrait être comme un métronome, en tiquant à un rythme régulier, ce qui nous permet de garder le court du temps en comptant les clics inconsciemment. Ou, il peut juger du temps en se basant sur la quantité d’énergie nécessaire pour traiter un signal. Plus nous portons une attention accrue à quelque chose, plus le traitement semble prendre du temps.
Héron et ses collègues pensent de notre chronomètre mental fonctionne, au moins partiellement, sur des chaînes de neurones qui répondent à une "fréquence de temps" particulière. La nouvelle expérience a exposé des personnes à une centaine de bips ou de flashs d’une durée spécifique, les habituant à des signaux de cette longueur. Ils ont ensuite testé le jugement du temps des participants, en leur donnant un signal sonore et un flash, et en leur demandant lequel avait duré le plus longtemps. Ils ont constaté que les flashs et les bips, qui étaient proches de la durée des signaux auxquels les participants avaient été habitués, ont été constamment jugés nettement plus longs que ce qu’ils n’étaient vraiment.
“Si je vous présente de nombreux flashs d’une durée de 150 millisecondes, alors 300 ms ne se ressent pas comme 300, il se ressentirait plus comme 400 ms," a déclaré Heron.
“Le système basé sur des canaux, semble être la meilleure explication", a déclaré Heron. “C’était comme si nous fatiguions les canaux réglés sur cette durée et les canaux à proximité, mais les canaux plus distants étaient encore frais."
Selon les scientifiques, ce que nous savons sur la vision et l’ouïe suggère que les différentes populations de neurones dans le cerveau sont à l’écoute de propriétés différentes, donc l’idée qu’il peut y avoir des groupes de neurones à l’écoute de différentes durées, est plausible et en accord avec les données électrophysiologiques, précédentes.
Cependant, le fonctionnement du cerveau est loin d’être simple et ce modèle de canaux, n’explique pas pourquoi, par exemple, le temps semble passer plus lentement quand nous sommes dans une situation potentiellement mortelle, comme une chute dans le vide ou lors d’un accident de voiture. “Vous ne suivez pas seulement, passivement, le cours du temps. Vous le construisez activement. “
L’étude réalisée conjointement par des chercheurs de l’université de Bradford et de Nottingham, publiée ici : Duration channels mediate human time perception.

Enregistrer un commentaire