Un jour, j’irai vivre en Théorie parce qu’il paraît qu’en Théorie, tout va bien. (Les mots surpendus)

mercredi 7 septembre 2011

Eugénisme : Obligation vaccinale, suppression des allocations et réduction de la population ?





4810258592_feec36c879.jpg
Dans un article paru vendredi dernier dans l'Irish Independent, le Ministre actuel de la Protection Sociale, Joan Burton a esquissé le projet de lier le payement des allocations familiales à la fréquentation scolaire et... devinez quoi, aux vaccinations !

Ceci n'est rien de moins qu'un programme de vaccination forcée sur les enfants de la nation et particulièrement ceux venant de milieux sociaux défavorisés, qui dépendent beaucoup des aides de l'État.

La théorie veut que les parents devraient être "incités" à faire vacciner leurs enfants par la menace de voir leurs allocations familiales suspendues s'ils ne le faisaient pas.

Il apparaît donc que les parents vont avoir le choix de soit refuser au gouvernement le droit d'avoir leurs enfants injectés avec des produits chimiques toxiques reconnus très largement comme étant néfastes à leur santé et de fait faire face aux conséquences de voir leurs enfants être contraints à la sous-alimentation due à la pauvreté ou alors acquiescer avec le système de contrôle psychotique et tuer leurs propres enfants en autorisant le gouvernement, agissant comme intermédiaire des gros laboratoires pharmaceutiques, à appliquer leur programme de contrôle de la population sur votre famille.

Ceci pour moi ressemble à s'y méprendre à du despotisme et je suis sûr que bon nombre de lecteurs seront d'accord avec moi.

Il est très intéressant de noter, que dans une période de mesures d'austérité forcées, le gouvernement ponde juste cette idée sans que cela ne soit influencé de l'extérieur, vraiment ? Nous savons aujourd'hui que les campagnes de vaccinations ont été utilisées non seulement pour créer des pandémies, mais aussi ont été utilisés dans de vastes campagnes de stérilisation des masses dans des pays comme le Brésil, qui est cité dans l'article comme un des modèles de réalisation de ce programme. Le titre ci-dessous d'Août 2008 devrait sans aucun doute faire froncer les sourcils au sein du lobby anti-avortement en Irlande.

"Une campagne brésilienne de vaccination de masse provoque des doutes quant à un programme dissimulé de stérilisation"

Vous pouvez lire l'article complet ici: (NdT: en anglais).

Je suggère que vous lisiez également les autres liens qui figurent au bas de l'article pour vous donner une idée d'à quel point cet agenda est diabolique.

Dans le cas du Mexique, autre pays cité dans l'article où ce type de programme fut effectué, nous trouvons cette perle de F. William Engdahl à la page 273 de son excellent ouvrage "Les semences de la destruction":
Au début des années 1990, d'après un rapport de l'Institut Mondial de la Vaccination, l'OMS supervisa d'énormes campagnes de vaccination contre le tétanos au Nicaragua, au Mexique et aux Philippines. Le Comite Pro Vida de Mexico, une organisation de l'église catholique, devint suspicieuse des motifs derrière le programme de l'OMS et décida de faire tester un bon nombre de fioles contenant les vaccins et découvrît que ceux-ci contenaient de la Gonadotrophine chorionique humaine ou hCG. Ceci était un mystérieux élément de la composition de vaccins destiné à protéger les gens contre le syndrome de la « mâchoire bloquée » provenant d'infection avec des clous rouillés ou d'autres mises en contact avec une certaine bactérie que l'on trouve dans le sol. La maladie du tétanos était en outre très rare.

Ceci était aussi très curieux car l'hormone hCG est une hormone naturelle nécessaire pour maintenir une grossesse. Mais, combiné avec un porteur de la toxine du tétanos, cela stimulait la formation d'anti-corps contre l'hCG, rendant les femmes incapables de mener à terme une grossesse, une forme d'avortement dissimulé si on veut. Des rapports similaires de vaccins infectés à l'hCG, parvinrent également des Philippines et du Nicaragua. Le Comité Pro Vida confirma également quelques autres faits très curieux à propos du programme de l'OMS. Le vaccin du tétanos ne fut administré qu'à des femmes dans la tranche d'âge de le fécondité maximum, entre 15 et 45 ans. Il ne fut pas administré aux hommes et aux enfants. De plus, ce vaccin était généralement injecté en une série de trois vaccins seulement espacés de quelques mois afin d'assurer que les femmes aient une dose massive d'hCG, alors qu'une seule injection était efficace pour l'immunisation contre le tétanos pendant 10 ans. La présence de cette hormone était une indication très claire que ces vaccins étaient contaminés. Aucune des femmes qui reçurent ces injections ne fut avertie que les vaccins contenaient un agent avortant. L'OMS l'avait planifié de cette façon manifestement.

Pro Vida fouilla plus avant et apprît que la fondation Rockefeller, en coopération avec le conseil de la population John D. Rockefeller III, la Banque Mondiale, le programme de développement des Nations-Unies, la fondation Ford (NdT: essentiellement contrôlée par la fondation Rockefeller) et d'autres qui ont travaillés avec l'OMS pendant plus de 20 ans pour développer des vaccins anti-fertilité utilisant l'hormone hCG combiné avec le tétanos, ainsi que d'autres vaccins.

Parmi les autres agences impliquées dans le financement des recherches de l'OMS figurait une liste qui incluait l'Institut des Sciences Médicales de l'Inde, ainsi qu'un nombre d'université comme Uppsala en Suède, l'université d'Helsinki et l'université de l'état de l'Ohio. La liste aussi incluait le gouvernement des Etats-Unis au travers de son Institut National de la Santé Infantile et de Développement Humain, une branche de l'Institut National de la Santé. Cette dernière agence gouvernementale fournît l'hormone hCG dans quelques expériences de vaccins anti-fertilité.

Le respecté British Medical Journal, le fameux Lancet, confirma dans un article publié le 11 Juin 1988 et intitulé: "Essais cliniques d'un vaccin de contrôle de la natalité par l'OMS", les trouvailles de Comite Pro Vida de Mexico. Pourquoi un porteur de toxine du tétanos ? Parce que le corps humain n'attaquera pas sa propre hormone hCG, le corps humain doit être leurré afin qu'il traite l'hormone comme un ennemi envahisseur afin de développer un vaccin anti-fertilité efficace utilisant les anti-corps hCG, d'après G.P. Talwar, un des scientifiques impliqués dans la recherche.

A la mi-1993, l'OMS avait dépensé au total 365 millions de dollars de ses maigres fonds de recherche sur ce qui est appelé par euphémisme "la santé de la reproduction", incluant l'implantation d'hormone hCG dans les vaccins du tétanos. Les officiels de l'OMS ont refusé d'expliquer pourquoi les femmes qui ont été vaccinées ont développé des anti-corps à l'hCG. Ils ont balayé les découvertes sur ce programme en déclarant que les accusations venaient de "sources anti avortement et catholiques", comme si cela devait forcément impliquer une partialité quelconque. Si vous ne pouvez pas nier la véracité du message, essayez au moins de discréditer le messager.
L'extrait ci-dessus comme nous l'avons dit fait référence à des évènements qui ont eu lieu dans les années 1990, mais nous pouvons être sûr que les techniques des bouchers de big pharma se sont améliorées depuis. Bill Gates est bien sûr soutenu par la même clique eugéniste dans son organisation Planned Parenthood. Voici ce que Bill a eu récemment à dire à propos des vaccins sous la couverture du grand mensonge que le CO2 est un gaz polluant :

sott.net

Enregistrer un commentaire