Un jour, j’irai vivre en Théorie parce qu’il paraît qu’en Théorie, tout va bien. (Les mots surpendus)

dimanche 20 novembre 2011

La vitesse de la lumière à nouveau dépassée




Des neutrinos, particules élémentaires de la matière, ont encore semblé plus rapides que la lumière lors de nouveaux tests réalisés sur 730 km entre la Suisse et l’Italie, a indiqué vendredi le Centre national français de la recherche scientifique (CNRS).

Laboratoire souterrain du Gran Sasour tenter d’éliminer une possible source d’erreur lors de la précédente mesure, l’équipe de l’expérience internationale Opéra a utilisé un nouveau faisceau de protons pour produire les neutrinos passe-murailles qui sont envoyés à travers l’écorce terrestre en direction du laboratoire souterrain du Gran Sasso (Italie centrale).

« Avec le nouveau type de faisceau produit par les accélérateurs du Cern (Centre européen de recherches nucléaires), nous avons été capables de mesurer avec précision le temps de vol des neutrinos, en les prenant un par un », explique Dario Autiero, chercheur à l’Institut de physique nucléaire de Lyon (France) et responsable de l’analyse des mesures d’Opéra. Lors de ce nouveau test entamé fin octobre, vingt neutrinos ont pu être détectés au Gran Sasso. Ces nouvelles mesures « ne changent en rien la conclusion tirée initialement, à savoir que les neutrinos semblent arriver plus vite qu’ils ne le devraient », a précisé le CNRS.

Le 22 septembre, l’équipe Opéra avait annoncé que des neutrinos avaient parcouru les 730 km en dépassant légèrement (de 6 km/s), la vitesse de la lumière dans le vide (près de 300.000 km/s), jusqu’alors considérée comme une « limite infranchissable ». « Les vingt neutrinos que nous avons enregistrés fournissent une précision comparable aux 15.000 autres à partir desquels notre mesure initiale était fondée », a relevé M. Autiero, précisant que l’analyse était cette fois « plus simple ». Les impulsions de protons servant à produire les neutrinos étaient ultracourtes (trois nanosecondes ou milliardièmes de seconde) et espacées chacune de 524 nanosecondes, ce qui a permis d’accroîre la précision des mesures.

Pour M. Autiero, « des examens complémentaires » et des « mesures indépendantes » doivent encore être faits avant que « l’anomalie de temps de vol » des neutrinos, c’est-à-dire leur vitesse supérieure à celle de la lumière dans le vide, puisse « être confirmée ou réfutée ».

Si elle était confirmée, cette vitesse supraluminique obligerait à repenser la physique actuelle, y compris la théorie d’Einstein.

Incrédules, les chercheurs avaient tenté pendant des mois de vérifier leurs résultats avant de les annoncer en septembre. L’article de la collaboration Opéra présentant les résultats du nouveau test est accessible vendredi sur le site de prépublication ArXiv.

Le neutrino est très difficile à détecter, car il est dépourvu de charge électrique et traverse généralement la matière sans s’y arrêter.


Le Super Synchrotron à Protons (SPS), l’accélérateur de particules du CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire) à Genève. © afp

Laboratoire souterrain du Gran Sasso © afp



SOURCE
Enregistrer un commentaire