Un jour, j’irai vivre en Théorie parce qu’il paraît qu’en Théorie, tout va bien. (Les mots surpendus)

mercredi 14 décembre 2011

Le roman d’un banquier

J'ai lu le livre en criant ciseaux.
Une très bonne histoire facile à digérer.
Lolo
Le racket de la dette satanique révélé dans Le roman d’un banquier
« Divina Insidia – Le Piège Divin » de Pascal Roussel
Tandis que la terre est embarquée dans une course folle, et que des millions de gens peinent à survivre, la haute finance poursuit inexorablement et sûre de l’impunité, son objectif destructeur.
L’histoire qui vous est ici contée est d’une surprenante actualité . De plus, elle pourrait être plus vraie que la vérité si celle-ci était dévoilée. Anne Standfort journaliste de talent, est entraînée, sous couvert d’un livre à écrire pour un mystérieux et richissime inconnu, dans les couloirs sombres de l’étrange « planète financière ». Elle va être confrontée, souvent choquée, parfois horrifiée, à une conception des valeurs du bien et du mal qui lui est étrangère.
Tout comme le lecteur, elle va découvrir la naissance et le fonctionnement d’une banque centrale, jusqu’à la mise en place d’une future monnaie mondiale . Elle va prendre conscience du pouvoir occulte de certaines loges maçonniques et de certaines familles oligarchiques dont la puissance illimitée n’est connue que de quelques initiés.
Tentant désespérément de conserver son sang froid, elle évoluera entre une réalité dont elle ignorait tout et un imaginaire qui la stupéfie.
Ni elle, ni son mari, ni son jeune fils ne sortiront moralement indemnes de cette aventure haletante qui bouleversera leur vie.
Histoire d’argent ? 
Affaire de spiritualité ?

Ce livre pose les questions essentielles. 

Il encourage le lecteur à se les poser aussi. Et plus encore, à n’avoir de cesse de trouver les réponses Roussel, explique comment les intérêts composés ont résulté en des gains exponentiels astronomiques année après année. Toutes les religions ont interdit le prêt à intérêt afin de prévenir ce qui s’est passé: cette immense richesse et ce pouvoir sont tombés entre les mains des satanistes.
Les plus grandes banques du monde sont de simples mandataires pour ces douze familles qui créent de l’argent à ne partir de rien. (Les banques obtiennent leur « argent » de ces dernières.) La Grèce est maintenant dans le collimateur, mais à terme c’est le monde entier qui sera pressé comme un citron pour récupérer cet « argent ». (« Nous allons absorber toutes les richesses du monde », voilà comment Cecil Rhodes l’a décrit à son patron Nathan Rothschild.)
Ils menacent que les déposants perdront leurs économies si les banques font faillite. Mais, ce sont en réalité ces douze familles de satanistes générationnels qui réclament leur livre de chair. Si nos gouvernements n’étaient pas dirigés par leurs laquais, ils protégeraient les dépôts et enverraient paître les « familles oligarchiques ». Roussel ne nomme pas les familles, mais il semble évident que les Rothschild sont l’une d’entre elles.
Roussel explique que la réserve fractionnelle est une chaîne de Ponzi. Ils prêtent 90$ pour chaque 100$ en dépôt. Ces 90$ sont déposés ailleurs et 81$ supplémentaires sont prêtés. Et cela continue ainsi ad infinitum. De manière évidente, la bonne façon de lutter contre cette bête c’est de retirer votre argent de la banque.

LE ROMAN 
Le récit de Roussel tourne autour d’un Rothschild qui a une révélation spirituelle et veut lancer un avertissement. Il choisit une jeune et jolie journaliste suisse, Ann Standford, pour écrire un livre et déposer une fortune sur son compte bancaire.
Il l’emmène ensuite faire une tournée gastronomique des points repères Illuminati – les Georgia Guidestones, une réunion du Bilderberg, le Bohemian Grove, etc – expliquant certains aspects de la conspiration dans chaque lieu.

Il retrace ses origines dans le paganisme et la Kabbale, qui a conduit à la philosophie des Illuminati. Mais finalement, cela se résume à la dette et aux intérêts.
« Vous voulez nous vaincre? » dit le Rothschild de Roussel. « Abolissez les prêts à intérêt et ne créez pas d’argent supplémentaire. Les cycles économiques vont disparaître. La richesse ne sera plus concentrée entre les mains de quelques « mégas créanciers » comme moi, et l’argent prendra de la valeur avec le temps. Ce que vous léguez à vos enfants aura plus de valeur que lorsque vous l’avez obtenu. »
Entre temps un autre Illuminati « supérieur » a lancé des tueurs à leur trousse. L’histoire de Roussel et sa saine sensibilité chrétienne européenne est édifiante.
La fin est inattendue et inspirée. Le livre à lui tout seul vaut la peine d’être lu. Roussel nous laisse avec une vision crédible d’espoir et de défi. Tout ce que nous devons faire c’est affirmer la vérité et résister au mal. La structure corrompue entière s’effondrera.
http://rustyjames.canalblog.com/archives/2011/12/13/22959175.html

Divina Insidia - Le Piège Divin - Pascal Roussel par leseditionsromaines
Enregistrer un commentaire