Un jour, j’irai vivre en Théorie parce qu’il paraît qu’en Théorie, tout va bien. (Les mots surpendus)

jeudi 19 septembre 2013

L’égalité avant la religion


Marie-Claude LORTIE
La Presse


Tout le monde ne cesse de dire, depuis le début du fameux débat sur la non moins fameuse Charte des valeurs québécoises, qu’il n’y a pas de problème à régler. Pas de crise. Pas de désordre social. Et que le projet péquiste n’est donc, au fond, qu’une manœuvre électoraliste pour aller chercher des appuis chez une certaine population vaguement intolérante, qui voit d’un mauvais œil la diversité culturelle et religieuse québécoise.

Mais comme l’illustrait, par exemple, le reportage de ma collègue Katia Gagnon, publié il y a quelques jours, au sujet des écoles, cette affirmation ne tient pas.

Pratiquement chaque jour, les institutions scolaires se font poser des questions au sujet, entre autres, des congés religieux permis ou pas selon les conventions collectives. Et les réponses sont différentes selon les organismes.

La paix sociale n’est pas troublée, mais règne au sein de ces institutions publiques une certaine cacophonie. La paix sociale n’est pas troublée, mais ailleurs aussi on se demande si ici un homme peut enseigner à une femme, si là un employé est obligé de manipuler de l’alcool alors que sa religion lui en interdit la consommation, ou encore si dans le cadre de son travail une femme peut refuser de serrer la main à des hommes.

La paix sociale n’est pas troublée, mais les questions sont là.

Ce n’est pas une mauvaise idée de vouloir donner une direction claire pour répondre aux interrogations de chacun afin qu’on ne se retrouve pas avec des iniquités – notamment au sujet des congés ! – qui, elles, pourraient éventuellement alimenter l’intolérance.

Et puis la paix sociale n’est pas en crise, mais ce n’est pas vrai, non, qu’il existe un consensus, une sérénité générale, au sujet du foulard islamique. Ce fameux foulard que la Fédération des femmes du Québec croit qu’il ne faut pas interdire dans la fonction publique, car cela ne ferait que précariser encore plus la situation d’emploi d’immigrantes musulmanes vulnérables. Ce foulard que d’autres féministes voient comme un signe non pas tant religieux que politique destiné à marquer l’inégalité. Et dont l’interdiction outillerait les femmes musulmanes qui n’attendent que ça pour dire à leur mari et à leur communauté qu’elles veulent l’enlever.

***

Comme tel, le foulard, morceau de tissu, n’a rien de dérangeant. Comme le turban sikh, la kippa juive, les croix catholiques ou ces points de couleur des femmes hindoues, le foulard affiche une identité culturelle et religieuse dans un mode souvent touchant, avec panache. Il peut communiquer une fierté. Montréal brille par sa diversité culturelle et religieuse, par ces images diversifiées.

Sauf que le foulard islamique n’est pas que cela.

Si ce n’était qu’un morceau de tissu célébrant avec fierté l’adhésion à un dogme quelconque, comme on le lit beaucoup ces jours-ci, je serais parmi tant d’autres à dire que les efforts péquistes pour faire disparaître nos rugosités religieuses sont absolument mal venus. Inutiles. Purs semeurs de zizanie.

Mais regardons la réalité en face. Le foulard a un sens politique.

Il y a dans le monde des hommes qui, année après année, décennie après décennie, utilisent le voile comme marqueur d’inégalité. L’obligation du port du hijab fut une des premières mesures du régime islamique en Iran à la fin des années 70. Ce fut un point de départ d’une vague régressive dans le monde musulman, dont les femmes ont depuis fait gravement les frais.

Il y a des femmes qui le portent par choix. Sûrement. Mais ne nous leurrons pas : c’est aussi, dans le monde, très souvent une obligation à laquelle les femmes n’ont absolument pas l’option de se soustraire. Avec tous les codes de comportement qui l’accompagnent.

Le foulard n’est pas comme la croix qu’un chrétien pratiquant s’accroche au cou et ce n’est pas comme la kippa qu’un juif porte le samedi pour aller à la synagogue ou même tous les jours, par coutume.

Parce que personne, dans le monde, ne risque de mourir en refusant de porter sa croix ou sa kippa.

Le foulard, oui.

***

Cette charte qui nous parle du foulard et veut l’interdire dans certaines fonctions met le doigt – maladroitement ou pas, efficacement ou pas, intelligemment ou pas, je vous laisse en débattre – sur des questions importantes auxquelles on ne peut se soustraire, qui ne sont pas réglées. Qui dérangent notre société égalitaire.

Montréal n’est pas à feu et à sang au sujet des accommodements religieux. Mais doit-on, par exemple, permettre aux modèles éducatifs que sont les maîtresses d’école et les éducatrices en garderie de porter le foulard ? Doit-on, comme société, donner ainsi notre aval à un signe politique que certaines femmes musulmanes voient comme le symbole ultime de la discrimination dont elles sont victimes ?

N’est-ce pas la moindre des choses d’établir, dans nos institutions publiques, un lieu neutre où l’on se dénude de nos choix religieux. Surtout s’ils sont politiquement controversés.

***

Comme plusieurs d’entre vous, je n’avais pas envie de ce débat sur la Charte des valeurs du gouvernement de Pauline Marois. Pas envie de plonger dans les cicatrices à peine refermées du débat sur les accommodements raisonnables. Pas envie d’avoir à mettre huit mille paires de gants blancs pour dire que non, je ne suis pas islamophobe, mais que oui, la question du foulard me dérange, me tiraille.

Je préférerais tellement, comme dans mes rêves, que le monde change tout seul. Que cette confrontation entre la religion et la lutte contre le sexisme institutionnalisé s’estompe d’elle-même. Que dans une génération, sans qu’on n’ait rien fait de particulier, par la force de nos valeurs égalitaires, on en ait effacé toute trace.

Sauf que tant qu’il y aura des femmes musulmanes pour nous exhorter à les aider à se défendre contre les intégristes, contre ceux qui les empêchent de s’habiller ou se déshabiller comme elles l’entendent, nous avons une responsabilité collective de nous poser, nous aussi, certaines questions.

L’égalité entre les hommes et les femmes doit avoir primauté sur la liberté religieuse.

Voilà, essentiellement, la grande valeur québécoise à défendre ici.
Merci MayWest
Source
http://plus.lapresse.ca/screens/4b97-4e98-5239cbdb-88a3-0d66ac1c606a%7C_0.ht (...)
Enregistrer un commentaire