Un jour, j’irai vivre en Théorie parce qu’il paraît qu’en Théorie, tout va bien. (Les mots surpendus)

lundi 2 septembre 2013

Pour une laïcité authentique et inclusive





par Akli Ourdja, maîtrise en philosophie, et Ali Kaidi, doctorat en philosophie, pour l’Association québécoise des Nord-Africains pour la laïcité (AQNAL)

La laïcité est un projet de société important pour la paix sociale au Québec ainsi que pour l’inclusion et l’intégration harmonieuse des nouveaux et nouvelles arrivant-e-s. Plusieurs s’opposent aux accommodements religieux déraisonnables qui sont en fait une ouverture à une discrimination, dont personne ne peut mesurer les conséquences dramatiques sur la cohésion sociale. Ces accommodements sont, en réalité, la demande d’une très petite minorité d’entre nous, mais qui font beaucoup de tort aux personnes qui proviennent de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, car ces accommodements religieux ouvrent la porte à la création d’un clivage entre les immigrant-e-s et la société d’accueil.

C’est dans cet esprit que nous, citoyens et citoyennes québécois-e-s originaires d’Afrique du nord, avons décidé de prendre notre responsabilité devant l’histoire et devant le peuple québécois afin de participer, avec nos idées, nos réflexions et notre expérience, à la marche en avant de cette société qui nous accueille à bras ouvert, avec nos différences. L’histoire et les valeurs québécoises s’inscrivent dans la continuité du siècle des Lumières qui a fait baigner l’Occident, le Canada en général, et le Québec moderne en particulier, dans une société laïque et démocratique, où l’égalité entre les hommes et les femmes ainsi que la séparation du politique et du religieux constituent des valeurs fondamentales.

La laïcité est essentielle
C’est l’absence de ces valeurs-là, dont souffrent nos sociétés d’origine, qui a enclenché la vague d’émigration, et ce sont ces valeurs-là que nous sommes venus chercher au Québec. La laïcité qu’on veut défendre en est la condition essentielle.

Voilà pourquoi une nouvelle association s’est formée afin de donner une voix à cette majorité silencieuse de nouveaux et nouvelles arrivant-e-s et de personnes originaires de l’Afrique du Nord qui ne veulent pas être identifié-e-s par leur appartenance religieuse, comme toutes et tous les autres Québécois-e-s, et qui désirent plutôt une réelle intégration. Car l’appartenance religieuse relève du domaine privé, et elle ne doit pas être source de discrimination, ni un moyen de rejet de l’autre, ni un instrument de pression ou d’accusation. Nous voulons être des Québécois et Québécoises qui seront considéré-e-s comme des citoyens et citoyennes à part entière, et nous désirons nous intégrer à la société d’accueil avec laquelle nous partageons les valeurs laïques et démocratiques.

Mettre de l’avant ce qui nous rassemble
La laïcité nous permet de mettre de l’avant ce qui nous rassemble et non ce qui nous divise, à savoir la neutralité de l’État et de ses institutions, l’égalité entre les hommes et les femmes, la primauté de la citoyenneté sur l’appartenance religieuse, et la fin de tous les privilèges liés à cette dernière.

Notre participation au débat démocratique est essentielle pour que notre voix puisse être entendue et comprise dans le débat sur la laïcité qui s’amorce autour du projet de loi qui sera présenté en septembre par le gouvernement du Parti québécois.

Pour un Québec laïque, pluraliste et démocratique
Non à discrimination entre les citoyens et les citoyennes
Non à l’intégrisme religieux
Oui à l’intégration de tous les immigrant-e-s dans l’espace québécois
Oui à l’égalité totale entre les femmes et les hommes
Oui à la laïcité

Vous pouvez nous rejoindre à l’adresse suivante
association.aqnal@gmail.com
Notes biographiques des auteurs
Akli Ourdja est québécois originaire d’Algérie. Il a obtenu sa maîtrise en philosophie, en 2011. Sa thèse s’intitulait : "La dimension libérale dans la philosophie politique de John Locke". Il a enseigné la philosophie au lycée (cégep) de 1992 à 2011. Il a été membre fondateur du syndicat d’enseignants (CLA) dans son pays d’origines". À son arrivée dans son pays d’accueil, le Québec en 2011, il a commencé à participer aux débats organisés, dans le cadre du Festival du monde arabe, sur divers sujets pertinents comme la laïcité et la démocratie, le printemps arabe. C’est ainsi qu’il a découvert qu’il n’existait pas d’association au sein de sa communauté qui militait en faveur de la laïcité sans adjectif.

Militant pour la laïcité, il est l’un des organisateurs du rassemblement pour la laïcité et la liberté de conscience du 3 août 2013 devant le consulat algérien à Montréal et aussi l’un des membres fondateurs de l’association AQNAL.

Ali Kaidi a enseigné la philosophie à l’Université d’Alger, entre 1996 et 2011. Il a obtenu son doctorat en philosophie en 2011. Il publie depuis deux ans des articles qui traitent des questions philosophiques et politiques dans
kabyleuniversel.com. Il est connu dans sa communauté pour son militantisme en faveur de la laïcité et de la démocratie dans son pays d’origine et ici au Québec. Il est l’un des organisateurs de la manifestation pour la laïcité et la liberté de conscience du 3 aout 2013. Cette manifestation s’est organisée devant le consulat d’Algérie à Montréal pour protester contre la persécution des non-jeûneurs en Algérie par la police pendant le mois de ramadan. Il est aujourd’hui l’un des fondateurs de l’association AQNAL.
source
Enregistrer un commentaire