Un jour, j’irai vivre en Théorie parce qu’il paraît qu’en Théorie, tout va bien. (Les mots surpendus)

vendredi 25 octobre 2013

Ce n'est pas pour rien si l'on parle de programmes télévisés


Article de Joe Martino traduit par Ey@el
 
N'avez-vous jamais regardé la télévision ou un film pour constater, ensuite, que vous vous laissiez captiver par les personnages et leur histoire ? Ne vous êtes-vous jamais rendu compte, à certaines occasions, que vous vouliez reproduire dans votre vie ce que vous aviez vu à l'écran ? Sans doute, vouliez-vous que votre vie se déroule de cette manière sur le plan professionnel ou relationnel ? Rassurez-vous, il est très courant de réagir ainsi à ce type de divertissement conçu pour nous engager, mais n'êtes-vous jamais arrivé à la conclusion que ce pourrait être là un outil puissant pour façonner l'opinion publique en créant ainsi la psychologie sociale idéale ? Vous vous demandez probablement ce que j'entends par « psychologie sociale idéale ». En d'autres termes, si vous deviez contrôler de nombreuses personnes et vous assurer qu'elles fassent ou approuvent certaines choses, ne pourriez-vous pas avoir recours à certaines formes de divertissements afin de programmer sournoisement l'esprit des masses à cet effet ?
Les émissions de télévision sont appelées des programmes et la liste proposée par chaque chaîne, sa grille de programmation. Rien de surprenant que ce soit exactement ce qui se produise lorsque nous regardons la télévision : nous sommes programmés... même lorsqu'il s'agit d'émissions de télé-réalité qui, je peux vous l'assurer, n'ont rien à voir avec la réalité. Cet article m'a été inspiré par les bribes d'émissions que j'ai pu capter ça et là en séjournant chez des proches ou des amis. Ce que j'ai pu entendre ou voir est, en un certain sens, très cocasse tant il est parfaitement évident que ce genre de chose agit sur la psyché du téléspectateur.

Il y aurait de multiples points à traiter dans un tel article mais je voulais en aborder un en particulier, à savoir cette véritable obsession pour les programmes mettant en scène des policiers, le FBI ou la police scientifique. En Amérique du Nord, les taux d'audience pour ce genre d'émission avoisinent la dizaine de millions par épisode. Il ne se passe pas un mois sans que ne débarque une nouvelle série avec des flics ou des experts en scènes de crime. En fait, à part les comédies, c'est, semble-t-il, le genre le plus saturé pourtant il ne se départ pas de son succès. Pourquoi ? À quoi riment cette obsession pour ce type de programme et cette avalanche continue d'apologie de la police et du FBI ? Avec un peu de recul, la réponse est simple.

À l'heure d'aujourd'hui, le gouvernement, l'armée, la police et les services secrets entreprennent des actions qui ont largement de quoi inquiéter. Bien que très peu ne frappent l'opinion publique à grande échelle, des divulgations sont faites, grâce à Internet, comme jamais auparavant, entrainant une baisse d'estime et une perte de confiance auprès du public. Quel meilleur moyen pour redorer leur blason que de les positionner constamment en héros dans nos séries préférées ?

Si vous avez déjà visionné un de ces programmes, vous savez exactement à quoi je fais allusion. Il y a toujours une situation impossible dont le but est de jouer sur la corde sensible du grand public ; qu'il s'agisse d'un rapt d'enfant ou d'un meurtre particulièrement éprouvant, la fin de l'épisode voit toujours un policier, ou autre, glorifié pour son travail et sa détermination. Ce qui n'a rien de mal en soi mais nous ne voyons jamais l'aspect plus ordinaire du travail de la police. Je regrette d'avoir à le dire, mais leurs actions ont, à ce jour, davantage à voir avec le trouble de la paix qu'avec son maintien. Tout le monde est désormais un ennemi, un problème potentiel et il faut faire quelque chose pour stopper les gens, les ralentir, les verbaliser et les arrêter. En fait, quiconque essaie d'exprimer une opinion contraire à celle de l'appareil gouvernemental s'expose à être, un jour, battu et menotté. Mais à la télévision, cela n'arrive jamais. A chaque fois, on y voit les mêmes « méchants » se faire prendre par les « gentils » flics et autorités compétentes.

Je tiens, une fois encore, à préciser que je ne cherche aucunement à démontrer que le travail de la police ou du FBI n'apporte rien de positif, car ils font des choses très utiles ; j'essaie simplement de souligner une tendance évidente qui réussit très bien à programmer l'humanité afin de redorer l'image ternie de ces divers groupes reliés au gouvernement. La prochaine fois que vous regarderez ces séries, si toutefois vous regardez la télévision, observez quel type d'émotions y ont été délibérément introduites. Prêtez attention à la manière dont ils réussissent à façonner l'opinion publique en allant même jusqu'à faire craindre aux gens que la police a véritablement le pouvoir de TOUT deviner.

Bien sûr, ce ne sont pas les seules émissions servant à nous programmer. On retrouve la même chose dans la plupart des comédies, dramatiques et autres émissions de télé-réalité. On nous dit comment nous comporter dans nos relations, comment se faire des amis, qui nous devons détester, qui nous devons juger ou comment faire confiance à notre gouvernement. Si on y regarde bien, la plupart de ces programmes jouent beaucoup la carte du "terrorisme". Ce qui m'amène à quelque chose que je souhaiterais encourager tous les téléspectateurs à faire.


Le défi
La prochaine fois que vous regarderez la télévision, prêtez attention à la fréquence et à l'intensité utilisée pour programmer l'ego du spectateur. En observant correctement, vous remarquerez que presque tout n'est qu'une distraction sans effort mental destinée à vous dire comment vous comporter et comment réagir — tout cela en mode programmation bien entendu. Très peu est fait pour vous inciter à considérer les choses sous un nouvel angle, un mode de pensée plus ouvert et plus élargi dans lequel nous ne serions pas motivés par la peur, le jugement, les émotions, la colère ou la poursuite d'un "rêve". La mission défi ? Essayer de vous abstenir de regarder la télévision pendant une semaine complète. Voyez ce qui se passe, vous pourriez être agréablement surpris.
Le document original et cette traduction sont soumis aux conditions de la licence
Creative Commons 3.0 : « Paternité – Aucun usage commercial - Aucune modification - Partage des conditions initiales à l’identique ».
En clair, cela signifie que si vous réutilisez ce billet, les termes de cette licence doivent impérativement l'accompagner, que l'article ne doit être ni modifié ni tronqué et que les noms de l'auteur ET du traducteur doivent également figurer de manière visible (en toutes lettres et non « source ») ainsi que les liens vers l'article original et la page du billet traduit (et non la page d'accueil du blog). Ce droit de reproduction n'est accordé qu'aux sites et blogs non commerciaux, ne percevant aucune rémunération publicitaire et respectant les conditions susmentionnées.

http://lapensinemutine.eklablog.com/ce-n-est-pas-pour-rien-si-l-on-parle-de-programmes-televises-a98330889
Enregistrer un commentaire