Un jour, j’irai vivre en Théorie parce qu’il paraît qu’en Théorie, tout va bien. (Les mots surpendus)

mardi 22 octobre 2013

Elle pouvait bien se petter la bretelle d’innocence: Dalila Awada (Tout le monde en parle)


Qui est Dalila Awada ? Ce qu’elle ne nous a pas dit à "Tout le Monde en Parle"
À l’émission « Tout le monde en parle », Dalila Awada s’est faite présenter comme une simple étudiante en sociologie. Or elle œuvre, avec sa cousine Leila Bdeir, parmi le réseau islamiste québécois, un réseau surcodé par la Ligue islamique mondiale et la confrérie des Frères musulmans.

C’est ce qui permet d’expliquer que pour Dalila Awada, le droit de porter le voile islamique soit un droit absolu, et qu’il fasse partie de son identité depuis l’âge de 13 ans, et qu’elle serait prête à renoncer à un emploi dans la fonction publique ou para-publique afin de garder son voile.
Dalila Awada est la cousine de Leila Bdeir. Elles travaillent toutes deux à promouvoir le voile dans la fonction publique, et à défendre le port du niqab, le voile intégrale.

Leila Bdeir a succédé à Asmaa Ibnouzahir comme porte-parole de l’organisme Présence musulmane, un organisme islamiste co-fondé par Tariq Ramadan et Salah Basalamah.
"Présence musulmane" est un organisme favorable aux tribunaux islamiques régis par la charia et au niqab.
Dalila Awada et sa cousine Leila Bdeir siègent toutes sur le Comité des femmes immigrantes de la Fédération des Femmes du Québec (FFQ). Leila Bdeir et Samira Laouni sont membres du Comité d’orientation des états généraux de la FFQ.

En 2011, Samira Laouni a traité 4 femmes Québécoises de « cellules cancéreuses qui rongent notre société de l’intérieur ». Laouni a aussi agi comme gestionnaire de projets pour le Congrès islamique canadien, un organisme financé explicitement par la Ligue islamique mondiale :

L’hiver 2013, Michèle Sirois et Leila Lesbet, deux femmes membres de la Fédération des Femmes du Québec, se sont vues refuser par Samira Laouni et Leila Bdeir et cie, le droit de participer aux tables de discussion organisées par la Fédération pour déterminer ses orientations politiques des 20 prochaines années. Source :http://sisyphe.org/spip.php?article4380

Ces deux Québécoises, qui voulaient se prononcer contre le port du voile dans la fonction publique, se sont faites dire qu’elles avaient un « comportement problématique ». Leila Lesbet, récemment nommée au Conseil du statut de la femme, avait comparé le voile islamique à l’étoile jaune imposée aux Juifs par le régime nazi.

Samira Laouni est aussi une porte-parole de la coalition "Québécois musulmans pour les droits et libertés", avec Geneviève Lepage, une Québécoise convertie à l’islam après le 11 septembre, qui travaille pour les Frères musulmans, et qui fréquente la mosquée al-Oummah, dont Fawaz, le représentant de la Ligue islamique mondiale au Canada, est l’imam. Elle dirige l’Association musulmane québécoise, dont les bureaux sont à la mosquée Abu Bakr Siddique, dont l’imam est le tunisien Mohamed Habib Marzouqi, et qui appartient à l’Association musulmane du Canada (MAC).

L’infiltration de la Fédération des Femmes du Québec par des activistes du voile islamique et du niqab, telles que Samira Laouni, Dalila Awada, et Leila Bdeir, a obligé des féministes comme Louise Beaudoin et Claire L’Heureux-Dubé, une ancienne juge de la Cour suprême du Canada, à créer un nouveau groupe.
Ce nouveau groupe féministe s’appellera "Pour les droits des femmes," et il dénoncera le féminisme individuel prôné par des musulmanes comme Leila Bdeir et sa cousine Dalila Awada, lesquelles non seulement défendent le voile islamique au sein de la fonction publique et para-publique, mais vont même jusqu’à militer contre l’interdiction du voile intégral partout, dans la fonction publique aussi bien que sur la rue.

La cousine de Dalila Awada, Leila Bdeir, a dit à Radio-Canada qu’elle croit qu’il faille laisser aux musulmanes le droit de porter le niqab, même en tant qu’employé de la fonction publique. "Être Québécois aujourd’hui, ce n’est pas comme être Québécois il y a 40 ans." :
http://www.radio-canada.ca/nouvelles/...
Gérard Laurin
Enregistrer un commentaire