Un jour, j’irai vivre en Théorie parce qu’il paraît qu’en Théorie, tout va bien. (Les mots surpendus)

lundi 30 décembre 2013

Ce que signifie vraiment la quenelle


 

 Dieudonné fait actuellement beaucoup parler de lui. Pour mieux cerner son geste appelé quenelle, allons à l’origine de ce mot.
Le mot « quenouille » dérive de l'allemand Knülle, « pelote ». Selon les mêmes règles de mutation phonétique qui font venir « quenelle » de « Knödel ».
Une quenouille est un instrument ancien utilisé pour le filage des matières textileset surtout du lin, du chanvre ou de la laine, mais elle peut être utilisée avec toutes les fibres que l'on file habituellement.
Elle était depuis l’Antiquité le symbole d’un travail exclusivement féminin. Un homme filant, tenant une quenouille, était considéré comme le comble de l’humiliation : ainsi l’histoire d’Hercule-Héraklès, filant aux pieds d’Omphale. L’expression « tomber en quenouille » signifie, pour un bien, d’échoir à une femme, avec une connotation péjorative.
La quenouille est l’attribut de la déesse germanique Perchta, puis de plusieurs reines Berthe, enfin de saintes des Églises catholique et orthodoxe, notamment celles qui étaient bergères. Pami elles, Sainte Germaine de Pibrac.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Quenouille

La Sainte Germaine de Pibrac plantait sa quenouille en terre et la quenouille gardait les moutons ; jamais une brebis ne s'égara, et jamais non plus les loups, pourtant nombreux dans la région à cette époque, n'attaquèrent le troupeau.
Elle est connue pour avoir offert le peu de pain qu’elle possédât aux pauvres. Sainte Germaine est donc devenue la patronne des faibles, des malades, et des déshérités. Elle est aussi la patronne des bergers.

Sainte Germaine de Pibrac est souvent représentée avec une quenouille et un mouton à ses pieds, un bras tendu, la main sur le cœur, d’où le mot « quenelle ».
On pourrait ainsi penser que Dieudonné fait ce geste pour les faibles, les malades, et les pauvres, car pour cette femme qui vécut au XIXe siècle, offrir aux pauvres lui a été possible que grâce au pouvoir de sa quenouille qui lui permit de survivre en concervant ses moutons, qui ne s'égaraient jamais, et donc, ne se faisaient pas dévorer par les prédateurs.
Avec source

 Nous rajouterons que ce geste est très proche voire semblable au Signe d'ordre du Compagnon. Elle était rosicrucienne.
Marc Bildermann pour WikiStrike
R+C
Salutem Punctis Trianguli
vu ici
Enregistrer un commentaire