Un jour, j’irai vivre en Théorie parce qu’il paraît qu’en Théorie, tout va bien. (Les mots surpendus)

vendredi 20 décembre 2013

La Cène interdite en 4 x 3

La publicité des créateurs Marithé et François Girbaud, évoquant le tableau de Léonard de Vinci, interdite au nom des « croyances intimes ».

la cene 2005
L’Inquisition et sa chasse aux sorcières a, une nouvelle fois, frappé. L’intégrisme religieux n’est pas l’apanage de telle ou telle confession, et chacune a son versant obscurantiste. Ainsi, l’association Croyance et liberté (sic), expression, en l’occurrence, de la Conférence des évêques de France, vient d’obtenir du tribunal de grande instance de Paris 10 000 euros pour frais de justice assortis de 100 000 euros d’amende par jour d’astreinte contre « un acte d’intrusion agressive et gratuite dans le tréfonds des croyances intimes ». Condamnée, une publicité des créateurs de mode Marithé et François Girbaud, qui interprète la Cène de Léonard de Vinci, et n’a été présentée que sur l’avenue Charles-de-Gaulle à Neuilly-sur-Seine.
Le premier ennui majeur de cet acte de justice est de faire croire que les « croyances intimes » de tous les Français sont celles de Croyance et liberté. L’autre ennui est de vouloir faire penser que ses attendus (introduction d’un « motif de dérision inutilement provocateur », légèreté qui « fait disparaître tout le caractère tragique ») ont été, effectivement, ressentis comme tels par tous les passants, plutôt ouverts aux pubs artistiques, alors qu’ils peuvent s’indigner de publicités ouvertement pornographiques, contre lesquelles, d’ailleurs, Croyance et liberté ne monte pas au créneau tous les jours.
Léonard de Vinci, lui-même, dans cette oeuvre réalisée à l’église Sainte-Marie-des-Grâces à Milan, s’était permis une entorse à l’orthodoxie, puisqu’il avait remplacé saint Jean par Marie-Madeleine.
De même il faudrait interdire Viridiana de Luis Buñuel film sorti en 1961 et qui montre la Cène tenue par des mendiants buvant et ripaillant.
viridiana
Cette décision d’un autre âge porte ouvertement atteinte à la liberté d’expression. Premiers à s’indigner, la Ligue des droits de l’homme qui « interviendra en appel aux côtés des publicitaires » et le vice-président du Parti radical de gauche qui évoque « une censure qui nous ramène à l’ordre moral ». (extrait de l’édition web de l’Humanité)
source
Enregistrer un commentaire