Un jour, j’irai vivre en Théorie parce qu’il paraît qu’en Théorie, tout va bien. (Les mots surpendus)

dimanche 11 janvier 2015

Dix "théories du complot" qui se sont avérées être exactes


Publié par savoircpouvoir sur 11 Janvier 2015, 09:45am

Catégories : #Géopolitique - Médiamensonge
Bien que le terme « théorie du complot » soit devenu un terme péjoratif utilisé contre quiconque remet en question la version officielle d’un événement, il y a d’innombrables exemples dans l’histoire de conspirations qui se sont avérées.

En voici quelques exemples :
1) Opération AJAX et les opérations sous fausse bannière


L’idée que les gouvernements et les agences de renseignement commettent des actes terroristes sous « faux drapeau » a été maintes fois ridiculisé et accusé de « théorie du complot » par les médias traditionnels en dépit de l’existence d’un grand nombre de cas documenté historiquement. Après des décennies de déni obstiné, en août 2013, la CIA a finalement admis son rôle dans le coup d’État en Iran qui a conduit au renversement de Mohammad Mossadegh en 1953, sous l’égide de l’opération AJAX. Dans le cadre de cette opération, la CIA avait organisé des opérations clandestines impliquant des actes de terrorisme sous fausse bannière qui ont tué quelque 300 personnes.
2) Golfe du Tonkin


Le 4 août 1964, le président Lyndon Johnson se rend à la télévision nationale pour annoncer au pays que les forces nord-vietnamiennes ont lancé des attaques sur des destroyers américains dans le golfe du Tonkin. Le Nord-Vietnam avait attaqué des navires américains : « La multiplication des actes de violence contre les forces armées des États-Unis doit non seulement mettre notre défense en alerte, mais appelle également à une réponse directe. Cette réponse est donnée dans mon discours de ce soir », a déclaré Johnson.

Le congrès passa bientôt la résolution du golfe du Tonkin qui permit de donner à Johnson une autorité pré-approuvée pour mener des opérations militaires contre le Nord-Vietnam. En 1969, plus de 500 000 soldats se battaient en Asie du Sud-Est.
Johnson et son secrétaire à la Défense, Robert McNamara, ont trompé le Congrès et le peuple américain. En fait, le Nord-Vietnam n’avait pas attaqué le USS Maddox comme le Pentagone le revendiquait, et la « preuve irréfutable » d’une seconde attaque « non provoquée » contre le navire de guerre américain était une ruse.

Le 2 août, le destroyer Maddox prétendait avoir identifié trois bateaux torpilleurs nord-vietnamiens s’approchant de lui. Selon Washington, le navire était dans les eaux internationales, mais plusieurs historiens ont des raisons de croire que le destroyer américain passait en revue (volontairement ou non) sur le territoire de la République démocratique du Vietnam. Puis il a provoqué un combat après que des navires de guerre Nord-Vietnamiens ont été endommagés, tandis que le destroyer américain n’a pas été touché. Le deuxième incident s’est produit au cours d’une tempête tropicale dans le golfe du Tonkin, alors que le radar d’un destroyer américain aurait détecté dix navires.
3) Opération Gladio : terrorisme sponsorisé par l’État pour incriminer la gauche


Après la Seconde Guerre mondiale, la CIA et le MI6 britannique ont collaboré avec l’OTAN pour l’opération Gladio, une initiative qui avait permis de créer une « armée sous couverture » pour lutter contre le communisme dans le cas d’une invasion soviétique de l’Europe de l’Ouest.
Gladio a vite transcendé sa mission initiale et devint un réseau terroriste secret composé de milices d’extrême droite, d’éléments du crime organisé, d’agents provocateurs et d’unités militaires secrètes. La soi-disant armée sous couvert était active en France, en Belgique, au Danemark, aux Pays-Bas, en Norvège, en Allemagne et en Suisse.
La « stratégie de la tension » Gladio a été conçue pour désigner les groupes politiques de gauche en Europe comme terroristes et faire peur à la population afin qu’elle vote pour des gouvernements autoritaires. Pour réaliser cet objectif, les agents de Gladio ont mené un certain nombre d’attentats terroristes meurtriers qui ont été attribués aux gauchistes et autres marxistes.
En août 1980, les agents de Gladio ont fait exploser une gare à Bologne, tuant 85 personnes. Initialement attribué aux Brigades rouges, il a été découvert plus tard que les éléments fascistes dans la police secrète italienne et Licio Gelli, le chef de la loge maçonnique P2, étaient responsables de l’attaque terroriste. D’autres groupes fascistes, y compris Avanguardia Nazionale et Ordine Nuovo, ont été mobilisés et engagés dans la terreur.

L’opération Gladio a finalement coûté la vie à des centaines de personnes à travers l’Europe.

Selon Vincenzo Vinciguerra , un terroriste Gladio qui purge une peine à vie pour le meurtre de policiers, la raison de Gladio était simple. Elle a été conçu pour forcer le public italien à se tourner vers l’État afin de demander une plus grande sécurité. C’est la logique politique qui se cache derrière tous les massacres et les attentats qui restent impunis, parce que l’État ne peut pas se condamner lui-même ou être tenu pour responsable de ce qui s’est passé.
4) L’opération Northwoods


Dans la guerre secrète contre le régime communiste à Cuba, dans le cadre de l’opération Mongoose de la CIA, les chefs d’état-major ont proposé à l’unanimité des actes de terrorisme au sein des États-Unis, financés par l’État.
Le plan prévoyait d’abattre des avions américains détournés, le naufrage de navires américains et le meurtre d’Américains dans les rues de Washington DC. Ce plan scandaleux incluait même une catastrophe mise en scène par la NASA qui devait mettre en jeu la vie de l’astronaute John Glenn.
Titubant sous l’échec cuisant de la CIA dans la baie des Cochons à Cuba, le président Kennedy a rejeté le plan en mars 1962. Quelques mois plus tard, Kennedy a refusé à l’auteur du plan, le général Lyman Lemnitzer, un second mandat en tant que commandant militaire le plus haut gradé de la nation.
En novembre 1963, Kennedy a été assassiné à Dallas, au Texas.
5) L’incident de Gleiwitz


L’incident de Gleiwitz fait référence à une opération sous fausse bannière menée par les nazis le 31 août 1939, pendant laquelle les troupes SS ont organisé une attaque contre une station de radio allemande puis l’ont mise sur le dos des troupes polonaises.
Des agents allemands habillés en tenues militaires polonaises se sont emparés de la station de radio, située près de la frontière polonaise, avant de diffuser un message de propagande court en polonais. Ils ont tué alors des victimes des camps de concentration qui ont également été habillés en uniformes polonais et les ont laissées sur les lieux, ce qui faisait que l’incident ressemblait à un acte d’agression polonais. Le lendemain, l’Allemagne envahit la Pologne, Hitler citant l’incident comme un des prétextes.
Neuf jours avant l’incident, Hitler avait dit à ses généraux : « Je vais vous donner un casus belli de propagande. Sa crédibilité n’a pas d’importance. On ne demandera pas au vainqueur s’il avait dit la vérité« .
6) Les compagnies de tabac ajoutaient délibérément des produits chimiques à la cigarette pour créer la dépendance


Les complots ne sont pas toujours de nature gouvernementale, ils peuvent aussi cibler les consommateurs. Comme l’a rapporté la BBC, les compagnies de tabac aux États-Unis ont été prise la main dans le sac en train de créer des cigarettes qui accroissent la dépendance en incluant des produits chimiques qui ont augmenté artificiellement le pouvoir addictif du produit et leur donnent meilleur goût.
Clive Bates, directeur de l’ASH, a déclaré que la découverte révélait un « scandale dans lequel les compagnies de tabac utilisent délibérément des additifs pour rendre leurs mauvais produits encore pire ».
7) Opération Fast and Furious


L’opération Fast and Furious, en vertu de laquelle l’administration Obama à fourni des armes de contrebande aux barons de la drogue mexicains pour apparemment retracer les armes à feu et retrouver les gangs de drogue, n’était en fait qu’une partie d’un complot visant à diaboliser le second amendement.
Des documents obtenus par CBS News en décembre 2011 prouvent que les agents ATF ont discuté de la façon dont ils pourraient lier les armes impliquées dans la violence au Mexique à des marchands d’armes basés aux États-Unis, en vue de passer une réglementation plus stricte sur le contrôle des armes à feu.
Une source des forces de l’ordre a déclaré à CBS News que les courriers électroniques suggéraient que l’ATF avait créé le problème lui-même dans le cadre d’un stratagème politique.
« C’est comme si l’ATF avait créé ou aggravé le problème afin qu’ils puissent être la solution à ce problème et s’en glorifier. C’est une façon de pensée circulaire », avait déclaré la source.
8) L’espionnage de la NSA et la surveillance de masse


Dans les années 1990, quand des militants anti-surveillance et des personnalités des médias mettaient en garde contre la vaste opération d’espionnage intérieur de la NSA, ils ont été traités de « théoriciens de la conspiration paranoïaque ».
Plus d’une décennie avant les révélations de Snowden, la NSA était occupée à intercepter et à enregistrer toutes les communications électroniques à travers le monde entier dans le cadre du programme Echelon.
En 1999, le gouvernement australien a reconnu qu’il faisait parti d’un programme d’interception et de surveillance mondiale de la NSA appelé Echelon, en alliance avec les États-Unis et la Grande-Bretagne, qui permet d’écouter « chaque appel international de téléphone, fax, e-mail, ou transmission radio », sur la planète.
En outre, un rapport du Parlement européen de 2001 a déclaré qu’« en l’Europe, toutes les communications e-mail, téléphone et de télécopieur sont régulièrement interceptés » par la NSA.
9) Le trafic de drogue de la CIA


L’Agence centrale de renseignement a été impliqué dans des opérations de trafic de drogue dans le monde entier ainsi que dans son propre pays, notamment lors de l’affaire Iran-Contra, en vertu de laquelle les miliciens Contras faisaient de la contrebande de cocaïne aux États-Unis avec la bénédiction de la CIA. Celle-ci été ensuite distribuée sous forme de crack à Los Angeles, les bénéfices étant canalisés par les Contras.
L’ancien officier de police de Los Angeles Michael Ruppert a également déclaré qu’il avait été témoin du trafic de drogue de la CIA.
Des barons de la drogue mexicains comme Jésus Vicente Zambada Niebla ont également affirmé qu’ils ont été embauchés par le gouvernement américain pour des opérations de trafic de drogue. Il y a une quantité de preuves importante qui confirment que la CIA et les cartels bancaires américains sont des pivots du commerce mondial de la drogue d’une valeur de centaines de milliards de dollars par an, d’après les informations rendues publiques grâce à Gary Webb.
10) Le pistolet attaque cardiaque de la CIA


Au cours d’un témoignage devant le Sénat en 1975 concernant les activités illégales de la CIA, il a été révélé que l’agence avait mis au point un pistolet à fléchettes susceptible de provoquer une crise cardiaque : « Lors de la première audience télévisée, mise en scène dans la salle de caucus du Sénat, un pistolet à fléchettes empoisonnées a été montré, mettant en évidence la découverte de la commission que la CIA a directement violé un décret présidentiel par le maintien de stocks de toxine de crustacés suffisant pour tuer des milliers de gens », d’après une page Web du Sénat.

« Le poison mortel pénètre rapidement dans la circulation sanguine en provoquant une crise cardiaque. Une fois que le mal est fait, le poison se dénature rapidement, de sorte que l’autopsie a très peu de chance de détecter que l’attaque cardiaque résulte de causes autres que naturelles. Cette arme irait à la perfection à James Bond, n’est-ce pas ? Pourtant, tout cela est vérifiable dans le témoignage du Congrès », écrit Fred Burks.




Le dard de cette arme secrète de la CIA peut traverser les vêtements et ne laisse rien d’autre qu’un petit point rouge sur la peau. Au moment de la pénétration de la flèche mortelle, l’individu ciblé pour assassinat peut sentir une piqûre de moustique, ou tout aussi bien rien du tout. Le dard venimeux se désintègre complètement en entrant dans la cible. Burks suggère que Mark Pittman, un journaliste qui avait prédit la crise financière et dévoilé les méfaits de la Réserve fédérale qui a conduit à un procès Bloomberg contre le cartel de bankster, a pu être assassiné avec l’arme de la CIA.


Toute ressemblance avec l'actualité ne serait que pure coïncidence


Dix "théories du complot" qui se sont avérées être exactes

"La multiplication des actes de violence contre les forces armées des États-Unis doivent non seulement mettre notre défense en alerte, mais appel également à une réponse directe. Cette répon...
http://fawkes-news.blogspot.fr/2014/08/dix-theories-du-complot-qui-se-sont.html
http://savoircpouvoir.over-blog.com/2015/01/dix-theories-du-complot-qui-se-sont-averees-etre-exactes.html
Partager cet article
Enregistrer un commentaire