Un jour, j’irai vivre en Théorie parce qu’il paraît qu’en Théorie, tout va bien. (Les mots surpendus)

vendredi 15 janvier 2016

Le corps en amour

Pourquoi l'amour fait mal

source

La sagesse populaire maintient que l'amour est dans l'air, que l'amour fait tourner le monde et qu'il est préférable d'avoir aimé et perdu que... vous connaissez la suite. L'amour comporte bien des aspects et, apparemment, il n'est pas pour les cœurs fragiles.

Le fait de tomber en amour suscite des réactions tout autant physiques qu'émotionnelles. En fait, les « symptômes » de l'état amoureux - soit le pouls rapide, les paumes moites, les pupilles dilatées - sont les mêmes que ceux de la réaction de « combat ou fuite » qui résulte d'un afflux d'adrénaline suscité par le stress. De plus, l'amour modifie la pensée - les chercheurs ont rapporté que les images cérébrales des personnes qui regardent la photo d'un être cher ressemblent à celles de personnes excitées par la cocaïne.

Il n'est donc pas surprenant que le corps et l'esprit s'en ressentent quand l'amour n'est pas partagé ou quand une romance tourne mal. Les répercussions sur l'humeur et le comportement d'une personne peuvent être spectaculaires. À divers stades de l'amour, la personne peut montrer des signes de manie (humeur exaltée, estime de soi exagérée), de dépression (insomnie, tendance à pleurer pour un rien, manque de concentration) et d'un trouble obsessionnel-compulsif (préoccupation, vérification fréquente des courriels et des messages textuels, rituels d'hygiène avant un rendez-vous). En fait, depuis des milliers d'années, le mal d'amour est accepté comme un diagnostic médical légitime, ce qui donne à l'expression « aimer à la folie » une dimension toute nouvelle.

L'amour peut aussi faire vraiment mal... au cœur. En 2005, des chercheurs à Johns Hopkins Medicine ont déclaré qu'un stress émotionnel soudain peut causer une faiblesse grave, mais réversible, du muscle cardiaque. La myocardiopathie de stress, surnommée le « syndrome du cœur brisé », se manifeste quand le cœur est temporairement « frappé » par un afflux prolongé d'adrénaline et d'autres hormones de stress (on n'a pas encore établi le mécanisme précis). Les symptômes comprennent une douleur à la poitrine, un essoufflement, une accumulation de liquide dans les poumons et une insuffisance cardiaque. On pose souvent un diagnostic erroné de crise cardiaque massive. Heureusement, contrairement aux personnes qui ont subi une crise cardiaque, le rétablissement est complet au bout de deux semaines et le cœur ne subit aucune lésion permanente.

Ce qui ne veut pas dire que les personnes en quête d'amour ne courent aucun danger. En fait, des études ont révélé qu'il est possible de mourir d'un cœur brisé. Le premier rapport sur le sujet, et le plus cité, a été publié dans la revue British Medical Journal en 1969. Les chercheurs ont suivi 4 500 personnes veuves âgées de 55 ans et plus, pendant neuf ans. Le risque de décès au cours des six mois suivant la mort du conjoint était 40 % plus élevé que le taux habituel, et la cause la plus fréquente de décès était une crise cardiaque. Au fil du temps, le risque est redescendu à un taux normal.

Ces observations sont appuyées par une étude plus vaste qui a été publiée en 1996. Les chercheurs ont analysé des données recueillies auprès de 1,5 million de personnes âgées de 35 à 84 ans. Le risque de succomber à une crise cardiaque au cours des six mois suivant le décès du conjoint dépassait de 20 % à 35 % le taux habituel, tandis que la probabilité de mourir d'un accident, de problèmes liés à l'alcool ou d'un acte violent a augmenté de 100 %.

Néanmoins, avant de prendre la décision de vous réfugier dans un monastère, sachez qu'il n'y a pas que des mauvaises nouvelles. Plusieurs dizaines d'années de recherche ont montré que les personnes heureuses en mariage vivent plus longtemps que les célibataires. Elles bénéficient d'un plus grand bien-être mental et émotionnel. Elles forment une population ayant un plus faible taux de cancer, d'insuffisance cardiaque et d'autres affections. En outre, elles sont moins susceptibles d'être victimes de violence familiale, d'agression sexuelle ou d'autres crimes violents. Elles ont également une richesse collective plus grande et un réseau de soutien plus vaste, et elles sont moins portées au tabagisme et à la boisson.

Trouver le bon partenaire prend du temps, mais vous aussi pourrez apprécier ces bienfaits si vous survivez aux déchirements initiaux de la passion et surmontez certaines peines. Il semble que les théories courantes sont exactes : de tout ce qui a été avancé au sujet de l'amour, personne n'a jamais prétendu que l'amour était facile.
Enregistrer un commentaire