Un jour, j’irai vivre en Théorie parce qu’il paraît qu’en Théorie, tout va bien. (Les mots surpendus)

vendredi 29 janvier 2016

Le Web, caisse de résonance pour les théories du complot (1/2)

 http://www.lavoixdunord.fr/france-monde/le-web-caisse-de-resonance-pour-les-theories-du-complot-12-ia0b0n3283640
Les théories du complot ne datent pas d’hier. Mais une actualité anxiogène, une forme de crise de la démocratie et l’incroyable caisse de résonance apportée par Internet et les réseaux sociaux leur donnent une ampleur inédite.

À la base des théories complotistes autour de l’attentat de «
Charlie Hebdo
», les photos de cette Citroën dont la couleur des rétroviseurs aurait mystérieusement changé... photo afp
AFP
« On sait bien qui tire vraiment les ficelles... » « Il est dans votre intérêt de ne pas nous en dire plus. » « Vous êtes à la botte des socialo - francs-maçons. » « Encore un coup du lobby juif. » « Les islamistes ont pris le pouvoir à La Voix du Nord. » Des commentaires dans ce genre, nous en avons toujours reçu. Au courrier des lecteurs ou sur nos réseaux sociaux. Mais ces derniers mois, le phénomène a pris une ampleur inédite. Après les attentats de Charlie Hebdo d’abord. Avec les rumeurs de rétroviseurs de voiture qui auraient changé de couleur (noirs devant Charlie Hebdo, les rétroviseurs seraient devenus blancs une fois la voiture abandonnée. Il s’agissait en fait de rétroviseurs chromés!) et la carte d’identité perdue « trop gros pour être vrai », le tout « prouvant » que la France et l’Amérique avaient monté ce coup de toutes pièces pour porter atteinte à l’image de l’islam... Puis, après ceux du 13 novembre. Avec des rumeurs spécifiques à notre région, comme celle des migrants de Calais qui auraient fait un grand feu de joie pour se réjouir des 130 morts (en fait un incendie dont il a été clairement prouvé qu’il était accidentel)... Des rumeurs aux théories complotistes qui expliquent le monde comme étant le produit de l’action d’un groupe occulte agissant dans l’ombre il n’y a qu’un pas, qui semble franchi de plus en plus facilement.

En quête de sens

« Un jeune sur cinq croit à la théorie du complot », s’émouvait la ministre de l’Éducation nationale Najat Vallaud Belkacem en janvier 2015. À La Voix du Nord, nous voyons ces théories se propager sur le Web, dans les commentaires de nos propres réseaux sociaux et nous sommes parfois désarmés. Comment rétablir la vérité auprès d’internautes convaincus que tout le monde leur ment, politiques et médias au premier chef ? Qui, en allant chercher par eux-mêmes une « autre information », pensent se démarquer des « arcanes du pouvoir » et de la « pensée dominante », que nous incarnons à leurs yeux ?
« Un des problèmes », confirme Rudy Reichstadt, créateur de Conspiracy Watch, site Web qui répertorie et analyse les thèses conspirationnistes et théories du complot, c’est effectivement « le discrédit considérable qui frappe la parole politique, journalistique ou scientifique ». Mais il y a aussi un ressort sociologique qui rend la rumeur particulièrement difficile à démonter : « Il y a une forme d’adhésion profonde aux théories complotistes qui donnent du sens, fournissent une explication du monde qui, dans une certaine mesure, nous rassure. » Et un ressort psychologique. Soyons honnêtes : nous sommes tous déjà tombés dans le panneau d’une rumeur voire d’une théorie complotiste. Parce que ces théories sont séduisantes. Parce qu’on a tous le désir de savoir ce qu’il y a « derrière », qu’on a souvent la sensation de ne pas avoir toutes les clés. C’est donc de « l’envie de conforter ses propres croyances, ses préjugés » qu’il faut se méfier avant tout...
Enregistrer un commentaire