Un jour, j’irai vivre en Théorie parce qu’il paraît qu’en Théorie, tout va bien. (Les mots surpendus)

dimanche 28 août 2011

Au Brésil, découverte d'un fleuve souterrain sous l'Amazone

Un fleuve souterrain jusqu'à présent inconnu coule sous l'Amazone, à 4 000 mètres de profondeur, et comme lui, d'ouest en est. Cette découverte surprenante a été annoncée par des scientifiques brésiliens de l'Observatoire national, un organisme lié au ministère des Sciences et des Technologies, jeudi 25 août.


Grâce à cette découverte, les chercheurs ont conclu que "la région amazonienne possède deux systèmes d'écoulement d'eau : le drainage fluvial à la surface qui forme l'Amazone et le flux des eaux souterraines à travers des couches sédimentaires profondes", qui forme le fleuve baptisé Hamza.


Le travail de la scientifique Elizabeth Pimentel s'est fondé sur l'analyse des températures de 241 puits forés par le géant pétrolier brésilien Petrobras en Amazonie, dans les bassins de l'Acre, du Solimoes, de l'Amazonas, de Marajo et de Barreirinhas.

GRANDES DIFFÉRENCES ENTRE LES DEUX FLEUVES
Même si l'Amazone, le plus grand fleuve du monde, et le Hamza ont le même parcours d'ouest en est, ils présentent de grandes différences. Alors que les berges de l'Amazone sont distantes de un à 100 km l'une de l'autre, selon les endroits, celles de l’Hamza varient de 200 à 400 km. Par ailleurs, la vitesse des eaux de l'Amazone est bien supérieure à celle du fleuve souterrain : de 0,1 à 2 mètres par seconde alors que le flux de l’Hamza oscille de 10 à 100 mètres par an.
D'après les scientifiques, les eaux du fleuve souterrain débouchent dans les parties profondes de la mer, dans la région de l'embouchure de l'Amazone. "Il est probable que l'écoulement de ce fleuve souterrain d'eau douce soit responsable de la faible salinité de la mer dans la région de l'embouchure de l'Amazone", soulignent les scientifiques.
Le Brésil possède douze bassins hydriques sur son énorme territoire qui concentre près de 13 % de l'eau douce de la planète.

Enregistrer un commentaire