Un jour, j’irai vivre en Théorie parce qu’il paraît qu’en Théorie, tout va bien. (Les mots surpendus)

jeudi 1 septembre 2011

Tout simuler sur notre Terre, Fiction ou réalité ?

Traduction :Google trans, adaptation ma pomme…
Par Gareth Morgan technologie journaliste.
Dix ans de modèles climatiques dévoilés
Il pourrait être l’un des projets informatiques les plus ambitieux jamais conçus.
Un groupe international de scientifiques a pour objectif de créer un simulateur qui peut se répliquer tout ce qui se passe sur Terre; de la situation météorologique mondiale et la propagation des maladies à des transactions financières internationales ou de la congestion sur les routes de Milton Keynes (par exemple, mais je ne sais pas ou c’est ).
Surnommé le « Living Earth Simulator (LES) », le projet vise à faire progresser la compréhension scientifique de ce qui se passe sur la planète, en encapsulant les actions de l’homme et les forces environnementales qui définissent le monde physique.
« Beaucoup de problèmes que nous avons aujourd’hui – y compris l’instabilité sociale et économique, les guerres, la propagation de maladies – sont liés au comportement humain, mais il y a apparemment un sérieux manque de compréhension concernant la manière dont la société évolue, son économie et le mode de travail utilisé, » explique le Dr Helbing, de l’Office fédéral Institute of Technology, qui préside le projet FuturICT qui vise à créer le simulateur.
collisionneur de connaissances
Grâce à des projets tels que le grand collisionneur de hadrons, l’accélérateur de particules construit par le Cern, les scientifiques en savent plus sur l’univers primordial qu’ils ne le font sur notre propre planète, affirme le Dr Helbing.
Ce qui est nécessaire pour un accélérateur de connaissances, c’est de faire entrer en collision différentes branches du savoir ensemble, dit-il.
« Révéler les lois et processus cachés qui sous-tendent les sociétés constitue le plus pressant grand défi scientifique de notre siècle. »
Le résultat serait le LES. Il serait capable de prédire la propagation des maladies infectieuses, telles que la grippe porcine, identifier des méthodes pour lutter contre le changement climatique ou encore repérer les velléités d’une crise financière imminente (c’est bien en ce moment que ça se passe…)
Le « Large Hadron Collider »
Est-il possible de construire un équivalent en sciences sociales pour le grand collisionneur de hadrons? Mais comment travaille un tel système colossal ?
Pour commencer, il devrait être peuplé par des données – beaucoup – couvrant toute la gamme d’activité sur la planète, explique le Dr Helbing.
Il serait également alimenté par un ensemble de supercalculateurs encore en phase d’être construits, capable de réaliser des calculs à beaucoup de chiffres sur une échelle gigantesque.
Bien que le matériel n’ai pas encore été construit, la plupart des données sont déjà produites, par exemple, le projet planétaire de la peau, dirigé par agence spatiale américaine NASA, verra la création d’un vaste réseau de capteurs qui collectera les données climatiques de l’air, terre, mer et espace.
En outre, le Dr Helbing et son équipe ont déjà identifié plus de 70 sources de données en ligne, ils croient que peuvent être utilisés notamment Wikipedia, Google Maps et les données du gouvernement de la garde britannique : Data.gov.uk.
La noyade dans les données
Intégrer ces données en temps réel alimenté avec des millions d’autres sources de données – sur les marchés financiers et les dossiers médicaux pour les médias sociaux – en fin de compte c’est ça, le pouvoir du simulateur, a déclaré le Dr Helbing.
La prochaine étape est de créer un cadre pour transformer ce fatras de données dans des modèles qui reproduisent avec précision ce qui a déjà pris place sur la Terre aujourd’hui.
« Nous ne prenons aucune action sur les informations dont nous disposons »
Cela ne sera possible qu’en réunissant les chercheurs en sciences sociales, des informaticiens et des ingénieurs pour établir les règles qui définissent la façon dont fonctionne l’ERP.
Un tel travail ne peut pas être laissé à des chercheurs en sciences sociales traditionnelles, où en général des années de travail sont nécessaires pour produire des volumes limités de données, affirme le Dr Helbing.
Il n’est pas quelque chose qui aurait pu être atteint avant – la technologie nécessaire pour faire fonctionner les ERP ne seront disponibles que dans la décennie à venir, at-il ajouté.
Le comportement humain
Par exemple, alors que les ERP devront être capables d’assimiler de vastes océans de données, il faudra en même temps comprendre ce que fournissent les données par rapport aux moyens.
Cela devient possible dès que l’on appelle technologies du web sémantique, explique le Dr Helbing.
Aujourd’hui, une base de données regorgeant de données sur la pollution de l’air ressemble beaucoup à un ordinateur comme comportant des bases de données de transactions bancaires mondiales – essentiellement, juste beaucoup de chiffres.
Mais la technologie du Web sémantique va encoder une description de données avec les données elles-mêmes, ce qui permet aux ordinateurs de comprendre les données dans leur contexte.
De plus, notre approche de l’agrégation des données souligne la nécessité d’enlever toute cette information qui se rapporte directement à un particulier, explique le Dr Helbing.
The Living Earth Simulator a pour objectif de prédire comment les maladies se propagent
Cela permettra d’intégrer l’ERP de vastes quantités de données relatives à l’activité humaine, sans compromettre la vie privée des gens, fait-il valoir.
Une fois que l’approche à la réalisation à grande échelle des données sociales et économiques sera acceptée, il sera nécessaire de construire des centres de superordinateurs nécessaires à rassembler et corréler les données et produire la simulation de la Terre, explique le Dr Helbing.
La génération de la puissance de calcul pour faire face à la quantité de données nécessaires pour remplir les ERP représente un défi important, mais c’est loin d’être un écueil.
Si vous regardez la capacité de traitement de données de Google, il est clair que les ERP ne seront pas freinés par la capacité de traitement, dit Pete Warden, fondateur du projet OpenHeatMap et un spécialiste de l’analyse des données.
Alors que Google est un peu discret sur la quantité de données qu’il peut traiter, en mai 2010, on croyait à utiliser dans la région de 39 000 serveurs pour traiter un exaoctet de données par mois – c’est assez de données pour remplir 2 milliards de CD chaque mois.
Réalité minière
Si vous acceptez que seule une fraction de la « plusieurs centaines d’exaoctets de données produites dans le monde chaque année … seraient utile pour une simulation de monde, le goulot d’étranglement ne sera pas la capacité de traitement», ait déclaré M. Warden.
« Obtenir l’accès aux données sera beaucoup plus d’un défi, tout comme figurant sur quelque chose d’utile à faire avec elle », at-il ajouté.
Le fait d’avoir beaucoup de données n’est pas suffisant pour construire une simulation crédible de la planète, fait valoir Warden. «L’économie et la sociologie n’ont toujours pas réussi à produire des théories d’un fort pouvoir prédictif au cours du siècle dernier, malgré beaucoup de collecte de données. Je suis sceptique que les grands ensembles de données marquent un grand changement, dit-il.
« Ce n’est pas que nous ne savons pas assez sur un grand nombre de problèmes auxquels le monde fait face, du changement climatique à l’extrême pauvreté, c’est que nous ne prenons aucune action sur les informations dont nous disposons», soutient-il.
Peu importe les défis auxquels le projet doit faire face, le plus grand danger n’est pas d’essayer d’utiliser les outils informatiques que nous avons maintenant – et auront à l’avenir – pour améliorer notre compréhension des tendances mondiales en matière socio-économique, a déclaré le Dr Helbing.
«Au cours des dernières années, il est par exemple devenu évident que nous avons besoin de meilleurs indicateurs que le produit national brut de juger développement de la société et le bien-être, a t’il fait valoir.
À son coeur, l’ERP est de travailler à de meilleures méthodes pour mesurer l’état de la société, dit-il, ce qui compte pour la santé, l’éducation et les questions environnementales. « Et last but not least, le bonheur. »
Merci Docteur.

Enregistrer un commentaire