Un jour, j’irai vivre en Théorie parce qu’il paraît qu’en Théorie, tout va bien. (Les mots surpendus)

lundi 7 mars 2016

La stratégie du choc : la montée d’un capitalisme du désastre

Merci Rino

Essayiste, activiste : Naomi Klein est l'une des critiques les plus populaires et les plus écoutées de la mondialisation néolibérale et des régressions autoritaires qui l'accompagnent.



Naomi Klein dénonce avec virulence l’ultralibéralisme et ses modes d’application au cours des 35 dernières années. En adoptant une approche chronologique et en évoquant des exemples précis, elle donne de la force à son argumentaire de contestation tout en mettant en évidence la logique de la stratégie du choc et du capitalisme du désastre, selon lesquels les réformes ultralibérales ne s’imposent qu’à la faveur d’un choc violent et souvent d’une répression sanglante.


La thèse exposée par Naomi Klein dans son ouvrage La stratégie du choc est celle d’un processus volontaire de « privatisation radicale des guerres et des catastrophes » depuis les années 1970. Naomi Klein cherche à faire œuvre de doctrine pour le courant altermondialiste. Le libéralisme est dénoncé dans cet ouvrage, avec une mise en parallèle des procédés de torture et des discours de libéralisation économique.
Enregistrer un commentaire