Un jour, j’irai vivre en Théorie parce qu’il paraît qu’en Théorie, tout va bien. (Les mots surpendus)

jeudi 17 novembre 2011

Sortir de l'euro : le scénario catastrophe



Quelles seraient les conséquences économiques et financières d'un éclatement de la zone euro ? Deux économistes français se sont penchés sur la question. Leurs conclusions sont plus qu'alarmistes... L’euro court à sa perte.

Sortir, oui. Mais comment ?
Il y a peu, l'hypothèse d'un éclatement de la zone euro relevait de l'interdit dans les milieux officiels. Aujourd'hui, le tabou est brisé. Les affres grecques, l'imbroglio italien, l'inflexibilité des pays triple A d'Europe du Nord y sont pour beaucoup. Pour sortir de l'impasse actuelle, il n'est plus rare d'entendre des responsables européens envisager à mots à peine voilés la sortie de la zone de tel ou tel pays en grande difficulté budgétaire.
« En dernier recours, les pays peuvent toujours décider de quitter la zone euro, une liberté qu'ils ont déjà », rappelait par exemple la semaine dernière le Premier ministre néerlandais Mark Rutte. Même tonalité chez Horst Seehofer, chef de la CDU allemande et Premier ministre du Land de Bavière, refusant d'écarter l'idée de la sortie de la Grèce de la zone euro. A cela s'ajoute le succès croissant, auprès des opinions publiques européennes ébranlées par la crise, des discours eurosceptiques. Dans ce contexte, deux économistes français de renom, Patrick Artus, responsable de la recherche économique chez Natixis, et Stéphane Déo, chef économiste chez UBS, se sont lancés dans l'exercice périlleux de mesurer les conséquences d'une éventuelle conflagration de l'eurozone. Leurs conclusions sont sans appel : un abandon ou un « détricotage » partiel de l'Union monétaire européenne auraient des retombées terribles pour tous les pays membres. Revue de détail.

« C'est l'Hôtel California. On peut faire le check out, mais on ne peut pas le quitter », résume Stéphane Déo. Puisqu'aucun mécanisme technique spécifique de sortie n'est inscrit dans les traités, « les coûts de sortie sont significatifs », enchaîne-t-il. Aucune provision n'est prévue.

Si un pays souhaitait quitter la zone euro de son plein gré, il lui faudrait négocier l'adoption par ses anciens partenaires d'un amendement au traité de Lisbonne de 2007. Dans son article 50, ce dernier fournit en effet un cadre légal pour une éventuelle sortie de l'Union européenne, mais pas pour l'abandon de la monnaie unique. Fatalement, compte tenu des implications en tous genres, les tractations risqueraient de prendre du temps. Comme l'exigent leurs Constitutions, plusieurs pays seraient en outre contraints d'organiser des référendums pour valider les changements du traité. Une mise à l'écart souhaitée, cette fois, par l'ensemble des partenaires, ne serait pas plus facile à mettre en oeuvre : l'expulsion d'un pays ayant adhéré à l'euro n'étant tout simplement pas possible, seule son exclusion de l'Union européenne peut être imaginée...

Reste l'hypothèse d'une séparation consensuelle : compliqué, là encore. Car il faudrait modifier à l'unanimité des 27 pays le Traité de l'Union européenne, mieux connu sous le nom de traité de Maastricht. L'assurance de voir le processus s'éterniser.

Un désastre pour le système bancaire
Un pays qui sortirait malgré tout de la zone euro aurait deux options : conserver sa dette en euros ou, plus probablement, la convertir de force dans la nouvelle (ancienne) devise nationale. Dans le premier cas, l'Etat se priverait d'utiliser l'effet change, susceptible de faire évoluer favorablement sa dette. A la clef, de façon presque certaine, un défaut. Mais les investisseurs considéreraient aussi comme une forme de défaut la conversion forcée. Et la facture serait alors salée pour tout le monde, y compris pour les investisseurs non résidents.

Des exemples ? « Compte tenu des dévaluations que nous envisageons, cela leur coûterait 170 milliards d'euros dans le cas de la Grèce, 70 milliards d'euros dans le cas du Portugal, 90 milliards d'euros dans le cas de l'Espagne et 300 milliards d'euros dans celui de l'Italie », estime Patrick Artus. Le déclenchement d'un effet dominos serait presque instantané. « Concentrées sur les banques et les investisseurs institutionnels de la zone euro, ces pertes conduiraient normalement, avec le choc de la rupture de l'euro, à une forte dépréciation de l'euro à court terme », poursuit-il. Maigre consolation, il est permis de considérer qu'à plus long terme, après cette purge , l'euro pourrait au contraire s'apprécier du fait de l'amélioration de la qualité économique de la zone .

L'effondrement de l'union monétaire des Etats-Unis en 1932-1933 donne un aperçu de ce qui pourrait se produire, indique Stéphane Déo. Les établissements financiers des Etats membres réduiraient massivement et instamment leurs expositions à la devise du pays sortant. Ce dernier serait amené à suspendre le fonctionnement du système bancaire sur son territoire, voire à réduire sensiblement les montants des retraits autorisés de liquidités dans les agences bancaires implantées sur son sol. La transformation forcée de la dette souveraine nationale en devise locale dépréciée, associée à d'éventuels défauts, mettrait de nombreuses banques à terre.

En outre, pour attirer des liquidités, les établissements bancaires seraient contraints de rémunérer les dépôts à hauteur de 50-60 %, juge UBS en s'inspirant de l'exemple de la dernière crise financière en Argentine (1999-2002).

Le secteur financier de la zone euro en sortirait à son tour ébranlé. Les équilibres de bilan si difficilement restaurés après la crise seraient brisés. Il faudrait des années à l'industrie bancaire européenne pour s'en remettre. Et ce au prix de faillites, de regroupements forcés et, surtout, de restrictions des crédits consentis aux entreprises et aux particuliers.

Vers une guerre des changes ?
Pour que l'abandon de l'euro soit payant pour le pays sortant, il lui faudrait procéder à des dévaluations massives. Natixis calcule que la Grèce devrait déprécier sa monnaie de 55 % par rapport à l'euro, le Portugal de 35 %, l'Espagne de 20 % et l'Italie de 30 %. En 1992-1993, au moment de l'explosion du Système monétaire européen, l'Espagne avait dévalué le peso de 32 % par rapport au deutsche Mark et l'Italie la lire à hauteur de 40 %. Si le sortant dépréciait de 60 % sa nouvelle monnaie contre la monnaie unique, il serait hautement plausible, selon les experts d'UBS, que les pays membres de la zone euro imposent aux marchandises issues de ce pays des droits de douane équivalents ou supérieurs au taux de dépréciation du change. Conséquence : les volumes du commerce extérieur d'un pays sécessionniste plongeraient de moitié.

La sortie de la zone euro se traduirait par « une très forte hausse des taux d'intérêt à long terme (déjà présente de toute manière en Grèce et au Portugal), anticipe Patrick Artus. Le pays sortant pourrait même se trouver initialement dans l'impossibilité de trouver desprêteurs à long terme, étrangers ou locaux.

Il lui faudrait alors tout miser sur les financements à court terme et à taux flexibles afin de contenir les effets néfastes de la hausse des taux longs sur l'activité économique. Le passage d'un refinancement de long terme à un refinancement à plus courte échéance ajouterait un élément d'incertitude. Quant à l'inflation, elle persisterait d'abord avec la dépréciation du change, puis en raison de la monétisation des dettes publiques. Un phénomène inévitable, car pour remplacer les investisseurs privés sur le marché, il reviendra à la banque centrale du pays concerné d'acheter des titres de la dette : l'institut d'émission n'aura donc d'autre choix que de créer de la monnaie supplémentaire.

La colère des manifestants grecs ou les émeutes anglaises de l'été préfigurentelles des soulèvements plus violents ? En tout cas, des devises faibles et de longues périodes d'inflation accroissent, c'est certain, le taux de chômage des secteurs les plus exportateurs, et avec lui les risques de désagrégation sociale. Or, quand l'instabilité sociale s'installe, les risques d'une guerre civile et/ou d'une dérive autoritaire des institutions augmente, alerte Stéphane Déo.

CONCLUSION
Si un pays faible quittait la zone euro, les coûts qu'il devrait supporter seraient compris, d'après UBS, entre 9.500 et 11.500 euros par habitant au cours de la première année, soit entre 40 et 50 % de son PIB. L'addition diminuerait, mais resterait salée les années suivantes : entre 3.000 et 4.000 euros annuels par personne. Dans l'éventualité où un pays comme l'Allemagne quitterait l'eurozone, le coût par habitant serait compris entre 6.000 et 8.000 euros la première année (soit 20 à 25 % de son PIB). Il baisserait ensuite à 3.500 - 4.500 euros par année par habitant. Une comparaison instructive : le coût d'un rachat intégral des dettes cumulées de la Grèce, de l'Irlande et du Portugal ne serait que légèrement supérieur à 1.000 euros par tête au sein de la zone euro...

L'éviction de la Grèce, du Portugal, de l'Italie et de l'Espagne de la zone euro produirait « des pertes très fortes à court terme avec les pertes de change sur les dettes publiques des pays qui sortent, et à long terme les effets d'une appréciation de l'euro », énonce pour sa part Patrick Artus. Façon de rappeler qu'en dernière instance, « le pouvoir de négociation est normalement dans les mains des pays qui peuvent menacer de sortir de l'euro ». A la condition, bien entendu, qu'ils acceptent d'en endosser les terribles conséquences.

REPORTAGE
La crise financière et bien réelle, mais les médias ne nous disent pas tout. Pierre Jovanovic NOUS parle de la crise dans son blogue et dans cet interview avec Lilou Mace. Pierre Jovanovic, auteur du Blogue de L'Apocalypse financière et du best-seller. Enquête sur l'existence des anges gardiens vendus a plus de 1 million d'exemplaires dans le monde, nous parle de la crise
 
Pierre Johanovic qui perd un peu la tête et pense sûrement avec son pénis de temps en temps, surtout en compagnie de la belle Lilou Mace.  Leurs discours qui dérape dans le double sens sexuel me mets un peu mal à l’aise.
Lolo

source
source du texte: Lien ICI

Enregistrer un commentaire